Le constructeur du Blackberry, le Canadien RIM, pourrait rendre indépendante son activité de réseau de messagerie, pour la vendre ou l’ouvrir à des rivaux tels que Apple ou Google. Selon le Sunday Times, le Canadien pourrait également céder la partie fabrication de terminaux à des acquéreurs potentiels (comme Facebook ou Amazon). Autre hypothèse : garder la société en l’état, mais en céder une partie à Microsoft. En prévision de mauvais résultats trimestriels annoncés prochainement, RIM avait mandaté JPMorgan et RBC Capital Markets pour l’aider à trouver une porte de sortie en définissant différentes stratégies financières, notamment par le biais de partenariats ou de cession de licences.