Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Communiqués de presse
Communiqués de presse

Communiqués de presse (1172)

LegalPlace, un acteur de la legaltech de nouvelle génération, confirme le succès de son modèle de développement et ambitionne de recruter plus de 10 collaborateurs sur les prochains mois pour soutenir sa croissance.LegalPlace totalise plus de 1,2 millions de visites par mois sur son site et lance de nouveaux services et partenariats stratégiques avec des acteurs référents sur leur marché. Ces avancées significatives permettent d'accélérer la croissance de la startup qui prévoit donc d’investir encore davantage pour s’entourer de nouveaux talents.Dans ce contexte, LegalPlace souhaite recruter différents types de profils (experts, débutants), au sein de ses départements technique, métier et commerce. En rejoignant les équipes de LegalPlace, les candidats pourront travailler au sein d’une startup dynamique, reconnue et qui bénéficie des ressources financières et techniques pour devenir à long terme le leader de son marché.

 

Mehdi Ouchallal et Racem Flazi, co-fondateurs de LegalPlace : « Nous avons validé la pertinence de notre modèle en lançant une offre de service innovante. Nous allons désormais fortement renforcer nos équipes pour franchir une nouvelle étape et nouer de nouveaux accords qui nous permettront d’accroitre notre gamme de produits et de continuer à proposer des services juridiques accessibles à tous. »

 

Pour postuler : https://www.welcometothejungle.co/companies/legalplace

 

Centile Telecom Applications, le leader européen du développement de plateformes de communications unifiées pour opérateurs et intégrateurs, permet à Adista de renforcer son avantage concurrentiel avec le lancement de l’offre de convergence Fixe-mobile «SIMbioz». Cette nouvelle annonce démontre encore une fois le solide positionnement de Centile sur le marché de l’UCaaS, et sa capacité à accompagner durablement l’ensemble des opérateurs et intégrateurs dans l’évolution de leurs offres télécoms.

 

Concrètement, SIMbioz d’Adista a été développée autour des solutions logicielles ISTRA de Centile Telecom Applications. Avec l’expertise combinée des architectures de Centile, et l’excellence des technologies réseaux et sécurité déployées sur le backbone d’Adista, les clients disposent de véritables centres de communication, couplés avec leur système d’information et adaptés à leur stratégie. Bien au-delà d’une simple solution de téléphonie IP, SIMBioz offre des conditions de sécurité et de disponibilité optimales, dans la mesure où toutes les communications téléphoniques (fixes et mobiles) transitent par une plateforme Cloud PBX hébergée dans les datacenters d’Adista, sécurisés et refondés.

 

Pierre-Yves Antoine, Responsable des Offres chez Adistaraconte :« La mobilité prend maintenant place dans les usages de la communication, et les collaborateurs demandent à associer les univers de la téléphonie fixe et de la téléphonie mobile. Avec SIMbioz, le smartphone est intégré dans la téléphonie d’entreprise, comme le poste téléphonique fixe ou le softphone, en étant associé à un compte utilisateur. Tout utilisateur de la solution de communication d’entreprise peut ainsi disposer d’une totale convergence, fixe, mobile, et logicielle sur les réseaux mobiles Orange, SFR, et Bouygues. Centile Telecom Applications nous a permis de créer ce service et de garantir à nos clients professionnels une qualité de service de premier plan. Nous disposons désormais d’un réel avantage concurrentiel pour développer nos activités. »

 

 Quelques bénéfices de l’offre SIMbioz :

 

Être toujours disponible depuis un numéro unique

Profiter d'une messagerie, journal d’appel et répondeur uniques

Pouvoir alterner simplement du téléphone fixe au mobile en pleine conversation, sans interruption

Paramétrer sa présentation lors des appels sortants avec le choix du numéro (fixe ou mobile) selon les situations

 

