Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
BUSINESS

SAP renforce Hybris en rachetant Gigya

mardi, 26 septembre 2017 23:39

L’éditeur allemand vient d’annoncer le rachat de la start-up californienne Gigya, spécialisée dans la gestion des identités et des accès. Elle sera d’ici peu fusionnée avec Hybris.

Comptant aujourd’hui 700 entreprises clientes dont de nombreux très grands comptes, cette société devrait permettre à la suite de SAP d’élargir sa palette de compétences pour se positionner solidement sur le marché encore en développement de l’identité. Avec les 1,3 milliard d’identités qu’elle gère et les données qu’elle recueille sur la base du consentement, SAP entend permettre à ses utilisateurs de mieux profiler leurs clients et d’en convertir de nouveaux grâce à des informations plus précises. De quoi étoffer et renforcer les outils offerts par SAP Hybris.

Aucun montant n’a été communiqué quant à cette transaction.

Google s’offre une nouvelle activité mobile

vendredi, 22 septembre 2017 18:07

Malgré la déconvenue liée à Motorola Mobility, la firme de Mountain View a décidé de retenter l’expérience : elle jette cette fois-ci son dévolu sur la division mobile d’HTC. Moyennant 1,1 Md$, près de 2 000 ingénieurs et designers vont rejoindre les rangs de Google. L’industriel, quant à lui, conservera ses usines. L’opération arrive à pic pour HTC, en proie à de sérieuses difficultés financières depuis plusieurs mois.

Partenaires de longue date, les deux sociétés ont déjà collaboré à maintes reprises dans la conception de téléphones tels que le HTC Dream, le Nexus One ou plus récemment le Pixel. Le fabricant taïwanais dispose aujourd’hui de toute une gamme de matériels estampillés Google et prévoit une nouvelle génération de produits pour début octobre. Par ailleurs, il travaille déjà sur le successeur du HTC U11 et envisage de s’intéresser de plus près aux domaines de la réalité virtuelle et augmentée, de l’intelligence artificielle et de l’IoT.

Econocom se renforce sur la data avec Biboard

vendredi, 22 septembre 2017 17:56

Nouvelle prise pour Econocom. Le groupe français vient d’annoncer le rachat de Biboard. Également française, cette entreprise s’est fait un nom grâce à ses solutions de Business Intelligence (BI). L’une d’entre elles permet aux entreprises clientes ainsi qu’à leurs partenaires, clients et fournisseurs de visualiser les données via des tableaux de bord en ligne.

Avec cette acquisition, Econocom entend renforcer son positionnement sur le marché de l’analytique et du Big Data, considéré comme extrêmement porteur par l’ensemble des analystes. Le groupe n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai dans ce domaine puisqu’il s’est associé en juin dernier avec Tibco Software, un important fournisseur de solutions d’intégration et de BI. Une stratégie que la direction d’Econocom qualifie de montée en valeur. Au total, 90 % des effectifs de Biboard seront conservés. Aucun montant n’a été communiqué pour la transaction.

Toshiba lestée de sa branche mémoire

vendredi, 22 septembre 2017 00:59

Après plusieurs mois de négociations, le conseil d’administration de Toshiba met fin au suspense : c’est finalement le consortium dirigé par Bain Capital qui sera le nouveau propriétaire de l’activité semi-conducteurs du fabricant japonais. Bien que Western Digital ait porté l’affaire en justice pour tenter d’annuler la vente organisée par son associé, le conglomérat japonais affirme que la cession devrait être menée à bien.

La transaction, d’un montant de 18 Md$, permettra à Toshiba de rééquilibrer sa trésorerie, mise à mal depuis la faillite de sa filiale nucléaire américaine Westinghouse Electric. La société devrait ainsi éviter sa radiation de la bourse de Tokyo. Apple qui, à l’instar de Dell, fait partie de l’alliance menée par Bain, va quant à elle pouvoir exploiter les composants flash du géant japonais et venir titiller Samsung, actuel n°1 mondial des mémoires NAND.

Salesforce lance un fonds de soutien à l’IA

vendredi, 22 septembre 2017 00:48

Un an après le lancement d’Einstein, son moteur IA, le groupe entend attirer à lui les start-up les plus innovantes du monde dans ce domaine. Pour cela, il vient de lancer Salesforce AI Innovation Fund, un fonds d’investissement doté de 50 M$. Celui-ci est destiné à aider les jeunes pousses les plus prometteuses à développer leurs technologies cognitives sur la base de sa plateforme. Cette initiative devrait permettre à Einstein de croître en puissance et en diversité, et donc de prendre de l’avance sur ses concurrents. Selon le groupe, le moteur s’appuie aujourd'hui sur 7 000 développeurs.

Trois entreprises ont déjà été sélectionnées pour le programme : etTalkIQ, Squirro, Highspot et All Turtles, respectivement spécialisées dans l’analyse des conversations orales, l’analyse prédictive, les outils marketing et d’aide à la vente, et l’intelligence matricielle. Pour toutes, les avantages vont bien au-delà de l’argent et de l’accès à Einstein. En effet, elles profiteront des conseils et des clients de Salesforce.

