Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Communiqués de presse
Communiqués de presse

Communiqués de presse (899)

L’éditeur Stormshield, champion français du marché de la Cybersécurité, voit son expertise une nouvelle fois saluée en accédant à 4 nouveaux Visas sécurité délivrés par l’ANSSI suite à l’évaluation de l’ensemble de sa gamme de solutions. Au-delà de cette première reconnaissance, Stormshield obtient également deux trophées pour la qualification et la certification de ses solutions.

 

Les solutions de cybersécurité sont nombreuses et variées, mais toutes n’offrent pas le même niveau d’efficacité, de robustesse et de confiance. Les Visas de sécurité que délivre l’ANSSI permettent d’identifier facilement les plus fiables d’entre elles et reconnues comme telles à l’issue d’une évaluation réalisée par des laboratoires agréés selon une méthodologie rigoureuse et éprouvée.

 

A travers cette annonce, Stormshield démontre sa capacité à concevoir des solutions de nouvelle génération, robustes, permettant à ses clients de protéger efficacement leurs infrastructures réseaux, leurs postes de travail et leurs données contre l’ensemble des cyber menaces.  Au final, ces dernières se sont distinguées dans les catégories suivantes : chiffrement réseau, mobilité, protection du poste de travail, protection systèmes, protection réseaux et télécoms. Les Visas ainsi obtenus font de Stormshield l’éditeur de confiance ayant la plus grande couverture en terme de besoins de sécurité.

 

Pierre-Yves Hentzen, CEO chez Stormshield « La création des Visas de sécurité de l’ANSSI est une très bonne initiative pour aider les entreprises à identifier clairement les solutions recommandées par l’Etat français. Nous sommes fiers de recevoir ces nouveaux Visas qui nous confirment en tant qu’acteur de référence dans nos domaines d’expertises. Grâce au savoir-faire unique de notre équipe de R&D, et à l’ensemble de nos 300 collaborateurs qui contribuent à la collecte d’informations, nous proposons des solutions industrielles qui nous permettent d’accompagner de bout en bout nos clients dans la protection de leurs infrastructures IT comme OT et de créer de véritables espaces de confiance numérique. Nous allons poursuivre nos investissements pour conserver notre avantage concurrentiel et continuer à innover pour lutter toujours plus activement contre les nouvelles cyber menaces. 

 

 

La première cérémonie de remise des Visas de sécurité de l’ANSSI* s’est tenue ce jeudi 21 juin 2018 en présence du Secrétaire d’Etat chargé du Numérique, M. Mounir MAHJOUBI, et de Monsieur Guillaume POUPARD, Directeur général de l’ANSSI. Dhimyotis est une nouvelle fois distinguée pour l’excellence de ses solutions de sécurisation des échanges numériques en recevant le Visa de sécurité de l’ANSSI.

 

Les solutions de cybersécurité sont nombreuses et variées, mais toutes n’offrent pas le même niveau d’efficacité, de robustesse et de confiance. Les Visas de sécurité que délivre l’ANSSI permettent d’identifier facilement les plus fiables d’entre elles et reconnues comme telles à l’issue d’une évaluation réalisée par des laboratoires agréés selon une méthodologie rigoureuse et éprouvée. En attribuant ce Visa officiel, l’ANSSI atteste clairement les capacités de Dhimyotis à accompagner ses clients dans la mise en œuvre de solutions leur permettant de sécuriser leurs échanges numériques de bout en bout dans un contexte RGPD entré dernièrement en application. 

 

Les certificats numériques qualifiés RGS et eIDAS délivrés par Dhimyotis, via son Autorité de Certification Certigna, permettent d’une part de sécuriser les sites internet et d’autre part  de sécuriser les échanges électroniques et les documents tout en apportant une valeur juridique via la signature électronique.

En utilisant des solutions sécurisées et qualifiées, les entreprises et administrations peuvent en toute confiance digitaliser leurs processus métier tout en protégeant leurs données critiques et en limitant les risques de fraude, de violation de propriété intellectuelle et d’usurpation d’identité.