Bertrand POURCELOT, Directeur Général de Centile Télécom Applicationspoursuit : « Nous sommes fiers d’avoir pu accompagner Adista dans le développement de son offre auprès de sa clientèle d’entreprises en tirant parti de solutions de convergence fixe-mobile et de l’écosystème Centile – Euro Information Telecom - Adista. Notre expertise unique sur ce marché permet de décupler les numéros, les terminaux et les réseaux tout en gardant le contrôle de l’utilisateur final. Ce savoir-faire est un solide atout qui nous a permis de répondre en un temps record aux attentes d’Adista. Notre technologie joue donc un rôle-clé dans le développement de l’offre et leur permet d’offrir une nouvelle valeur ajoutée à leurs clients en quête de solutions télécom innovantes, convergentes, performantes, sécurisées et toujours disponibles. »

 

 

Dans le cadre de son programme Maltem Impact, Maltem Consulting Group annonce un partenariat avec Sayna, startup edtech malgache, pour créer Sayna Association, avec l’objectif de former 10 000 jeunes aux métiers du numérique en 6 ans. 

Fondée à Madagascar par Matina Razafimahefa et sa mère, Nirina Rahoeliarivahy, Sayna forme des jeunes Malgaches issus de milieux fragiles au métier de développeur informatique, en mettant à leur disposition gratuitement un cadre d’apprentissage de qualité et en faisant financer leur formation par leur futur employeur.

Avec déjà plusieurs dizaines de jeunes formés et intégrés avec succès dans des entreprises du secteur digital, Sayna passe à la vitesse supérieure en fondant avec Maltem « Sayna Association », dans le but d’accélérer son développement et de porter de nouvelles offres de formation auprès d’un plus large public.

« Le digital est le seul langage universel, explique Pascal Mennesson, co-fondateur de Maltem. L’apprentissage du code permet aux jeunes du monde entier d’avoir accès un emploi, à une vie d’adulte autonome, et de participer à la construction du monde de demainAvec la création de cette association et ce nouveau partenariat, nous voulons permettre à Sayna de changer d’échelle et de devenir un acteur majeur de l’insertion par le digital ».

« Les jeunes que nous avons formés ont réussi brillamment leur insertion professionnelle, c’est ce qui nous motive à faire plus et mieux, déclare Nirina Rahoeliarivahy. Plus nous serons nombreux à défendre ce projet, à nous investir dans la formation, plus nous pourrons changer concrètement la vie des jeunes à Madagascar et ailleurs. La création de cette association avec Maltem va nous permettre d’avoir un impact beaucoup plus global. » ajoute Matina Razafimahefa. 

Avec ce nouveau partenariat, le groupe Maltem, déjà très impliqué dans le digital à impact positif à Madagascar – où il a fondé la fondation Aldinie, dédiée à l’enfance en difficulté, et Passion For Humanity, un startup studio solidaire – confirme son engagement social, désormais incarné par son programme Maltem Impact. D’autres initiatives seront prochainement annoncées dans ce cadre par le groupe, qui se donne pour objectif de réunir les « champions du digital responsable ».

Le temps, l’argent et la data

mardi, 27 novembre 2018 08:54

Le temps, l’argent et la data. Cela pourrait être le titre d'une fable de La Fontaine revisitée. Dans notre domaine d'expertise plus prosaïque de la gestion des données, c'est surtout une façon, en cette période de bilan, de redire combien ces trois notions ont partie liée dans un monde digital. 

 

Au cœur de notre histoire, nous avons la data. Elle en est même le concept central. Plus exactement, elle l'est devenue, dans notre société et dans nos vies professionnelles, passant d’un statut de mal nécessaire à pivot de l’économie. Il suffit d’échanger quelques minutes avec un contact professionnel pour qu’il vous explique à quel point l’ensemble de son activité s’est digitalisée : les recettes de production sont devenues des fichiers, tout comme les clients ou les produits sont devenus des éléments de fichier. La data règne en maître et a même donné naissance à de tout nouveaux métiers comme le "Chief Data Officer" ou le "Data Scientist", chargés de discipliner et décrypter un volume inflationniste de données qui double ou triple tous les deux ans. On doit cultiver la data pour gagner en efficacité et du temps au quotidien. Et cette data vient avec deux complices principaux, le temps et l’argent, qu’elle mesure et dont elle dépend.

