Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Moderateur

Moderateur

Pépites Shaker, l’accélérateur européen de startups créé par le Groupe Tessi, fête son premier anniversaire en février. En un an, le nombre de startups faisant partie de ce programme inédit a doublé en passant de 20 à 40 startups. 

 

Lorsque Tessi, leader européen dans la digitalisation du parcours client (Business Process Outsourcing), a lancé Pépites Shaker il y a un an, son objectif était double. Il s’agissait à la fois de faire bénéficier ses startups du réseau et de l’expertise métiers de Tessi tout en permettant au Groupe d’enrichir ses offres des dernières innovations digitales grâce aux échanges et à la collaboration avec les sociétés membres de cet écosystème.

 

Un accompagnement unique en son genre 

 

Pépites Shaker s’adresse avant tout aux structures ayant terminé leur phase de R&D et qui cherchent à développer leur portefeuille client. Toute startup européenne est éligible, à condition d’avoir 3 ans d’existence et d’avoir été fondée dans le pays qu’elle représente. Aujourd’hui, plus de 30 startups françaises et 10 startups espagnoles font partie du programme. Pépites Shaker accompagne notamment :

 

RogerVoice, la technologie qui rend accessible les services clients aux sourds & malentendants,

Golem.ai, une intelligence artificielle de compréhension du langage humain,

Kolokium en Espagne, les solutions de blockchain sur-mesure.

 

La particularité de Pépites Shaker réside dans l’accompagnement commercial offert aux startups, fondé sur des partenariats stratégiques avec Tessi. En résultent des offres coconstruites en interne anticipant les besoins des clients du Groupe. En plus de bénéficier d’un réseau de clients potentiels important, la complémentarité de leur activité et la confiance apportée par l’expertise de Tessi leur garantit une entrée sur le marché plus aisée.

 

Anticiper les tendances de demain 

 

Orienté vers les nouvelles technologies d’intelligence artificielle, d’extraction de contenu, de reconnaissance vocale, comportementale, de biométrie et de blockchain, Pépites Shaker est un programme qui aspire à anticiper les tendances de demain pour les clients de Tessi. 

 

En un an, les 40 startups ont pu faire grandir leur activité à travers les 5 évènements de networking organisés par Tessi. 10 évènements sont prévus pour 2019. Ainsi, dans une démarche proactive, Tessi offre à ses clients une sélection de startups à même d’adresser leurs besoins en innovation et vise à devenir leur véritable laboratoire d’innovation. 

En se positionnant au plus près de ses clients en partenariat avec les startups qui font partie du programme, Tessi poursuit sa réorientation stratégique du BPO au BPS (Business Process Services).

 

b.workshop, société de conseil en solutions ERP, accélère en 2019 en étoffant ses équipes pour soutenir sa croissance et répondre efficacement aux nombreux projets remportés ces derniers mois. Ce fort développement de l’ESN s’explique par le rôle central qu’occupent les solutions ERP Cloud et On-premise, dans les projets de transformation digitale lancés par ses clients ETI et grands comptes.

 

Après avoir recruté 8 collaborateurs en 2018, b.workshop, qui réunit à ce jour plus de 45  experts, continue sa percée en annonçant l’ouverture de 12 postes sur 2019. L’objectif de l’ESN est de s’entourer de nouveaux collaborateurs qui souhaitent travailler sur la mise en œuvre de technologies éprouvées (JD Edwards et NetSuite) dans différents cas d’usage. b.workshop est en effet l’un des rares spécialistes du marché français à bénéficier d’une expertise reconnue sur ces solutions en ayant mené à bien une cinquantaine de projets ces dix dernières années.

 

En rejoignant les équipes de b.workshop, les nouvelles recrues vont pouvoir se projeter à long terme dans la société, acquérir de nouvelles compétences, travailler sur des projets de grande envergure et développer leur employabilité. b.workshop accorde en effet un rôle important à la formation de ses équipes et à leur évolution au sein de son organisation.

 

Enfin, la culture d’entreprise basée sur la bienveillance et l’épanouissement professionnel et personnel sont des éléments différenciateurs qui permettent à l’ESN de s’entourer de collaborateurs loyaux et motivés. Cela se traduit ensuite par une implication accrue de ces derniers dans la bonne conduite des projets qui leur sont confiés.