 

 

Arnauld DUBOIS, Directeur Général de Dhimyotis : « L’obtention de ce trophée de l’ANSSI nous permet de renforcer notre avantage concurrentiel et de confirmer notre statut de partenaire de confiance vis-à-vis de nos clients. Nous sommes fiers de faire partie des sociétés françaises qui affichent les plus hauts niveaux de compétence en matière de Cybersécurité.  Nous allons poursuivre notre démarche qualité pour délivrer toujours plus de services et de facilité aux utilisateurs ». 

 

 

Workplace Meeting par Ricoh réunit dans des offres packagées toutes les technologies et solutions digitales pour optimiser la productivité des réunions sur site ou à distance. 

 

Ricoh innove au service de la transformation digitale des environnements et de l’expérience de travail en lançant les offres « Workplace Meeting », des offres packagées de collaboration numérique conçues pour simplifier l’organisation de réunions sur site et à distance. « Worplace Meeting » s’inscrit dans la démarche « Workplace Now » lancée par Ricoh en 2017 à l’échelle nationale pour simplifier les usages et optimiser l’agilité des entreprises grâce au numérique. Avec « Workplace Meeting », les réunions seront plus productives et plus faciles à organiser. Cette nouvelle offre s’inscrit dans la démarche mondiale Digital Workplace de Ricoh pour faciliter la collaboration, augmenter la productivité et améliorer l’expérience collaborateur grâce au digital.

 

La réunion simplifiée

 

« Workplace meeting » réunit dans un ensemble préconfiguré et prêt à l’emploi tous les outils technologiques nécessaires à la tenue de réunion de manière simple et intuitive : 

  •  Système de mirroring permettant la diffusion de présentations sans fil sur l’écran interactif 
  • Salle de réunion virtuelle accessible aux collaborateurs en mobilité depuis le navigateur web de l’écran
  • Système audio et vidéo pour des visioconférences de qualité
  • Pied mobile motorisé pour plus de flexibilité

 

Pensée pour le confort d’usage

 

« Workplace meeting » bénéficie de la nouvelle stratégie d’écosystème de Ricoh pour l’évolution numérique des environnements de travail. L’offre packagée embarque notamment les technologies Kramer de présentation sans fil et des périphériques Logitech pour l’amélioration du confort visuel et de la qualité d’écoute. L’ensemble de ces technologies permet des réunions plus productives en levant les freins et les complexités techniques liées à leur organisation. 

 

Windows 10, pour les usages métier avancés

 

« Workplace meeting » est proposé en deux versions, l’une prête à l’emploi et l’autre conçue pour des usages métier avancés.

Disponible immédiatement, la version prête à l’emploi permet le partage sans fil des présentations, la visioconférence à distance, la prise de notes et l’envoi des comptes rendus ou de la présentation annotée par email, sur une ressource partagée ou une imprimante.

Disponible avant l’été, la version métier repose sur la nouvelle génération d’écrans interactifs Ricoh. Dotés d’un système d’exploitation Windows 10, ces nouveaux écrans permettront l’installation de clients logiciels métiers ou l’exploitation directe de documents Microsoft Office.

 

Temps gagné et impact environnemental réduit

 

« Depuis ses origines, Ricoh s’est donné pour mission de simplifier l’usage des technologies en éliminant les sources d’inconfort et le temps perdu à brancher ou à configurer. Ceci permet aux collaborateurs de se concentrer sur l’essentiel, le partage des idées et des informations, et non pas sur les outils de cet échange. Workplace meeting permet d’organiser plus facilement les réunions et de rendre celles-ci plus productives grâce à la présentation sans fil et à la prise de notes. Ces nouvelles façons de travailler répondent à l’attente des entreprises d’être plus efficaces et plus responsables, en réduisant à la fois le temps perdu et les impacts environnementaux et financiers des déplacements des salariés », commente Isabelle Pierret, Directrice Marketing de Ricoh France.