Slack renforce sa flexibilité opérationnelle

mercredi, 20 septembre 2017 00:10

Après une nouvelle levée de fonds de 250 M$, réalisée principalement auprès de Vision Fund (le fonds de Softbank) et d’Accel Partners, la plateforme de communication pour les entreprises est valorisée à plus de 5 Md$. Cette nouvelle montée en puissance va permettre à l’éditeur de consolider sa position sur le marché de la messagerie d’entreprise qui compte désormais de nouveaux concurrents de taille tels que Teams (Microsoft), Workplace (Facebook), Stride (Atlassian) ou encore Spark (Cisco). Il devrait aussi cibler les grands groupes.

Depuis sa création en 2014, Slack a réussi à lever plus de 840 M$ pour développer sa solution de messagerie collaborative. Avec 6 millions d’utilisateurs actifs chaque jour (et 9 millions par semaine), celle-ci a déjà largement conquis son public. Ses fonctionnalités phares (telles que les channels partagés) en font l’outil de prédilection de nombreux professionnels, notamment des start-up. La société perçoit aujourd’hui près de 200 M$ de la vente d’abonnements à sa plateforme.

OpenText rachète Guidance Software

mercredi, 20 septembre 2017 00:10

OpenText poursuit sa politique de croissance externe. Le groupe vient de finaliser le rachat de Guidance Software, un spécialiste américain de la sécurisation des équipements informatiques et de l’investigation numérique, pour 222 M$. En préparation depuis le mois de juillet, cette opération a finalement permis à OpenText de s’offrir 76,7 % de son homologue.

Avec cette opération, l’éditeur canadien renforce sa suite OpenText Discovery dans les domaines de la gestion des risques données et de l’analyse forensique. Cela pourrait lui ouvrir les portes du secteur bancaire, des assurances et des administrations publiques, soit une énorme source de revenus potentiels. Plus largement, le groupe s’est lancé depuis 2016 dans une grande politique de rachat avec notamment Covensit, Documentum, Daegis, ANXe Business et Recommind.

Recruté en 2002 dans l’entreprise de Michael Dell, le très influent membre de la direction a annoncé son départ pour la fin de l’exercice fiscal en cours, en janvier 2018. Tour à tour directeur de l’exploitation (COO), directeur financier et dernièrement président d’Infrastructure Solutions Group,  David Goulden a joué un rôle capital dans le développement de la société. Parmi les exploits auxquels il a participé, on compte notamment 75 rachats d’entreprises dont celui, de taille, de VMware.

Il semblerait que cela n’ait pas suffi à le protéger un an après l’acquisition d’EMC. L’annonce de son départ intervient une seule semaine après celle de très mauvais chiffres de ventes des solutions de stockage. Selon lui, ces dernières auraient reculé de 5 % sur un an, tandis que le cabinet spécialisé IDC établit pour le groupe un recul des revenus sur ce secteur de 26,7 %. David Goulden avait préalablement remis en cause plusieurs éléments stratégiques de l’entreprise. Reste à savoir si son successeur, Jeff Clarke, précédemment vice-président en charge des opérations et de la technologie, suivra ses préconisations ou non.

 

SendinBlue veut améliorer sa solution SaaS

jeudi, 14 septembre 2017 20:09

L’éditeur français souhaite proposer de nouveaux canaux de fidélisation à ses clients. Dans ce contexte, il vient de lever 30 M€ auprès de Partech Ventures. Cette somme lui permettra d’étendre les possibilités de son logiciel SaaS à destination des PME. Il devrait notamment être doté de nouveaux canaux de communication. SendinBlue compte également élargir le cercle de ses partenaires qui englobe déjà de grands noms tels que PrestaShop, Magento ou WordPress.

À ce jour, la société spécialisée en marketing personnalisé compte près de 50 000 utilisateurs, répartis dans 140 pays. Près de 60 % de son chiffre d’affaires est réalisé à l’international. Cette nouvelle rentrée d’argent lui permettra de recruter une centaine de nouveaux talents d’ici l’année prochaine, sur ses 3 sites (en France, en Inde et aux États-Unis).

Dix-huit mois après son arrivée où il remplaçait Patrick Bensabat, fondateur et patron historique du groupe décédé en janvier 2016, Christophe Dumoulin n’a pas réussi à se mettre d’accord avec le conseil d’administration sur la stratégie de développement à adopter. Les divergences ont conduit à ce qu’il soit relevé de ses fonctions, malgré de bons résultats. En effet, Business & Decision vient de renouer avec un résultat opérationnel courant positif.

Son successeur, Jean-Louis Didier, le remplace donc immédiatement afin de poursuivre la restructuration engagée. Contrairement à son prédécesseur, il est issu de la finance et non de l’IT. Diplômé de l’INSEAD, il a commencé sa carrière dans une filiale du Crédit Agricole où il est resté 13 ans avant de fonder puis de céder la société Carax.  

ABONNEMENT NEWSLETTER

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

Découvrir

Créer votre compte

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

NOUS SUIVRE

AGENDA

Aucun événement