 

Alexandre Millet chez b.workshop précise : « Nous sommes fiers d’ouvrir de nouveaux postes en 2019 et d’intégrer des collaborateurs qui vont nous accompagner dans nos projets en France et à l’international. Nous allons investir des ressources importantes sur le volet ressources humaines en 2019 pour recruter, former et faire grandir nos collaborateurs. Notre plus grande fierté consiste à permettre à nos équipes d’évoluer dans un environnement stimulant et offrant de réelles perspectives d’évolution sur le long terme. »

 

Quelques exemples de postes proposés par b.workshop :

- Consultant Digital Finance

- Consultant Supply Chain

- Chef de Projet ERP

- Développeur Javascript

 

Par Patrick Gonzales, chez Adiict

 

Le digital, et plus particulièrement la multiplication des échanges de données et le travail collaboratif, ont profondément fait évoluer les manières de travailler et de mener à bien les projets de création print tels que le packaging, les catalogues et les brochures, ou digitaux tels que les sites Web et les réseaux sociaux. Dans ce contexte, une approche semble aujourd’hui s’imposer comme un nouveau levier stratégique : le Digital Asset Management ou DAM.

 

Mais qu’est-ce exactement que le DAM et comment fonctionne-t-il ?

 

Aujourd’hui, les entreprises ont besoin d'une manière intelligente, intuitive et organisée pour créer, gérer et distribuer leurs actifs numériques.

Pour ces organisations, la manipulation de grandes quantités de documents - images des produits, brochures, documents marketing, vidéos - ainsi que la mise à disposition d’un accès contrôlé à cette bibliothèque pour les utilisateurs du monde entier peuvent être complexes.

Le DAM, et notamment Adiict DAM, fournit une solution efficace et simple pour organiser et distribuer les assets, fournir des droits d’accès et rendre le processus de préparation et de déploiement pour la publication aussi transparent que possible.

 

Importer ses ressources et les centraliser

 

Grâce à un moteur puissant d’ingestion de documents, le DAM vous permet de cataloguer tous vos fichiers, quels que soient leurs types. Le contenu du DAM est automatiquement synchronisé avec le système de fichiers du serveur.

Vos collaborateurs ont donc le choix de travailler directement sur le volume partagé du serveur ou directement depuis la médiathèque via l’interface Web. Toutes les modifications sont ainsi prises en compte, quel que soit le mode de travail utilisé.

 

 

Supporter l’ensemble des formats possibles

 

Un autre intérêt du DAM est de pouvoir visualiser nativement la plupart des formats de fichiers standards utilisés par les agences de publicité dans le cadre de leurs processus de travail : JPEG, PSD, TIFF, GIF, ainsi que les fichiers de production types INDD, AI, DOCx, PPTx, XLSx, TXT, ODP, SWF, AVI, MOV, OGV, M4V, MP4, OOD, etc. Le DAM permet de traiter également les documents multipages, tels que les fichiers PDF, InDesign et autres documents Office. Ce point est particulièrement important et permet de travailler de manière unique, quels que soient le type de fichiers utilisés.

 

Organiser, gérer et visualiser des documents

 

Le DAM permet aussi de rassembler et de visualiser différents fichiers sur lesquels plusieurs actions sont ensuite disponibles. Il est par exemple possible de procéder à un export en haute ou basse définition de son contenu. Un lien de téléchargement peut également être généré pour partager les documents avec les collaborateurs ou les clients.

L’automatisation de vos workflows métiers vous feront gagner en productivité et en efficacité grâce à ces nouvelles fonctionnalités.

 

 

Ces quelques éléments, qui peuvent être complétés par de nombreux points, mettent en avant les fondamentaux de cette approche et expliquent sa forte percée au sein des agences de communication en charge du pilotage et de la gestion de catalogue. Le DAM, qui était utilisé par quelques précurseurs en recherche d’innovation, devrait donc s’imposer rapidement comme un dispositif essentiel dans les années à venir.

