Eco

BNP Paribas, Banque postale et Société générale font Wallet commune : Paylib

Par La rédaction, publié le 17 septembre 2013

Trois grandes banques françaises s’allient pour créer un porte-monnaie mobile commun, Paylib. La première version sera lancée sur le salon e-Commerce, le 24 septembre et sera accessible gratuitement aux 23 millions de clients des trois établissements.

Banque Postale, Société Générale et BNP Paribas a une même table pour le lancement de Paylib.

Paylib est la nouvelle application mobile que votre banque, s’il s’agit de BNP Paribas, Banque postale ou Société générale, espère bien vous voir installer sur votre smartphone. Officiellement lancée le 24 septembre prochain, celle-ci vous permettra de réaliser vos paiements sur votre mobile et tablette sans avoir à saisir votre numéro de carte bancaire.

C’est l’application Paypal qui est, bien évidemment, dans le collimateur des banques françaises. Celles-ci, fortes d’une étude Ifop, misent sur la notoriété des trois partenaires pour convaincre des internautes qui préfèrent encore très largement payer sur leur ordinateur personnel. Plus de 80 % (83 %) des personnes interrogées sur Paylib considèrent qu’il s’agit d’une bonne alternative aux systèmes de paiement actuels, et 80 % accorde leur confiance au service car il est proposé par leur banque. Des chiffres à prendre avec des pincettes puisque le service n’était bien évidemment pas encore disponible au moment du sondage.

Chaque banque va mettre l’application Paylib à ses couleurs.

L’activation du service de paiement sera gratuite pour l’internaute, tout comme les transactions. Un bel effort de la part de nos banques habituées à facturer le moindre service. Un atout pour Paylib face à un Paypal grand adepte des commissions sur les transactions. « On veut assurer un succès rapide de la solution auprès des particuliers, mais aussi auprès des commerçants qui sont aussi nos clients », a expliqué Laurent Goutard, directeur de la banque de détail de la Société générale lors de la présentation de Paylib. S’il s’est refusé à livrer ses tarifs pour les marchands, il a assuré que l’offre serait très compétitive.

Chaque banque sera libre de fixer ses tarifs vis-à-vis des marchands et d’autres banques pourront rejoindre la SAS Paylib et proposer à leur tour le moyen de paiement à leurs couleurs. Mais outre les tarifs, les marchands pourraient bien trouver une autre vertu à Paylib, celle de se libérer de couteux intermédiaires dans le paiement. Yves Tyrode, directeur général de Voyages-SNCF.com, l’un des huit premiers partenaires à travailler sur l’intégration de Paylib sur son site explique : « Le gros intérêt que je vois dans Paylib, c’est qu’il n’y a plus que deux acteurs dans le paiement : le marchand et la banque. Ce qui nous embête le plus, ce sont les intermédiaires, ceux qui veulent nous faire payer pour des choses comme du trafic très qualifié, etc. » Un argument repris au vol par Marie-Claire Caponianco, membre du comité exécutif de BNP Paribas : « Contrairement à d’autre acteurs, nous sommes très attachés à la protection des données personnelles de nos clients, et jamais elles ne sortiront de chez nous ! » Une allusion directe à l’annonce récente de Paypal qui va partager ses données clients avec des tiers, à commencer par Facebook ou Criteo.

Voyages-SNCF.com, Vente-prive.com, Showroomprive, Leroy Merlin, LaPoste et Priceminister sont les premières enseignes du Web à proposer les paiements Paylib sur leurs sites Web, puis les applications mobiles en 2014. Pour l’heure, Paylib ne concerne que les paiements en ligne et les trois partenaires n’ont pas encore dévoilé leurs plans quant au commerce de proximité. Une version 2 compatible NFC, QRCode ou, pourquoi pas iBeacon d’Apple, tout reste à faire.

Dans l'actualité