L’opérateur Foliateam Group, qui a recruté plus de quinze personnes en 2018, annonce trente postes ouverts sur les six prochains mois pour soutenir sa très forte croissance. Cette annonce s’inscrit également dans le cadre de la mutation organisationnelle du groupe autour de deux entités fortes : Foliateam Cloud et Foliateam Opérateur. Foliateam Group est opérateur-intégrateur de solutions de communications unifiées, membre de BPI Excellence et déclaré à l’ARCEP. Foliateam fournit, au travers d’un guichet unique, des solutions d’opérateur IP et Cloud, des services d’intégration et d’expertise, du financement, dans les domaines du travail collaboratif et des communications unifiées, des réseaux sécurisés, de la téléphonie, de la vidéo et du multimédia. Avec plus de 280 collaborateurs, l’entreprise opère et donc déploie, maintient et infogère des solutions à la pointe des technologies de communication.

 

Quelques exemples de postes ouverts :

 

-        Ingénieur Avant-Vente Voix & Réseaux Unifiés H/F

-        Ingénieur(e) commercial(e) ETI Grands Comptes Marché 

-        Responsable développement commercial Marché Vertical 

-        Expert Téléphonie Alcatel OXE H/F

 

Francis HOUOT, Directeur Général Délégué chez Foliateam Group « Notre solide croissance nous amène à recruter plus de collaborateurs en 2018. Nous allons donc dépasser notre objectif et proposons encore trente nouvelles opportunités. En nous rejoignant, nos futurs experts vont pouvoir évoluer dans une structure agile et accompagner nos clients grands comptes, ETI et publics dans leurs projets de transformation digitale et notamment sur les aspects Cloud, télécom, réseaux et collaboratif. »

 

Incontestablement, la cybersécurité est le sujet du moment. Dans ce contexte, force est de constater que la majorité des thèmes abordés traitent généralement de problématiques d’usurpation d’identité, de phishing etc. Pour autant, on évoque rarement le vol de smartphones en tant que tel, et donc de potentiel accès aux données qui y sont stockées. Au regard de ce constat, une annonce intéressante a été faite en mai dernier concernant iOS. Ainsi, cette dernière précise qu’iOS désactivera l'USB (Lightning) au bout de sept jours sans le déverrouiller.

 

Pour mieux comprendre l’impact de cette annonce, prenons un exemple. Quand un Smartphone est récupéré pour une enquête et que le propriétaire n’est plus là pour le déverrouiller, la police ou les services de renseignements utilisent différentes techniques et outils pour en récupérer le contenu : matériel spécifique, utilisation de vulnérabilités vendues par des spécialistes, attaque exhaustive (Brute force) sur le code pin, attaque exhaustive (Brute force) sur le code pin avec contournement de l’incrément des tentatives, copie de la mémoire du smartphone pour réaliser une attaque exhaustive (Brute force) hors ligne, etc. On notera que ces méthodes concernent également les criminels qui utilisent les mêmes techniques, sans la facilité d’accès à la majorité de nombreux outils professionnels.

 

Sur les iPhone récents, la majeure partie de ces attaques nécessitent un accès au port Lightning afin de communiquer avec le Smartphone. Il suffisait donc aux forces de l’ordre ou aux criminels de laisser l’iPhone en charge le temps de récupérer un outil ou un exploit pour une vulnérabilité. À partir d’iOS 11.4, cela ne sera plus possible, car Apple vient d’ajouter une fonctionnalité nommée « USB Restricted Mode » désactivant les données sur le port Lightning si l’iPhone (iPad, iWatch) n’est pas déverrouillé pendant sept jours.

 

Pour faire simple : la police ou les hackers n’auront plus que sept jours pour déverrouiller un iPhone. Il sera sûrement possible de contourner ce dispositif en éteignant le téléphone, en sortant la carte SIM puis en le rallumant sur un réseau maitrisé lui fournissant une fausse date. Pour autant, cela représente une mesure de sécurité intéressante. Cette nouvelle initiative orientée cybersécurité positionne donc iOS comme l’un des systèmes d’exploitation les plus sécurisés à ce jour, largement devant Android.

 

Par Vladimir Kolla

Responsable de la Practice Sécurité du SI de NetXP

 

Fintch, le premier réseau social néo-bancaire du marché français, joue la carte de l’innovation. 