Le groupe Mind7 Consulting lance MyRTEA Metrics

vendredi, 22 février 2019 08:00

Le groupe Mind7 Consulting innove sur le marché en annonçant le lancement de son activité « logiciel ». Société à part entière, MyRTEA Metrics développe et commercialise un assistant virtuel, une intelligence artificielle qui s’appuie sur les faits, les connaissances et les sentiments pour aider les managers à prendre les bonnes décisions.

MyRTEA Metrics propose des fonctionnalités innovantes qui permettent de maîtriser, d’améliorer et augmenter les performances des activités managériales. C’est dans cet esprit que MyRTEA Metrics a développé le premier « Business Performance Assistant » qui identifie en temps réel les dysfonctionnements et situations anormales dans les activités métiers pour établir un diagnostic, mesurer l’impact et proposer des solutions de remédiation.

MyRTEA Metrics se positionne à la fois comme un éditeur de logiciels et un Lab qui transforme les technologies en réponse aux problèmes des entreprises. À travers ce lancement, le groupe Mind7 Consulting a pour ambition d’intégrer toutes ses expertises et son savoir autour des données, du Big Data et de l’IA au sein d’une plateforme logicielle éprouvée et reposant sur des bases et des technologies industrielles.

Innovante, la start-up a d’ores et déjà signé des premiers contrats dans les secteurs de la finance et du Retail a été sélectionnée dans le cadre du programme LePlateauLux de la Société Générale. La société sera d’ailleurs présente au Salon Big Data Paris les 11 et 12 Mars 2019, au Palais des Congrès.

Stéphane Hugot et Andrea Zerial, fondateurs de Mind7 Consulting et MyRTEA Metrics rapportent : « Nous sommes fiers de lancer MyRTEA Metrics qui va transformer le rôle des managers, en leur permettant d’utiliser une plateforme intelligente pour mieux décider et résoudre rapidement des dysfonctionnements et identifier de nouvelles opportunités. Notre structure bénéficie de moyens importants et d’une équipe dédiée. Forts de nos premiers succès, nous comptons investir fortement en 2019 pour étendre notre offre. »

 

Viareport, fintech française de référence des solutions de reporting financier et de consolidation en mode Cloud à destination des ETI et des experts-comptables, renforce son management. Cette annonce s’inscrit dans le cadre de la croissance continue de l’éditeur.
 
Dans ce contexte, Laurent Faucon a pour mission de piloter l’équipe conseil de Viareport et de développer l’offre de service existante pour répondre à tous les enjeux des clients. Il va également travailler étroitement avec les autres départements et faire monter en compétences ses équipes en mettant en place un vaste plan de formation. Cela permettra aux collaborateurs de gagner en polyvalence et de se voir attribuer des missions variées et enrichissantes. Fort de ces éléments, Laurent Faucon souhaite positionner le département Conseil de Viareport comme une référence incontournable sur le marché du pilotage de la performance financière.
 
Pour mener à bien sa mission, il peut s’appuyer sur une solide expérience professionnelle acquise dans le secteur du Conseil depuis plus de vingt-cinq ans. Il a débuté sa carrière au sein des directions financières de TF1 et Veolia Environnement, avant d’intégrer Ernst & Young puis de cofonder le cabinet Klee Performance, une entreprise spécialisée dans le conseil et l’intégration de solutions de pilotage. Ces différentes expériences lui permettent d’apporter de nombreux atouts à Viareport qui pourra s’appuyer sur un manager expérimenté pour développer son département conseil.
 
Laurent Faucon, Directeur des services de Viareport : « Mon challenge consiste à développer l’activité Service de VIAREPORT. Ce nouveau défi professionnel est particulièrement stimulant avec un potentiel de développement important dans les années à venir. Pour accompagner nos clients nous nous devons de mettre à leur disposition des équipes d’experts et cela nous positionne comme un partenaire essentiel pour la mise en œuvre des projets de pilotage de la performance financière. »

Incontestablement, les acteurs traditionnels de la finance connaissent aujourd’hui de profondes mutations poussées notamment par de nouveaux entrants qui viennent les concurrencer fortement (Fintech, GAFA). Dans ce contexte, force est de constater que les banques et assurances investissent des sommes importantes pour se transformer en s’appuyant sur les technologies. Cela passe par des plans de grande ampleur qui semblent partager quatre axes centraux. 