 

Le temps, second protagoniste, est la ressource la plus rare pour réaliser une activité. Il y a le temps que nous passons, en tant qu’individus, au travail, dans nos loisirs ou à nous reposer, Ce temps là a une valeur, notre salaire horaire. Il y a aussi le temps des projets et des objectifs, qui concernent un groupe, avec des dates butoir, des points de passage obligatoires ... et des retards. Quelques jours de décalage dans un projet de gestion des données signifient parfois plusieurs mois d’attente supplémentaire pour livrer le produit attendu, avec tous les risques que cela implique, en termes d’obsolescence ou de perte des efforts engagés. Ces deux temporalités, individuelle et collective, sont confrontées au même obstacle : le caractère limité de la ressource, irréversible, par nature non stockable. Le temps ne se rattrape jamais, disait récemment un haut gradé de l’armée française lors d'un colloque. 

Au delà de cette donnée temps, mesurée comme une consommation, il y a aussi le temps-donnée, qui permet de mesurer l’évolution de l’information : comment vos clients évoluent ils, quels produits achètent-ils et ont-ils achetés hier, d’où viennent-ils….?

 

Le dernier élément mesuré est donc l’argent, moteur de notre économie. C’est sur cette base qu’un projet sera choisi parmi un ensemble de propositions et qu’une entreprise allouera des ressources à sa mise en œuvre. Ces montants dépassent aujourd’hui l'entendement : on parle d’un marché mondial de 2000 milliards de dollars pour la transformation digitale à l'horizon 2020 (source IDC).

Tout comme il y a la donnée temps, il y a aussi la donnée argent, c’est-à-dire le mesure du résultat de toutes les actions menées par l’entreprise, et qui seront traduites sous forme de données, même si d’autres informations seront utilisées (localisation, navigation sur Internet, informations personnelles…).

Enfin, nous avons coutume de dire que le temps, c’est de l’argent. C’est-à-dire le moyen d’acquérir des compétences qui disposent de savoir-faire ou de temps pour traiter des informations (ou des datas). 

L’argent sert donc pour gérer des data dont l’objectif est de mesurer comment il est dépensé et collecté par l’entreprise. Il permet également d’échanger (acheter et vendre ces données). A l'instar du temps, il s’agit d’une ressource volatile : l’argent non utilisé s’érode, l’argent dépensé sans résultat (un produit, ou un service utile) est perdu, et dans certains domaines, il est parfois difficile d’identifier la rentabilité de l’investissement réalisé à long terme.

 

L’évolution (encore le temps) des technologies peut rendre des projets obsolètes avant qu’ils n’aient été livrés. C’est ici une perte de temps et d’argent. 

Quelle que soit leur ampleur, leur cible ou le temps qu’ils leur consacreront, les DSI et les CDO vont continuer à mener des projets de digitalisation. Leurs priorités dépendront de leurs moyens et de ce qu’ils ont déjà fait. Leurs utilisateurs espèrent qu’ils n’oublieront pas les applications tactiques qui facilitent leur quotidien et permettent des gains parfois plus faibles mais plus rapides, qui contribuent à gagner de l’argent, du temps ou de meilleures données.

 

 David Coerchon chez Winshuttle 

Le groupe EXODIAL, un acteur devenu incontournable dans le secteur de la relation patients et le secrétariat médical externalisé, poursuit sa croissance et annonce son rapprochement avec le groupe VOXENS, solides sociétés implantées dans la relation clients depuis 10 ans. 

