Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Communiqués de presse
Communiqués de presse

Communiqués de presse (1172)

Outils collaboratifs : Cloud ou sur sites ?

mercredi, 14 novembre 2018 10:36

Agendas partagés, dossiers synchronisés, chats, réunions en vidéo, communications unifiées, réseaux sociaux d’entreprise... En quelques années, les outils collaboratifs sont devenus incontournables dans l’entreprise. Vecteurs des nouveaux usages et des nouvelles pratiques au cœur de la transformation numérique, ils sont plébiscités par les collaborateurs et les directions métiers qui y trouvent un regain de fluidité dans les échanges, d’agilité et de productivité. Ils sont aussi un argument pour toute entreprise soucieuse de rajeunir sa marque employeur et d’attirer les jeunes talents.

 

Vus de la DSI, en revanche, ils peuvent parfois être un vrai casse-tête. Car il faut contenter tout le monde : ce qui servira, par exemple, le marketing ne sera pas nécessairement utile à la production ou à la force de vente, et réciproquement. Dès lors, vaut-il mieux définir « un tronc collaboratif commun » dont chacun devra se satisfaire, laisser chaque direction métier sélectionner les outils dont elle estime avoir besoin, ou bien encore mixer ces deux solutions ?

 

Il n’y a pas de réponse définitive à cette question, tant les situations sont différentes d’une entreprise à une autre. La seule certitude, c’est qu’une fois un outil validé, il va falloir le déployer, c’est-à-dire l’intégrer au système d’information. Et là encore, des choix devront être faits sur site, hébergé dans un datacenter ou encore dans le Cloud (qu’il soit privé, public ou hybride). Les critères peuvent devenir très complexes selon la stratégie, les besoins et les contraintes de l’entreprise.

 

Déterminer ses besoins

 

Globalement, tous les logiciels de communication et de collaboration ne sont pas égaux en consommation de ressources informatiques. De fait, au-delà de la criticité des données manipulées ou des besoins d’accès en mobilité, un des principaux critères dans le choix du déploiement d’un outil collaboratif sera ses besoins en termes de ressources. Quelle que soit la typologie de son infrastructure, ses ressources ne sont pas illimitées et il est nécessaire de les utiliser au mieux. Pour un déploiement sur site, trouver le juste équilibre à la fois pour le calcul, le réseau et le stockage n’est pas aisé : il faudra faire des choix, dictés par les moyens matériels et financiers à disposition, qui conviendront à certains collaborateurs, mais en handicaperont d’autres. À l’inverse d’un déploiement sur site, une caractéristique du Cloud permet justement de s’affranchir de cette contrainte : c’est l’élasticité, autrement dit la capacité d’adapter l’offre en fonction de la demande, et ce, en temps réel ou quasi-réel.

 

Une tendance à la généralisation du Cloud 

 

Si de grandes tendances se dégagent aujourd’hui, le rythme et le périmètre d’adoption du Cloud sont propres à chaque entreprise : il n’y a pas de stratégie Cloud universelle. Même si des travaux ont déjà été réalisés en matière de virtualisation des infrastructures, d’externalisation des opérations IT ou de standardisation des architectures Web, il ne s’agit là que d’un préalable à l’adoption d’une stratégie Cloud, celle-ci devant être bâtie sur une analyse fine du patrimoine IT de l’entreprise, application par application. On vérifiera notamment qu’une application « cloudifiée » par son éditeur conserve le même périmètre fonctionnel que la version sur site ou, le cas échéant, qu’un périmètre fonctionnel réduit réponde toujours aux besoins des utilisateurs. 

 

En simplifiant les systèmes d’information utilisés par les entreprises et la distribution des applications professionnelles, les environnements Cloud disposent du potentiel nécessaire pour permettre aux entreprises de gagner du temps et de l’argent, et ce, moyennant une prise de risque minime. De plus, le modèle de Cloud rend obsolètes la mise en œuvre et la gestion de Datacenters au sein de l’entreprise. Conséquence, les entreprises peuvent consacrer davantage de ressources à l’innovation et à la réalisation d’applications de haute qualité, avec à la clé un potentiel de développement et une compétitivité accrue.

 

Vous souhaitez en savoir, téléchargez notre livre blanc

 

Mickaël LAPORTE, Directeur Branche Opérateur chez Foliateam

Use It Cloud, éditeur d’une plateforme de CMP (Cloud Management Platforms), fait évoluer sa politique commerciale et annonce le lancement d’une campagne de recrutement de partenaires opérateurs, hébergeurs et intégrateurs sur toute la France.