 

Une amélioration de la relation client

 

Proposer une expérience client de premier plan est l’une des principales préoccupations des banques et assurances. Dans ce contexte, un travail de fond est initié par ces acteurs pour se doter de plateformes permettant de gérer de manière centralisée les interactions réalisées avec leurs clients. Cette approche omnicanale doit prendre en compte tous les moyens de communication déployés dans l’entreprise : mail, téléphonie, SMS, chat, bot, etc. Surtout, ils doivent permettre une adaptation agile et rapide aux évolutions de la politique de l’entreprise, et de ses clients (scénarii d’urgence, lancement de produits ou de promotions, segmentation de clientèle etc). L’idée étant de proposer une qualité de service de très haut niveau pour les clients depuis un guichet unique et de permettre aux collaborateurs de travailler plus facilement. 

 

Une évolution des usages poussée par la génération Y

 

Désormais, que ce soit au niveau des clients ou des collaborateurs, la génération Y est largement représentée. Cela amène une modification dans les usages, notamment au niveau des outils de communication utilisés en interne comme en externe. La mobilité s’est ainsi positionnée comme stratégique pour les collaborateurs comme pour les clients finaux qui souhaitent accéder à leurs comptes et piloter leurs opérations courantes simplement et en situation de mobilité. Ces outils doivent permettre de se positionner face aux fintechs et de fluidifier les échanges et processus de gestion. 

 

L’impact de la pression financière et de la réglementation

 

À ce stade, plusieurs aspects sont abordés. Dans un environnement toujours plus réglementé, les banques et assurances se doivent de faire évoluer leur système d’information et de bâtir des architectures performantes et conformes aux orientations réglementaires propres à leur profession. Cela s’accompagne également d’une réflexion de fond sur la migration des environnements dans le Cloud. Ces bouleversements les amènent à faire évoluer leur gouvernance technique en se posant les bonnes questions et en se basant sur une approche industrielle.

 

La sécurité des données

 

Sur ce point, les banques et assurances doivent veiller à la résilience de leur SI et à garantir une parfaite sécurité des données dont elles disposent. Cela passe par des dispositifs complexes associant réseaux privés sécurisés, archivage dans des datacenters de nouvelle génération, mise en place de dispositifs de type PRA-PCA, etc. L’objectif est clairement d’évoluer dans un environnement de confiance, et cela touche toutes les informations et les flux (voix, video, données) que traitent ces acteurs.

 

Ces différents éléments sont des points-clés qui sont au centre des opérations [de modernisation et] de digitalisation des professionnels de l’industrie financière. En actionnant ces leviers, ils pourront alors accroitre leur attractivité et continuer de développer leurs parts de marché et leur rentabilité dans un environnement en constante mutation. 

 

Par Jean-Baptiste PERRAUDIN, Directeur du Marché Assurances et Services Financiers – Directeur Général de Foliateam Sud-Ouest

Avec plusieurs dizaines de milliers de créations d’entreprises chaque année et notamment dans les secteurs en croissance du digital, la France s’est positionnée comme l’un des pays les plus dynamiques en matière d’émergence de jeunes pousses. Ce dynamisme certain doit pourtant être tempéré au regard du nombre de sociétés qui ne passent pas le cap de la rentabilité et doivent cesser leurs opérations. Bien sûr, les causes sont multiples : mauvais timing, produit ou service peu adapté, distribution inexistante, etc. Tous les cas d’usages existent, mais l’un est souvent constaté : une mauvaise gouvernance financière. 

 

Quel est le visage des DAF des startups

 

La réponse est souvent la suivante : le chef d’entreprise occupe en plus des autres tâches ce poste. S’il est bien de s’intéresser au mode de fonctionnement de son entreprise, il faut tout de même intégrer que la gestion financière ne s’improvise pas et demande d’avoir une solide expérience professionnelle qui doit en plus être complétée tous les ans au regard des évolutions législatives constantes qui bouleversent les règles de gestion courante des entreprises. Tous ces éléments font que de nombreuses opérations peuvent être mal conduites, faute d’expertise. 