 

Exodial devient ainsi l’un des leaders du télésecrétariat médical en France. À travers cette consolidation, EXODIAL disposera de la plus grande capacité du marché et devrait s’imposer à court terme comme le leader de « l’expérience Patient ».

 

Depuis quinze ans, Exodial a développé une solide expérience dans le développement, l'innovation et la gestion de services à destination des professionnels et établissements de santé. La société qui réunit 80 collaborateurs propose un éventail complet de services de secrétariat à destination des professionnels de santé, alliant des outils de dernière génération souples, complets et simples d’utilisation, et la proximité d’une équipe expérimentée basée en France.

 

En s’adossant au groupe Voxens, Exodial va accéder à de nouvelles ressources qui vont lui permettre de devenir l’acteur bénéficiant de la plus grande capacité de gestion en France :

 

- 350 positions réparties sur les sites du groupe à Paris (10e) et Rouen ;

- Des infrastructures qui garantissent la sécurisation de la gestion des prestations ;

- Des collaborateurs formés dédiés à chacune des spécialités des métiers de la santé ;

- Une très grande expertise des plateformes digitales, dont Doctolib ;

- Une plateforme interne full-web, très performante, dédiée notamment à la gestion des agendas.

 

Chakil MATHER, Président de Voxens : « Nous sommes fiers d’annoncer cette opération de croissance qui nous permet d’intégrer dans notre offre cette brique métier qui s’appuie sur une équipe d’experts reconnus pour la qualité de ses prestations. Le télésecrétariat est une activité en fort développement et dont la concentration va s’accélérer dans les prochaines années. Nous disposons désormais d’un outil industriel performant pour répondre aux attentes des professionnels de santé. »

 

Frédéric ROSES, fondateur d’Exodial, « En nous adossant à Voxens, nous bénéficions de nouvelles ressources techniques, humaines et financières. Celles-cis qui vont nous permettre de répondre dans les meilleures conditions aux attentes de nouveaux clients d’envergure, centres de soins et cliniques, qui nous ont récemment fait confiance. Notre complémentarité est une donnée centrale qui va profiter à l’ensemble de nos clients, qui vont en pleine sérénité être accompagnés par un partenaire solide pour gérer en délégation leur secrétariat, dans le cadre d’une véritable démarche qualité auprès de leurs patients ».

Les projets ERP restent stratégiques dans le développement des entreprises de toutes tailles, et s'inscrivent de plus en plus comme une composante fondamentale de la transformation digitale. D'abord focalisés sur des fonctions best-of-breed, comme le CRM, l'offre en applications Cloud s'est rapidement enrichie de solutions ERP. Aujourd'hui chaque éditeur propose sa solution ERP en mode Cloud;  certains par portage de la solution existante vers un cloud privé ou publique, d'autres avec une nouvelle solution totalement conçue pour le Cloud en mode Saas. Pourquoi un tel développement de ce type d’offres et surtout comment mener à bien son projet ERP dans le Cloud ? Ces deux questions sont fondamentales et demandent de s’y attarder.

 

Mettre en place un Projet ERP en Cloud, à qui cela s'adresse-t-il ?

 

En réduisant les coûts et les délais, le Cloud, permet aux PME et ETI d'accéder aux outils de gestion  performants qui vont supporter leur croissance, avec un investissement et des risques limités. Il va leur permettre de piloter l'ensemble de leurs activités commerciales, financières, logistiques ou de services …

Pour les entreprises en fortes croissances, le Cloud, va leur apporter de l'agilité par des extensions rapide de fonctions ou de puissance;  plus besoin d'acquérir des serveurs supplémentaires ou de faire une couteuse montée de version pour avoir accès aux dernières fonctionnalités. Cela explique pourquoi de nombreuses startups se tournent rapidement vers des solutions ERP dans le Cloud pour accompagner leur croissance rapide.