 

La forte montée en puissance des solutions et des plateformes Cloud utilisées par les  entreprises amène ces dernières à rechercher un moyen simple de piloter ces différents environnements. Use It Cloud répond à ce besoin. Sa plateforme assure l’automatisation et l’orchestration des déploiements des applications tout en permettant de gérer leur cycle de vie.

 

Fort de ce positionnement, Use It Cloud souhaite permettre aux clients de ses partenaires de gérer simplement leurs différents environnements Cloud (Cloud public, Cloud privé) depuis un point unique au travers d’une console d’administration simple et ergonomique.

 

Dans le cadre de sa politique de recrutement de partenaires, Use It Cloud propose de nombreuses ressources techniques, formations, marketing, etc. Cela permettra aux partenaires de mettre en place avec succès la solution Use it Cloud pour leurs clients. Pour sa part, l’éditeur compte se positionner comme un relai de croissance pour ses partenaires et distribuer massivement son offre auprès de l’ensemble des entreprises gérant des environnements multi Cloud.

 

Manuel Haas Directeur Commercial chez Use It Cloud « En lançant à grande échelle notre politique de distribution indirecte, nous allons permettre à toutes les entreprises de piloter simplement leurs projets Multi Cloud. Notre solution qui s’appuie sur des développements éprouvés est un moyen efficace de mener à bien ses opérations de mise en œuvre, de déploiement et de supervision des opérations réalisées sur des plateformes de Cloud public et/ou privé. »

 

D’ores et déjà, de premiers accords sont à l’étude avec des structures de différentes tailles (intégrateurs régionaux et opérateurs). Sur les prochains mois, Use It Cloud souhaite tout d’abord recruter quelques partenaires stratégiques qui se positionneront au centre de son dispositif. Use It Cloud sélectionnera en priorité des experts sur les sujets liés au Cloud et aux réseaux. 

 

 Rise Up, éditeur d’une plateforme e-learning et de gestion des présentiels, met le cap sur l’international. Cette nouvelle étape permettra à la société qui bénéficie d’une position unique sur le marché français d’étoffer ses équipes R&D et techniques en s’appuyant sur des experts présents sur un marché de l’emploi non saturé.

 

Concrètement, Rise Up propose une solution mixte de pilotage de formations, qui s’adapte aux spécificités de chaque organisation. La simplicité d’utilisation de la plateforme et sa formule par abonnement a séduit en très peu de temps des grands groupes pour la formation des collaborateurs, mais aussi des organismes pour la formation des réseaux de clients et partenaires. 

 

Rise Up Portugal réunit une équipe composée de développeurs et d’ingénieurs qui devront faire évoluer les solutions de l’éditeur et en concevoir de nouvelles. Les experts présents au Portugal travailleront en collaboration avec l’équipe technique française. D’ores et déjà de nouveaux recrutements sont ouverts. Rise Up permettra aussi à ses collaborateurs français ou portugais de changer d’agence. Cet élément est un réel plus qui favorise la mobilité pour les collaborateurs qui souhaitent bénéficier d’une aventure à l’international.

 

Arnaud Blachon, CEO de Rise Up « À travers cette annonce, nous allons densifier nos équipes techniques. Rise Up Portugal va nous permettre de continuer à innover pour renforcer notre compétitivité. »

Chaque année en France, le phishing touche plusieurs millions de personnes. Par ailleurs, près de 80 % des attaques de type ransomware se font via un email. Tout le monde est concerné, particuliers et entreprises. Pour y faire face, des solutions simples et efficaces existent, comme la signature des messages électroniques et leur chiffrement, permettant de sécuriser les contenus et les pièces jointes.

 

Le destinataire peut vérifier de façon certaine la provenance des emails

 

Grâce à la signature numérique des emails, les destinataires sont certains de l’identité de l’émetteur. En ouvrant l’enveloppe jointe au mail, le destinataire peut accéder aux informations d’identité de l’émetteur qui ont été vérifiées par une Autorité de confiance (organisme certifié).

 

De plus, cette signature garantit au destinataire l’intégrité du message, donc qu’il n’a pas été falsifié. En effet, la majorité des clients de messagerie (Outlook, Thunderbird…) intègre les fonctions de vérification de signature.