 

C’est en ce sens que nombre de startups commencent à intégrer cette donnée cruciale dans leur modèle de développement. Le résultat se matérialise souvent par la réalisation de partenariats avec des experts externes comme les cabinets d’expertise comptable qui occupent souvent un rôle plus ou moins actif pour intervenir sur la gouvernance financière de l’entreprise. Cela passe par la simple tenue des comptes, jusqu’à la participation aux prises de décision stratégiques : formes de l’entreprise, levées de fonds, etc. 

 

Ne pas se tromper dans son choix : un impératif

 

Disposant de ressources limitées, les startups doivent garder en tête que chaque euro investi doit générer un réel retour afin de ne pas se mettre en péril. S’entourer d’un bon conseil financier/expert-comptable s’inscrit dans cette démarche. Il est crucial de trouver le bon partenaire qui permettra à l’entreprise de prendre de bonnes décisions qui tiennent compte de la réalité financière de l’entreprise, de sa capacité d’investissement, de son besoin de trésorerie, de ses encours clients, de l’évolution de son capital, de l’ouverture de l’entreprise à de nouveaux actionnaires, etc. On comprend avec ces exemples les nombreux domaines d’intervention que le partenaire sélectionné devra couvrir. Cela nécessite donc de trouver un expert polyvalent qui comprend la mouvance agile des startups.

 

Concilier agilité et structuration 

 

Les startups qui bénéficient d’un mode de structuration en développement permanent ont donc besoin d’un cadre pour grandir. La notion de pilotage financier et comptable s’inscrit dans ce schéma. Il est indispensable dès le départ de prendre les bonnes décisions, de s’entourer et d’avoir une rigueur importante pour gérer sa gouvernance financière. 

 

Par Antoine Jouault, CMO du guide des experts comptables.fr

 

 

Plus de 1000 personnes, clients et partenaires sont attendus lors de six étapes dont Lille, Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes et Paris pour discuter de déploiement cloud hybride, de multicloud et d’hyperconvergence.

 

Paris, le 20 février 2019 -- Nutanix, un leader mondial du Cloud Enterprise Computing et spécialiste de l’hyperconvergence et du cloud hybride organise une série de six conférences en France avec des escales à Lille, Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes et Paris.

Dans le cadre de ces événements .NEXT on Tour, Nutanix mettra cette année l’accent sur les déploiements cloud hybride et multicloud. Au programme, de nombreux ateliers techniques et démonstrations autour des solutions d’automatisation et de gestion de l’infrastructure ainsi que des témoignages de clients nationaux et régionaux.

Les équipes IT sont quotidiennement confrontées au rythme effréné de l'innovation technologique dans l'univers du Cloud. Les événements .NEXT on Tour de Nutanix sont l’opportunité pour les équipes IT de découvrir les dernières technologies cloud hybrides et leurs effets sur la transformation d’entreprise et de fixer le cap de leurs migration vers le cloud. Inscriptions et programme détaillé.

Dates clés :

Lille, le 5 mars
Lyon, le 12 mars
Marseille, le 14 mars
Toulouse, le 21 mars
Nantes, le 26 mars
Paris, le 9 avril

A propos de Nutanix

Nutanix rend l'infrastructure invisible et donne de la hauteur aux services IT pour se concentrer sur les applications et les services qui accompagnent l'activité de l'entreprise. La Plate-forme Cloud Entreprise de Nutanix exploite l'ingénierie web-scale et un design orienté utilisateur pour faire converger nativement calcul, virtualisation et stockage vers une solution résiliente, définie par logiciel avec une riche intelligence artificielle. Il en résulte une performance prévisible, une consommation d'infrastructure inspirée du Cloud, un haut niveau de sécurité et la mobilité d’application transparente pour une large gamme d'applications entreprises. Pour plus d'information www.nutanix.com ou suivez nous sur Twitter @nutanix.

 

EnterWorks et Winshuttle fusionnent pour renforcer leurs capacités complémentaires de MDM et fournir une approche de bout en bout de la gestion des données produit et autres master data critiques.

 

 Winshuttle, une société du portefeuille STG et l'un des principaux fournisseurs de solutions de gestion de données SAP, a annoncé aujourd'hui sa fusion avec EnterWorks. EnterWorks est un fournisseur leader de solutions de Product Information Management (PIM), Digital Asset Management (DAM) et de Master Data Management (MDM) qui permettent des expériences utilisateur différenciées et adaptées.