 

Concrètement, Fintch est une application qui permet au grand public d’emprunter ou de prêter des fonds (micro crédits), mais aussi d’ouvrir un compte, de disposer d’une carte MasterCard, et de payer ses achats dans le monde entier. Ce positionnement disruptif s’inscrit dans la mouvance néo-bancaire et du Crowfunding, et répond de manière pragmatique aux nouveaux usages émergents. Pour garantir une qualité de service de premier plan, Fintch s’appuie sur ses partenaires MasterCard, Axa, Treezor, One Point, et a reçu les accréditations de l ACPR Banque de France et de l’Orias.

 

Une approche orientée réseau social et néo-banque

 

La plateforme Fintch met en relation des particuliers prêteurs ou emprunteurs et propose une alternative au circuit bancaire traditionnel. Via l’application Fintch, il est possible de demander un crédit en publiant une demande d’emprunt comprise entre 200 et 2 000 euros et remboursable entre 1 et 24 mois. La demande de crédit prend moins d’une minute pour être publiée et reste active une semaine sur la plateforme. Prêteurs et emprunteurs peuvent ensuite entrer en relation et échanger via la plateforme de messagerie instantanée, rendant le crédit plus humain et favorisant les rencontres.

 

Le préteur peut décider de prêter entre 10 et 1000 euros qui sont collectés par Fintch qui prélève chaque mois les mensualités prévues sur le compte de l’emprunteur, pour les reverser ensuite aux prêteurs. Cette approche innovante qui s’articule autour de la mise en relation et de l’économie collaborative est une réelle innovation sur le marché et donne naissance à une véritable plateforme de crowdlending.

 

De solides garanties et l’accès à des services neo-bancaires de qualité

 

Comme tout établissement intermédiaire en financement participatif, et de surcroît exécutant des services de paiement, Fintch assure un strict contrôle sur les demandes d’ouverture de comptes et d’attribution de cartes de paiement pour ses utilisateurs, en respectant les dispositions de la 4 ème directive européenne sur la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. Par ailleurs Fintch a veillé avec l’aide de son partenaire One Point à la sécurisation des données financières.

 

De plus, Fintch assure le suivi de la bonne exécution des remboursements des prêteurs. Côté services néo-bancaires, une fois les dossiers d’ouverture de comptes validés, les utilisateurs de Fintch reçoivent leurs cartes de paiement et peuvent accéder à moindre coût à tous les services proposés: paiements carte en France et à l’étranger, domiciliation des revenus, gestion des prélèvements, des virements et des limites de paiement… Tous ces services sont rendus possibles au travers d’une application intuitive et simple d’utilisation.

 

Ygal Tmim Fondateur de Fintch « Nous sommes fiers de lancer à grande échelle Fintch qui va profondément faire évoluer les usages existants et donner un vrai visage au financement participatif et aux prêts entre particuliers. Conjuguant le meilleur de deux mondes, la néo banque et les réseaux sociaux, Fintch est une formidable opportunité de découvrir une réelle alternative aux établissements bancaires traditionnels qui ne positionnent pas la relation humaine, les microcrédits et l’approche collaborative au centre de leur stratégie de développement. »

 

 

Kamp’n, éditeur de solutions de gestion et d'optimisation de campagnes Facebook Ads et Google AdWords basées sur le Data Driven Marketing, accueille un nouvel associé.

Cette annonce est un élément très structurant pour la startup qui démontre sa capacité à réunir les meilleurs experts du marché autour d’un projet disruptif et d’ores et déjà salué par les plus grandes marques qui font appel à Kamp’n pour optimiser la performance de leurs campagnes Facebook Ads et Google AdWords. En qualité de nouvel associé, Mikael conservera sa mission principale liée au développement de l'activité de Kamp'n tout en contribuant aux grandes orientations stratégiques de la société. Avant de rejoindre Kamp'n en octobre 2017 comme Country Manager, il a occupé de nombreux postes dans des structures de premier plan et accompagné des centaines d'annonceurs. Passionné par le webmarketing depuis 2010, il prend régulièrement la parole sur des médias digitaux ou lors de conférences auprès de professionnels afin de les sensibiliser aux enjeux de la publicité Facebook et Google.