 

Pour assurer cette fonction de signature, les émetteurs de mails doivent s’équiper d’un Certificat numérique d’authentification/signature normé. En France, les normes en vigueur sont le RGS (Référentiel Général de Sécurité) et l’eIDAS (Règlement européen sur la confiance numérique).

 

Rendre confidentiels vos emails en les chiffrant 

 

Avec le chiffrement des emails, il est possible d’aller encore plus loin et de restreindre la lecture de vos mails qu’à des destinataires identifiés, car eux seuls pourront les ouvrir. Ce dispositif de confidentialité est également bien adapté pour sécuriser les communications par email entre collaborateurs d’une entreprise.

 

Pour mettre en place ce dispositif, les émetteurs et destinataires d’emails doivent s’équiper d’un Certificat de chiffrement. En France, la norme de référence pour ce certificat est le RGS.

 

La signature électronique et le chiffrement des emails sont donc des composantes clés pour gagner en sécurité et en sérénité. A noter que ces technologies répondent au RGPD, et ne pas en tenir compte peut impliquer de très graves répercussions pour une entreprise.

 

Par Arnauld Dubois est le co-fondateur et le dirigeant de Dhimyotis.

 

L’entreprise Dhimyotis - Groupe Tessi - développe, sous sa marque Certigna, une gamme complète de certificats numériques d’authentification, de signature électronique, de chiffrement et d’horodatage. Dhimyotis a le statut de Tiers de confiance et ses certificats sont qualifiés RGS et eIDAS.

 

 

 

Chaque année en France, le phishing touche plusieurs millions de personnes. Par ailleurs, près de 80 % des attaques de type ransomware se font via un email. Tout le monde est concerné, particuliers et entreprises. Pour y faire face, des solutions simples et efficaces existent, comme la signature des messages électroniques et leur chiffrement, permettant de sécuriser les contenus et les pièces jointes.

 

Le destinataire peut vérifier de façon certaine la provenance des emails

 

Grâce à la signature numérique des emails, les destinataires sont certains de l’identité de l’émetteur. En ouvrant l’enveloppe jointe au mail, le destinataire peut accéder aux informations d’identité de l’émetteur qui ont été vérifiées par une Autorité de confiance (organisme certifié).

 

De plus, cette signature garantit au destinataire l’intégrité du message, donc qu’il n’a pas été falsifié. En effet, la majorité des clients de messagerie (Outlook, Thunderbird…) intègre les fonctions de vérification de signature.

 

Pour assurer cette fonction de signature, les émetteurs de mails doivent s’équiper d’un Certificat numérique d’authentification/signature normé. En France, les normes en vigueur sont le RGS (Référentiel Général de Sécurité) et l’eIDAS (Règlement européen sur la confiance numérique).

 

Rendre confidentiels vos emails en les chiffrant 

 

Avec le chiffrement des emails, il est possible d’aller encore plus loin et de restreindre la lecture de vos mails qu’à des destinataires identifiés, car eux seuls pourront les ouvrir. Ce dispositif de confidentialité est également bien adapté pour sécuriser les communications par email entre collaborateurs d’une entreprise.

 

Pour mettre en place ce dispositif, les émetteurs et destinataires d’emails doivent s’équiper d’un Certificat de chiffrement. En France, la norme de référence pour ce certificat est le RGS.

 

La signature électronique et le chiffrement des emails sont donc des composantes clés pour gagner en sécurité et en sérénité. A noter que ces technologies répondent au RGPD, et ne pas en tenir compte peut impliquer de très graves répercussions pour une entreprise.

 

Par Arnauld Dubois est le co-fondateur et le dirigeant de Dhimyotis

 

L’entreprise Dhimyotis - Groupe Tessi - développe, sous sa marque Certigna, une gamme complète de certificats numériques d’authentification, de signature électronique, de chiffrement et d’horodatage. Dhimyotis a le statut de Tiers de confiance et ses certificats sont qualifiés RGS et eIDAS.

 

 

 

Par Jean-Manuel Jenn, Directeur Business Lines PP & Outsourcing, Ricoh France

 

Nombreux sont les prestataires de services d’impression qui se retrouvent dans la situation désagréable d’être concurrencés par leur propre fournisseur. Pourquoi choisir de ne pas s’engager dans cette voie, et de développer une stratégie de partenariat à forte valeur ajoutée au service de ses clients prestataires comme de ses clients finaux ?

