Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

OpenStack épouse les conteneurs et l’intégration continue

Écrit par  , vendredi, 25 mai 2018 00:02 , CLOUD COMPUTING.
OpenStack épouse les conteneurs et l’intégration continue Ulrich Muller-Adobe Stock

Réunie à Vancouver, la communauté OpenStack a vu le lancement de Kata Containers, solution d’infrastructure de conteneurs sécurisés. La plateforme cloud open source en profite pour présenter le projet Zuul sur la livraison continue.

OpenStack ne veut pas vivre dans l’ombre des conteneurs et de Kubernetes. Si le second devient petit à petit un standard pour gérer les clusters, la plateforme cloud open source entend bien se faire entendre sur la technologie de conteneurisation. Elle vient de le rappeler à Vancouver lors d’un rassemblement de la communauté. A cette occasion, OpenStack a enfin livré la version 1.0 du projet Kata Containers.

Cette initiative a vu le jour en décembre 2017 et se résume comme étant une technologie de VM plus légère, plus rapide et plus sûre. Sur le plan technique, Kata Containers comprend 6 composants : Agent, Runtime, Proxy, Shim, Kernel et l’emballage du QEMU 2.9. OpenStack ne se lance pas seul dans cette aventure, Intel apporte sa technologie Clear Containers pour assurer la sécurisation par l’isolation des machines virtuelles. Le socle de Kata Containers repose aussi sur runV d’Hyper.sh, un runtime de Docker agnostique par rapport aux hyperviseurs. Les connaisseurs de Docker ne seront pas déboussolés. Le projet peut maintenant compter sur la participation financière d’ARM, Dell/EMC, Red Hat et Intel, ainsi que sur l’accompagnement de plusieurs autres acteurs : 99cloud, AWcloud, Canonical, China Mobile, City Network, CoreOS, EasyStack, Fiberhome, Google, Huawei, JD.com, Mirantis, NetApp, SUSE, Tencent,Ucloud et UnitedStack.

Zuul, l’autre projet de la Fondation OpenStack

Après Kata Containers, la Fondation OpenStack a présenté un autre projet, géré par elle-même. Baptisé Zuul, il s’agit d’une solution d’intégration et de livraison continue. L’offre n’est pas nouvelle, elle est déjà utilisée par OpenStack depuis 2012 et par plusieurs clients. Parmi eux, on remarque GoDaddy, BMW ou Huawei. Passant à la V3, Zuul gagne son indépendance en devenant un projet à part entière. Comme dans le cas de Kata Containers craignant l’hégémonie de Kubernetes, l’ombre de Spinnaker plane sur Zuul. Le projet développé par Netflix et présenté en 2015 mène du déploiement continu dans les différents cloud (AWS, Azure et Google Cloud Platform). Spinnaker séduit y compris dans les rangs d’OpenStack comme Mirantis. Zuul doit compter aussi sur d’autres concurrents sérieux comme Jenkins et Travis.

En intégrant Github et Ansible dans sa dernière itération, les créateurs de Zuul pensent que leur solution est apte à être utilisée pour le développement, le test et le déploiement d’applications. Elle s’inscrit dans une approche « d’une solution pour les gouverner tous », plutôt que de mener l’intégration continue projet par projet. Le projet Zuul est mené en mode collaboratif sous licence Apache 2. Avec ces deux projets, Kata Containers et Zuul, la Fondation OpenStack veut devenir un hub important des initiatives open source comme la Fondation Linux ou la Cloud Native Computing Foundation.

 

Connectez-vous pour commenter

ABONNEMENT NEWSLETTER

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

Découvrir

Créer votre compte

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

NOUS SUIVRE

AGENDA

10/09/2018 - 12/09/2018
Paris Retail Week