 

" Nous sommes très heureux d'unir nos forces à celles d'EnterWorks ", a déclaré John Pierson, PDG de Winshuttle. " Nous partageons la même mission : celle d'aider nos clients à exploiter toute la puissance de la transformation digitale en simplifiant la gestion des master data multi-domaines - en particulier les données produits et clients. Avec le renfort d'EnterWorks en tant que nouvelle ligne métier, nous pouvons désormais offrir une solution de bout en bout pour la gestion des produits, des matériaux, des fournisseurs, des clients et autres données de base tout au long de la chaîne de valeur des produits. "

 

Reconnu par les principaux analystes du secteur MDM et PIM comme un leader, EnterWorks est réputé pour sa capacité d'innovation, adressant les marchés grand public et industriel avec ses solutions B2B2C de collaboration en réseau, ainsi que pour l'organisation et l'orchestration de données et de connaissances afin d'offrir une expérience différenciée pour les clients, employés, partenaires et fournisseurs.

 

" La plate-forme Multi-Domain Experience Management (gestion d’expérience multi-domaines) de troisième génération d'EnterWorks pour MDM, PIM et DAM bénéficiera de l'expertise Winshuttle en matière de gouvernance et de gestion des données, d'automatisation des processus robotiques et de gestion du lancement de nouveaux produits ", a déclaré Rick Chavie de EnterWorks. " De plus, la taille et la couverture géographique de Winshuttle nous aideront à accélérer notre expansion en tirant parti de leur forte présence en Europe, de leurs importantes ressources en R&D offshore, de leur centre de services partagés, tout en proposant une offre complémentaire à nos clients. Tout cela va accélérer notre croissance et conforter notre position actuelle de leader dans le secteur. "

Conscio Technologies étoffe sa gamme de cursus en annonçant la disponibilité d’une nouvelle campagne de sensibilisation sur la cybersécurité.

 

Concrètement, le collaborateur va devoir accomplir huit missions, chacune traitant d’une problématique-clé de la cybercriminalité (codes malveillants, ingénierie sociale, phishing, poste de travail, mot de passe, protection de l’information, mobilité et sécurité physique). L’objectif est ensuite que l’apprenant aide ses collègues à ne pas commettre d’erreur face aux situations types d’une journée de travail, via des mises en situation virtuelles. Son rôle : protéger l’entreprise des cyber menaces qu’elle rencontre quotidiennement. 

 

Chaque mission dure dix minutes et se compose d’une vidéo introductive du sujet traité, suivie de quatre saynètes de mise en situation, puis de quiz demandant au collaborateur s’il juge la situation à risque et d’intervenir le cas échéant pour prodiguer les bonnes pratiques auprès de son collègue. Le parcours est individualisé en fonction du niveau de connaissance du collaborateur : s’il réussit sa mission, le parcours se conclut par une courte vidéo de synthèse, mais s’il échoue, il bénéficie d’une vidéo explicative complète.

 

Michel GERARD, Président de Conscio Technologies « Démarche inductive, méthode interrogative, parcours individualisé et pédagogie immersive via des mises en situation virtuelles sont la base de ce nouveau cursus qui permettra de responsabiliser les collaborateurs et de susciter l’engagement en les rendant acteurs de la bonne santé cyber de l’entreprise. L’engagement et les actes préparatoires inclus dans ce parcours favorisent une adoption réelle des comportements attendus. »

 

Page 1 sur 124

ABONNEMENT NEWSLETTER

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

Découvrir

Créer votre compte

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

NOUS SUIVRE

AGENDA

06/03/2019 - 07/03/2019
AccessSecurity
11/03/2019 - 12/03/2019
Big Data Paris
19/03/2019 - 21/03/2019
Documation & Data Intelligence Forum
19/03/2019 - 19/03/2019
L’IA en pratique
20/03/2019 - 21/03/2019
Cloud Computing World Expo
20/03/2019 - 21/03/2019
IOT WORLD
20/03/2019 - 24/03/2019
Laval Virtual