 

Une entreprise est en bonne santé lorsque ses clients le sont également. La formule peut paraître simpliste, mais elle a de réelles implications sur la stratégie d’un fournisseur vis-à-vis de ses clients prestataires de services. Car il ne suffit pas d’écrire que l’on est le partenaire de ses clients, il faut aussi le démontrer au quotidien et surtout dans les situations où l’enjeu est le plus fort, lorsqu’il s’agit de faire des profits. Nombre d’entreprises ont pris l’habitude de mesurer leur performance au volume des ventes réalisées, qu’il s’agisse de produits ou de services basés sur ces produits. 

 

Mais c’est le succès, et donc la fidélité des clients, qui assure la stabilité sur le long terme. Or, sans celle-ci, un fournisseur ne pourrait continuellement innover au service de l’évolution des environnements de travail. La posture de partenariat vis-à-vis de ses clients prestataires de service fait donc partie d’un tout, qui lui permet de concentrer ses efforts et ses moyens là où il fait la différence.

 

Ne pas mettre le doigt dans l’engrenage

 

La meilleure garantie que l’on puisse apporter aux clients dans ce domaine est de décider de ne pas investir dans une infrastructure de production en propre, ne fût-ce que pour répondre aux besoins d’un seul client important. La logique du business est en effet implacable : une fois l’investissement réalisé, il faut le rentabiliser. Et cela conduit tôt ou tard à une embarrassante situation de concurrence avec ses propres clients. 

 

Plutôt que de prendre le risque de mettre le doigt dans l’engrenage, le fournisseur doit opter pour une stratégie de partenariat à valeur ajoutée en partant du principe énoncé plus haut que le succès de ses clients fera aussi son succès. Un client peut ainsi être redirigé vers l’écosystème de partenaires pour répondre à une demande particulière ; le fournisseur devra alors accompagner le partenaire retenu et jouer in fine son rôle de prescripteur.

 

Générer un partenariat « gagnant-gagnant-gagnant » pour grandir ensemble

 

Par exemple, lancer un programme de partage de business permet aux clients finaux, grands comptes ou industriels, de bénéficier d’une prestation sur mesure dans le cadre d’un partenariat « gagnant-gagnant-gagnant ». Qu’il s’agisse de produire localement au plus près des points de distribution ou de répondre à des contraintes spécifiques, l’objectif est d’élaborer au cas par cas, avec un écosystème de prestataires partenaires, la solution apportant le plus de valeur ajoutée à toutes les parties en présence. 

 

L’apport d’expertise ne se limite évidemment pas à la seule dimension technique de la prestation. En tant que fournisseur et partenaire, il faut travailler aussi en étroite collaboration avec les prestataires pour les aider à faire évoluer leur stratégie. Il est nécessaire de partager son expertise pour permettre à ses partenaires de saisir des opportunités d’affaires nouvelles liées à une technologie en particulier.

 

Développer le business : optimise l’innovation 

 

Ce qui motive au fond cette stratégie, c’est la conviction que la croissance n’est plus nécessairement là où on le croit, dans une diversification verticale qui aboutit immanquablement à entrer en concurrence avec ses propres clients. La transformation des modes de travail et de consommation a ouvert des chantiers tellement vastes qu’il serait dommage de se limiter à une vision aussi cloisonnée. 

 

Au contraire, une croissance fondée sur le développement de nouvelles idées, l’exploration de nouveaux marchés et de nouvelles manières de faire des affaires, a plus de valeur. La compétitivité aujourd’hui passe surtout par la capacité à innover et à grandir ensemble, ce qui vaut autant pour un fournisseur que pour ses clients prestataires, ou pour les entreprises clientes de ces mêmes prestataires.

 

Etre partenaire de ses clients permet alors la création d’un écosystème stimulant la création, l’innovation et la croissance. Il existe une vraie valeur ajoutée à la construction d’une telle relation. 

 

75 % des emails reçus sont des courriels indésirables, ce qui équivaut à passer 40 minutes chaque jour à trier des emails non souhaités et potentiellement dangereux. Voici une infographie présentant des chiffres clés, un graphique et des explications sur ces dangers qui menacent chaque jour l’entreprise au travers de la messagerie.