Mikael Witwer, Country Manager et Associé chez Kamp’n « En moins d’un an, j’ai pu mesurer la pertinence de Kamp’n qui a su offrir aux annonceurs une approche unique pour gérer leurs campagnes digitales Facebook Ads et Google AdWords. Certifié Facebook Marketing Partners dans la catégorie ad technology, nous bénéficions d’un positionnement innovant qui explique notre très forte croissance sur 2018. Nous allons rapidement devenir la référence de notre marché grâce à l’expertise de nos équipes et à la performance de notre technologie orientée sur le Data Driven Marketing. »

Par Matthieu BONENFANT- Chief Marketing Officer de Stormshield

 

Sans surprise, les cyberattaques continuent de se multiplier, de se complexifier et ciblent tous les secteurs économiques. Cette tendance de fond amène les entreprises à revoir sans arrêt leur posture et prendre de nouvelles initiatives pour former leurs collaborateurs à la bonne hygiène informatique. L’objectif étant de créer les réflexes qui permettront à tous de jouer un rôle moteur pour se protéger de ces menaces aux conséquences multiples pour les entreprises : fuite d’informations-clés, perte de réputation, dégradation de la confiance des clients et partenaires… 

 

Une adaptation permanente des habitudes et des comportements est nécessaire pour y faire face. Ainsi, après s’être concentrées sur les axes « sensibilisation » aux risques cyber, les entreprises doivent passer en mode « entrainement intensif » de leurs collaborateurs et positionner ces derniers comme ultime rempart face aux assauts des cybercriminels. En positionnant la formation continue comme une donnée clé des politiques de sécurité et de cyber défense, les entreprises pourront passer d’un état de conscience des risques à un état de vigilance. Cet état désigne l'obligation de demeurer sur ses gardes et d'envisager le présent à l'aune des menaces qui pèsent sur elles.

 

La fin de l’omniprésence des technologies comme barrage absolu contre les nouvelles menaces

 

Il est primordial de bien intégrer que, tout en restant nécessaires, les technologies à elles seules ne suffisent plus à se protéger. En effet, l’aspect l’humain est tout aussi important et doit être clairement abordé dans les politiques de sécurité. Cette prise de conscience amène de nombreuses entreprises à réaliser des actions orientées « sensibilisation », et ce, sous différents formats : formations présentielles, affichages, exercices de simulation, e-learning... Pour autant, ici encore, la démarche n’est pas suffisante. Ces actions sont trop souvent ponctuelles et n’ancrent pas les réflexes qui permettront de passer de l’état de « Compétent Conscient » à celui de « Compétent Inconscient » si souvent décrit en PNL. 

 

L’étape ultime, que les entreprises vont devoir franchir, est donc celle de l’état de perpétuelle vigilance, de l’exercice inconscient et automatique d’une compétence. S’inspirant de l’approche Znanshin, il s’agit, au même titre que dans notre quotidien, de prêter une attention particulière et continue à des actions ou des comportements qui pourraient être dangereux et exposer le système d’information à une intrusion ou un piratage. On peut imaginer créer des programmes d’entrainement continu, avec des mises en situation plus régulières, permettant aux collaborateurs de développer des automatismes et de devenir ce dernier filtre de protection. 

 

En effet, bien que l’intelligence artificielle se développe fortement et permette de déceler des comportements dangereux, elle n’est pas encore suffisamment aboutie pour remplacer l’analyse faite par un humain. Il est donc absolument nécessaire que les collaborateurs évoluent pour atteindre cet état de veille continue qui leur permettra de prendre les bonnes décisions au bon moment, de mieux collaborer et de savoir quoi faire sans paniquer. 

 

Pour arriver à un tel résultat, il faut aussi penser aux partages d’informations entre les collaborateurs et créer un véritable réflexe communautaire, indispensable pour atteindre l’état de vigilance souhaité. À ce stade, le digital et les plateformes collaboratives sont de véritables alliés, notamment pour les organisations décentralisées. Il sera ainsi possible de créer des forums internes, espaces intranet et outils permettant de faire remonter en temps réel différentes informations auprès des RSSI ou au contraire, de les faire descendre auprès des équipes opérationnelles. 

 

Au regard de ces éléments, il apparait donc que l’homme va continuer de jouer un rôle-clé dans les dispositifs de sécurisation du système d’information et que la culture de la vigilance représente un projet d’entreprise central à initier pour se protéger durablement et efficacement.