Toutefois, toutes les entreprises peuvent profiter des bénéfices d'une solution ERP dans le Cloud, comme système principal ou pour des filiales.  

 

 

Comment réussir son projet ERP en mode Cloud ?

 

Comme tous les projets ERP, celui-ci doit rester centré sur les processus métiers et la création de valeur en appliquant une méthodologie adaptée et éprouvée.  En effet, si le Cloud a permis de supprimer les contraintes d'infrastructure et de plateforme technologique, il reste tout de même le paramétrage et la configuration, pour coller aux processus de l'entreprise. Cela ne pourra débuter qu'après un cadrage (ou de recueil des besoins) pour fixer le périmètre détaillé ainsi que les spécificités de l'entreprise qui pourront nécessiter des arbitrages. Les points à aborder en pensant efficience des processus sont donc plus organisationnels et  métier que technologiques.

 

Même si les ERP Cloud modernes offrent des possibilités de personnalisation avancées, l'objectif doit être de les limiter aux points clés, indispensables et générateurs de valeur pour l'entreprise. Soit par ce qu'ils contribuent à la performance des utilisateurs, soit qu'ils apportent un avantage compétitif à l'entreprise par rapport à son marché, en terme, par exemple, de flexibilité ou de réactivité.

 

En ce sens, l'implication des responsables métier dans le choix de la solution est importante pour garantir la bonne adéquation de la solution retenue par rapport aux perspectives d'évolutions de l'activité de l'entreprise. La solution doit être capable de vous accompagner aussi bien sur l'évolution du nombre de transactions, que sur des évolutions stratégiques de canaux de distribution, de typologie de produits ou de services, etc.

 

 

Les ERP en mode Cloud constituent une réelle opportunité pour tous de se doter d’outils de gestion modernes, performants et facile à utiliser qui vont accompagner la croissance de l'entreprise, sans s'encombrer de contraintes technologiques. Cette facilité ne doit pas faire oublier les enjeux et les risques d'un projet de mise en œuvre d'ERP et négliger l'implication indispensable des ressources internes ainsi que le choix d'un partenaire intégrateur adéquat pour l'accompagnement.

 

 

Par Raphael Lallemand, Consultant Expert chez b-workshop

Letsignit affirme sa stratégie de distribution en annonçant un accord majeur avec  Logicom Cloud Marketplace pour étendre la commercialisation de son offre dans plus de 13 pays*.

À travers cette annonce, Letsignit souhaite s’appuyer sur les équipes de Logicom Cloud Marketplace pour accéder à de nouvelles opportunités. Le partenariat conclu avec Logicom Cloud Marketplace s’explique principalement par la capacité du distributeur à commercialiser largement des solutions de nouvelle génération qui s’adaptent parfaitement aux nouveaux usages digitaux plébiscités par les entreprises. C’est dans ce contexte que le distributeur a sélectionné la solution Letsignit pour son innovation, sa parfaite compatibilité avec les environnements de messagerie Microsoft et son approche unique sur le marché de la gestion des signatures mails.

Dans le cadre de ce partenariat, Logicom Cloud Marketplace s’appuiera donc sur la force de son réseau commercial pour assurer la promotion et la diffusion massive de l’offre de Letsignit. Ce soutien de poids permettra à l’éditeur d’accentuer ses ventes à l’international. Letsignit se donne en effet pour objectif de développer significativement ses ventes hors France et de s’imposer à court terme comme le leader de son marché. Pour y parvenir, l’éditeur peut notamment s’appuyer sur sa position de pionnier, l’importance de sa base clients et l’expertise de ses équipes techniques qui ont su concevoir une offre 100 % Cloud,  flexible, adaptable à la demande et simple de mise en œuvre.