Tessi documents services décroche la certification ISO 18295-1 pour ses centres de contacts et son savoir-faire en matière de gestion de l’Expérience Client

 

Tessi documents services, acteur leader de la transformation digitale des entreprises et du Business Process Outsourcing (BPO), confirme son statut d’acteur référent sur le marché de la Relation Client en décrochant une nouvelle certification de qualité : ISO 18295-1 par BUREAU VERITAS CertificationLa norme européenne EN 15838 (socle de la NF 345 Relation Client) est suppléée à compter du 31 mars 2018 par la nouvelle norme internationale ISO 18295 qui se décline en deux parties :  ISO 18295-1 réservée aux « centres de contacts » et ISO 18295-2 réservée aux « donneurs d’ordre ». Avec cette nouvelle certification, Tessi documents services s’assure que l'ensemble des moyens et méthodes mis en œuvre dans ses centres de contacts répond efficacement aux exigences d’une expérience client élevée et aux plus hauts standards du marché. Déjà certifié ISO 9001 version 2015 pour ses centres de contacts, garantissant un système de management de la qualité de l’entreprise, Tessi documents services démontre une nouvelle fois l’engagement sans faille de ses équipes à faire vivre au quotidien des expériences clients uniques, novatrices et personnalisées.

 

« Cette certification vient récompenser à la fois la maturité et la valeur de notre proposition Relation Client, mais surtout la qualité managériale de nos équipes opérationnelles » souligne Laurent Marcheras, Responsable marketing et développement Relation Client.

La transition numérique et l’impact des outils de mobilité s’associent souvent à la digitalisation des entreprises du secteur privé. Le secteur public a également entamé le virage de la transformation digitale et les services informatiques des collectivités engagent de nombreux projets innovants. La digitalisation va donc continuer à se diffuser pour offrir toujours plus de qualité de service aux usagers et administrés. 

 

La Santé par l’innovation 

 

Le secteur de la santé n’échappe pas au phénomène de la transition numérique. Que se soit au niveau du patient ou du personnel soignant. Transformer l’expérience du patient en raisonnant autour d’un parcours de santé devient essentiel. Mieux équiper ses soignants pour faciliter leur quotidien, réduire leur stress et favoriser une meilleure prise en charge des patients sont autant de projets porteurs de sens et aussi d’économies pour les établissements. Des études font par exemple apparaître que BeagleBoxx au moyen de son application PIECA contribue de façon significative au bien-être des patients hospitalisés et améliore la communication et la collaboration entre les soignants. La solution Beagleboxx sur iPad peut ainsi venir compléter ou remplacer les systèmes de terminaux multimédias ou TV connectés.

 

La technologie au service de l’apprentissage

 

La technologie intégrée dans un projet pédagogique global contribue à rendre l’élève acteur de son apprentissage. Elle permet un enseignement individualisé adapté au rythme de l’enfant et une meilleure intégration des enfants aux besoins éducatifs spécifiques. De nouveaux modèles pédagogiques sont alors mis en place : pédagogie différenciée, classe inversée, tutorat. 

 

Aujourd’hui, les enseignants plébiscitent les tablettes qui supplantent l’ordinateur dans les usages numériques quotidiens des élèves.  L’ambition est d’introduire le cartable numérique dans les écoles, grâce aux manuels scolaires qui deviennent des cahiers d’activités interactifs. Les témoignages font tous état d’un regain de motivation des élèves, d’une autonomie grandissante et d’une ouverture inédite sur le monde. Autant de possibilités pour réduire l’échec scolaire et assurer l’égalité des chances. 

 

Le Porte-document numérique de l’Élu

 

Les élus ont bien souvent plusieurs fonctions : en plus de leur activité professionnelle, ils sont engagés dans un ou plusieurs mandat(s) et différentes commissions, ce qui nécessite la gestion d’un grand volume de documents et une course contre la montre au quotidien. Leur proposer un porte-documents sécurisé et personnel pour recevoir les documents nécessaires à l’exercice de leur(s) mandat(s) et répondre à leurs besoins de mobilité est indispensable. Pour le service des assemblées et la collectivité, cette approche permettra un suivi efficace de chaque convocation, une suppression du risque de contestation de mise à disposition et un gain de temps et de productivité. Les élus auront alors accès à tous leurs documents de mandats dans une seule application simple et intuitive dans le respect des exigences réglementaires. 

 

Ces différents cas d’application donnent un réel éclairage aux possibilités offertes par la digitalisation pour les acteurs publics. L’évolution numérique constitue dès lors un enjeu majeur de la compétitivité et de la performance des organisations publiques dans les années à venir. 