 

 

 

L’éditeur Primobox, le spécialiste français de la gestion des flux RH, confirme son solide positionnement sur le marché en répondant avec succès aux attentes du groupe Cultura.

 

En 2017, Cultura a souhaité moderniser ses processus historiques de gestion de ses bulletins de paie grâce au digital pour gagner en agilité, en productivité et en qualité de service vis-à-vis de ses 3 800 collaborateurs répartis dans l’ensemble de ses magasins en France. En effet, ce processus géré au siège de l’entreprise impliquait différentes manipulations complexes et des retards importants dans la réception des bulletins de paie.

 

Cyril Da Silva, Leader paie et administration du personnel chez Cultura « La problématique qui a conduit Cultura vers la dématérialisation de ses bulletins de paie était principalement le temps de traitement des documents. Les collaborateurs recevaient leurs bulletins de paie entre le 15 et le 20 du mois suivant. Le coût lié à ce traitement était très élevé et a aussi joué un rôle dans notre volonté de passer à la dématérialisation. »

 

Après étude des solutions du marché, DematRH® de Primobox a été sélectionné pour sa flexibilité, sa mise en œuvre rapide et sa capacité à évoluer en continu tout en s’intégrant simplement au SI de Cultura. Le rôle d’accompagnement et de conseil des équipes a aussi été un point d’attention important dans le cadre du choix de Cultura.

 

Un projet mené de bout en bout de manière industrielle

 

Cultura souhaitait aussi rendre ses différents magasins autonomes. C’est chose faite depuis la mise en place de la solution DematRH® de Primobox. Chaque magasin bénéficie d’un profil géré par les directeurs ou chefs de secteurs. Ils ont accès à la consultation et la distribution des bulletins de paie pour les équipes de leur magasin. 

 

Alain Faye, Chef de projet SIRH chez Cultura « Il était primordial que chaque magasin puisse avoir accès aux bulletins de paie de ses collaborateurs mais pas à ceux des autres points de vente. Primobox a su nous proposer une solution simple d’accès pour nos 88 sites. La collaboration avec Primobox a été fluide, très rapide, avec beaucoup de disponibilités et d’écoute. Concrètement, en un mois, nous avons lancé notre projet à l’échelle nationale. Aujourd’hui, nous gérons près de 4 000 bulletins de paie tous les mois en moins de dix minutes avec la solution DematRH® de Primobox. »

Pour garantir le succès de cette initiative, une campagne d’information a été lancée en parallèle auprès des collaborateurs de Cultura pour leur expliquer les différents bénéfices. Là encore, Primobox a accompagné les équipes en charge de ce projet de « conduite du changement ».

 

Des bénéfices financiers, organisationnels et fonctionnels

 

Grâce à la dématérialisation des bulletins de paie et la mise en place des E-dossiers, Cultura délivre désormais une qualité de service appréciée par l’ensemble des collaborateurs. Ces derniers reçoivent dès le 5 du mois leur bulletin de paie ; soit au minimum 10 jours plus tôt qu’auparavant. De plus, au niveau organisationnel, la suppression des actions d’édition et de mise sous pli a généré d’importants gains de productivité.

 

Cyril Da Silva, « Aujourd’hui, 95 % des collaborateurs ont franchi le pas de la dématérialisation, ce qui traduit le succès de ce projet. Nos salariés sont très satisfaits et peuvent maintenant accéder à leurs bulletins de paie sur leur smartphone et à tout moment. Grâce à la dématérialisation, notre marque employeur s’est également améliorée. Les directeurs de magasins ont gagné en autonomie et le service RH en disponibilité pour gérer d’autres tâches à plus forte valeur ajoutée. »

 

Fort de ces succès, de nouveaux projets sont à l’étude, notamment la mise en place de la signature électronique couplée à des processus de récupération automatique des pièces justificatives des salariés. Il est aussi évoqué le déploiement d’un nouveau processus d’offboarding avec la mise à disposition des documents de fin de contrat au format dématérialisé.

 

Alain Faye, “Primobox met un point d’honneur à satisfaire ses clients et prend l’initiative de répondre qualitativement à leurs interrogations et problèmes rencontrés.”