Sébastien Telouk, Directeur Commercial chez Letsignit « Nous sommes fiers d’annoncer ce nouvel accord stratégique à l’occasion du GITEX qui nous permet de donner un réel éclairage à ce partenariat. Logicom Cloud Marketplace va fortement contribuer à accroitre notre rayonnement hors de nos frontières et à faire connaître notre solution de gestion de signature mails. La maturité de notre marché couplée à la performance de notre offre, sont de solides atouts qui permettront à Logicom Cloud Marketplace de répondre aux nouvelles attentes des entreprises. »

Cette annonce structurante permet à l’éditeur d’initier sa nouvelle stratégie de croissance à l’international. Prochainement, différents accords seront annoncés pour couvrir de nouveaux pays et continents. 

* Chypre, Grece, Malte, Roumanie, Italie, Liban, Jordanie, UAE, Qatar, Kuwait, Oman, et Bahrain

Les utilisateurs européens du Ricoh ProcessDirector (RPD) sont à nouveau invités à participer à des discussions approfondies sur les avancées technologiques, les meilleures utilisations et les dernières tendances au cours de cette seconde édition du Ricoh Interact Europe. Un événement sur trois jours au Centre Européen d’Expérience Client Ricoh (CEC) à Telford, en Angleterre, du 27 au 29 novembre. 

 

Interact Europe a été créé pour fournir des conseils pratiques et encourager les retours des utilisateurs. L’événement de cette année proposera une large gamme de formations et de sessions interactives imaginées pour aider les utilisateurs à profiter pleinement de leur principal outil de gestion des processus métier (workflow). Ils auront également l’opportunité d’échanger avec des experts Ricoh et des leaders d’opinion dans l’industrie. 

 

Eef de Ridder, Vice-Président, Commercial Printing, Commercial and Industrial Printing Group pour Ricoh Europe, commente : « Les utilisateurs de Ricoh ProcessDirector à travers l’Europe ont trouvé l’évènement de l’année dernière très instructif. Ils ont pu retourner à leurs opérations avec de nouvelles idées et de nouveaux savoirs qui améliorent leur efficacité et leur productivité. A travers le networking, ils ont acquis une compréhension plus large et, durant nos sessions collaboratives, ont été capables d’y ajouter une contribution précieuse. Nous attendons avec impatience un évènement aussi mutuellement enrichissant cette année, où les dernières nouveautés, créées suite aux judicieux commentaires des utilisateurs, seront parmi les sujets clés discutés. » 

 

Les sessions soigneusement choisies cette année incluront le top 10 des points forts du RPD, une analyse des flux de travail (workflow) pour des scénarios complexes d’impression, les bases à connaître sur ces flux lors de dialogues avec des experts et une session du « Saviez-vous que le RPD pouvait… ?) mais aussi une présentation des nouveautés, dont le dernier traitement PDF. 

 

Il y aura également des conseils pratiques sur la planification d’une mise à niveau du RPD, des recommandations pour ajuster le RPD à vos métiers, l’intégration de services web ainsi que des évolutions pour les solutions de cloud. 

 

Une « session approfondie » se concentrera sur la production de documents de suivi et le challenge populaire de l’an dernier sur la gestion de process métier sera relancé pour encourager les participants à signaler les problèmes qu’ils aimeraient voir résolus par le RPD. Une des solutions à ces problèmes sera présentée à la fin de l’évènement. Un panel « demandez à l’expert » et une visite du CEC complètent cet agenda bien rempli. 

 

Pour plus d’information, visitez le site www.ricoh-europe.com

Après avoir réalisé 2 acquisitions en 2017 et 2018 (sociétés Online Partner et Activlan), "Matilan poursuit sa croissance organique à un rythme soutenu, avec une envolée de son chiffre d’affaires de + 30% en 2018" commente Sacha Laassiri, directeur général de l'entreprise.

Récompensée pour la mise en place d’un vaste programme complet de formations et de certifications à destination de toute sa force technique et commerciale, Matilan obtient le label « Great Place to Work » en Octobre dernier. "C'est une récompense collective qui vient reconnaitre l'investissement de chacun dans notre projet de transformation" s'enthousiasme Sacha Laassiri.