 

Par Frédéric CHOLLET, chez SCC France 

 

Gartner a positionné SER Group en tant que Challenger dans le Magic Quadrant 2018 pour les plateformes de services de contenu (CSP) *. SER Group est le seul fournisseur européen de solutions ECM répertorié en tant que Challenger. Ce classement s’explique par la forte présence de l’éditeur à l’international, sa vision et les spécificités de ses solutions.

 

Une fois de plus, SER Group a été reconnu dans le Magic Quadrant (en tant que visionnaire l'année dernière et désormais en tant que Challenger). "SER Group, désormais positionné comme Challenger, renforce sa position parmi les fournisseurs internationaux qui dominent le marché des services de contenu", explique Morad Rhlid, Directeur général de SER Solutions International GmbH, "Selon nous, La position de Challenger dans le coin supérieur gauche du Magic Quadrant, coïncide avec l’atteinte de nos objectifs de croissance et la perception de Doxis4 en tant que marque mondiale reconnue. "

 

« Avec une note « excellente » dans 4 cas d'utilisation sur 5 et une note « bonne à excellente » dans le cinquième cas d'utilisation présentés dans le Gartner Critical Capabilities report, nous estimons que notre référencement en tant que Challenger marque une nette amélioration en ce qui concerne notre capacité d'exécution », commente Gregor Joeris, CTO de SER Group qui conclut « Pour nous, il s'agit avant tout de rendre nos clients plus performants. Le fait que nous soyons placés en deuxième position du quadrant Challengers pour ce qui est de notre vision ne nous surprend pas. Notre vision des services de contenu et du traitement du contenu repose sur l’extensibilité, la fédération et l’intelligence. Doxis4 unifie les expériences et les processus. " 

 

La solution Doxis4 est “excellente”

 

La qualité de l’offre Doxis4 explique que SER Group soit positionné en tant que Challenger dans le Magic Quadrant 2018 pour les plateformes de services de contenu. Le rapport Gartner Critical Capabilities for Content Services Platforms**, qui accompagne le Magic Quadrant, fournit une analyse détaillée de 20 plateformes de services de contenu qui disposent toutes de spécificités techniques qui leur sont propres. Par rapport à l’année dernière, Doxis4 a amélioré sa notation. En outre, Gartner classe les platesformes en fonction de divers cas d'utilisation. SER Group a reçu une note « excellente » dans quatre cas d'utilisation sur cinq. Dans le cinquième cas d'utilisation, les capacités de Doxis4 ont été jugées « bonnes à excellentes ».  « De notre point de vue, notre intégration dans le quadrant Challenger du Magic Quadrant Gartner et nos notations dans les capacités critiques attestent de la pertinence de notre vision qui consiste depuis des années à positionner Doxis4 comme une véritable plateforme de services de contenu », commente Gregor Joeris.

 

Les clients recommandent Doxis4

 

Les nombreux témoignages très positifs formulés par les clients dans les Gartner Peer Insights *** reflètent également, selon nous, l’excellence des solutions de SER Group. Un grand nombre d'entreprises régionales, internationales, de taille moyenne et de grands comptes, estiment que Doxis4 leur permettra de mener à bien leur transformation digitale.

Avec une note moyenne de 4,3 sur 5,0 basée sur 38 notes (au 30 octobre 2018), nous pensons que SER Group se démarque clairement sur le marché.

 

*Gartner, Magic Quadrant for Content Services Platforms: Karen Hobert, Michael Woodbridge, Monica Basso, 25 October 2018; to access the report, please click here: https://www.ser-solutions.com/gartner-mq-csp-2018-download.html 

**Critical Capabilities for Content Services: Michael Woodbridge, Karen Hobert, 25 October 2018; login or payment required to download the report


Disclaimers

Gartner does not endorse any vendor, product or service depicted in its research publications, and does not advise technology users to select only those vendors with the highest ratings or other designation. Gartner research publications consist of the opinions of Gartner's research organization and should not be construed as statements of fact. Gartner disclaims all warranties, expressed or implied, with respect to this research, including any warranties of merchantability or fitness for a particular purpose.

***Peer reviews as of October 30, 2018; https://www.gartner.com/reviews/market/content-services-platforms/vendor/ser-group?timeFilter=12 
Gartner Peer Insights reviews constitute the subjective opinions of individual end users based on their own experiences, and do not represent the views of Gartner or its affiliates.

 

ABONNEMENT NEWSLETTER

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

Découvrir

Créer votre compte

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

NOUS SUIVRE