 

SynerTrade, leader international des solutions SaaS de Digital Procurement, renforce son équipe de Direction.

 

Le début de l’année 2018 a été riche en évènements pour SynerTrade. Les nombreuses récompenses d’analystes (notamment le Gartner et Spend Matters) sont venues reconnaître les investissements constants de l’éditeur. Le Groupe a connu une croissance internationale soutenue sur Q1, appuyée par des signatures de grandes références mondiales. Ces éléments démontrent l’efficacité de la stratégie mise en place depuis l’intégration de SynerTrade au groupe Econocom.

 

Poursuivant la mise en œuvre de ce plan stratégique, l’entreprise a enrichi depuis janvier son équipe de Direction. Un nouveau Directeur Général a donc pris la tête de SynerTrade France en la personne de Patrick Samama. Venant de Dassault Systèmes, Patrick apporte avec lui ses qualités managériales, ainsi que son expertise stratégique en logiciels d’entreprises B2B et en solutions d’Analytics et de Big Data. L’analyse des données n’a plus de secrets pour cet expert qui compte bien porter la bonne parole aux entreprises françaises et participer à leur transformation digitale avec l’aide de la suite Accelerate.

 

Cet ancien d’Accenture et de Cap Gemini a par le passé développé plusieurs entreprises de logiciels B2B comme Mentum, BlueKaizen et Masa Group. Passionné de Big Data, il a également été administrateur d’entreprises telles que Meilleur Taux, The Innovation Group ou encore craft.ai. Des logiciels d’entreprises à l’Intelligence Artificielle, Patrick Samama est donc un choix légitime pour une entreprise technologique aussi innovante que SynerTrade.

 

« C’est avec une forte motivation et beaucoup d’ambition que j’ai pris la direction de SynerTrade France ! Au-delà de proposer l’une des seules solutions logicielles SaaS de bout en bout sur le marché, SynerTrade et ses partenaires souhaitent aider les entreprises à transformer leurs processus d’achats, d’approvisionnement et de gestion des relations fournisseurs avec des impacts mesurables en termes de gains économiques ou d’amélioration de la conformité. » Patrick Samama, Directeur Général de SynerTrade France

 

La nomination de Patrick Samama s’est accompagnée de celle d’Anne Tessier-Chênebeau en tant que Directrice commerciale. Diplômée en affaires internationales et sciences politiques, Anne a débuté sa carrière dans des institutions gouvernementales et diplomatiques. 

 

En 2006, elle rejoint le groupe Bull où elle exerce différents postes opérationnels liés au conseil et développement commercial en France et à l'International. Puis elle rejoint ATOS en 2014 en tant que Directrice de grands comptes internationaux. Elle est très vite nommée bras droit du Vice-Président Executif en charge du Secteur Défense et Aerospace pour le Groupe. 

En 2016, elle rejoint Linedata, éditeur international de logiciels financiers en tant que Directrice de Cabinet du Président fondateur. Anne est alors en charge de la gestion du changement de la société et de la croissance organique.

Ses principaux moteurs sont la croissance, le développement, la satisfaction client, la transformation des organisations et bien sûr le capital humain car elle aime à rappeler que « les affaires sont avant tout une histoire d’Hommes ». 

 

« C’est avec autant d’ambition que de passion que je rejoins SynerTrade afin d’accompagner nos clients dans leur transformation à travers une nouvelle expérience du Digital Procurement. Ma mission est de réunir toutes les conditions nécessaires pour leur apporter conseil, agilité, exigence, et expertise afin de devenir un partenaire incontournable de leur croissance. Nos équipes sont animées par cette ambition pour offrir un très haut niveau de service et de satisfaction à nos clients, nous permettant de dessiner ensemble les solutions de demain. » Anne Tessier-Chênebeau, Directrice Commerciale de SynerTrade France

 

« Je suis très satisfait de pouvoir compter sur Patrick Samama et Anne Tessier-Chênebeau dans notre équipe de direction. Avec leur expérience et leurs projets pour SynerTrade France, nous pourrons poursuivre et accélérer la dynamique sur laquelle nous sommes lancés depuis plusieurs années. » Eberhard Aust, Directeur Général de SynerTrade

 

 

Page 1 sur 65