Souhaitant désormais capitaliser sur ses investissements, Matilan prévoit de doubler son effectif dans les 18 mois à venir, et annonce un plan de recrutement ambitieux, avec plus de 30 nouveaux collaborateurs pour la seule année 2019, principalement dans les fonctions commerciales, avant-vente et expertise technique (Cloud, Collaboratif et Cybersécurité).

Matilan est une ESN parisienne présente sur l'ensemble du territoire, filiale du groupe Septeo, acteur clé de l’industrie numérique en France, qui compte 1.100 collaborateurs et réalise un CA de 130 M€. 

Classé à la 18ème place dans le dernier Palmarès Truffle 100 des éditeurs de logiciels français en 2018, le groupe Septeo se positionne comme le 1er acteur européen des Legal Technologies et a pour ambition de se hisser à la 5ème place mondiale d’ici 2020.

La suite digitale SAP S/4HANA se positionne sur le marché comme une référence pour accompagner les entreprises dans leurs processus de transformation digitale. En effet, combinant des outils modernes et innovants, elle joue un rôle stratégique en conjuguant réponse à des problématiques technologiques et métiers. Ces nombreux attraits amènent les entreprises à se tourner vers cette plateforme de nouvelle génération pour fluidifier leurs opérations et déployer des processus générateurs de bénéfices opérationnels et de gains de productivité. 

 

Choisir son approche en fonction de ses spécificités

 

Comme nous l’avons vu, passer à SAP S/4HANA est donc désormais une réelle opportunité de croissance. Encore faut-il savoir comment. Pour les nouveaux utilisateurs de l’environnement SAP qui utilisaient auparavant une autre plateforme, l’approche green field (repartir à zéro) est nécessaire. Pour les utilisateurs des anciennes plateformes SAP, deux approches sont possibles (Greenfield) ou lancer une mise à niveau vers SAP S/4HANA. 

 

Dans tous les cas, il est utile de choisir son modèle en se basant au préalable sur les résultats d’une étude prenant en compte différents éléments complémentaires comme : le budget, le planning, la roadmap à mettre en place et les bénéfices opérationnels et fonctionnels liés à l’utilisation de la solution vis-à-vis de l’ensemble des utilisateurs concernés (par exemple : une meilleure approche analytique métier).

 

Fédérer les collaborateurs et les métiers autour de ce projet

 

Sur ce point, il est important de concevoir son projet dans une logique de construction au service des métiers. Dans ce contexte, il faudra dès le départ associer des collaborateurs travaillant dans les différents départements de l’entreprise (RH, commerce, production, marketing…) qui pourront faire part de leurs attentes et de leurs besoins pour que la solution déployée soit perçue comme incontournable. Opter pour une philosophie de Change Management avec une logique de User Expérience est donc un axe stratégique.

 

Où en sont les entreprises dans le projet SAP S/4HANA

 

À ce jour, trois grands types de scénarios se distinguent : les entreprises qui connaissent SAP  S/4HANA, mais qui sont en phase amont pour lancer leurs projets (étude, réflexions, etc.). Celles qui ont des besoins opérationnels concrets, mais qui cherchent à valider un ROI pour lancer le projet. Puis enfin, celles qui ont compris les enjeux liés à la transformation digitale, qui ont les budgets nécessaires et qui se lancent dans la mise en œuvre de SAP S/4HANA. 

 

L’ensemble de ces éléments met en avant l’intérêt croissant des entreprises pour l’environnement SAP S/4HANA qui va donc occuper une place centrale dans les stratégies de transformation digitale des entreprises de toutes tailles.

 

Par Cyrille Pleignet,  Expert solution Industrie et Auto, delaware France    

ABONNEMENT NEWSLETTER

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

Découvrir

Créer votre compte

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

NOUS SUIVRE