Les sites Mondialdiscount et lemagiciendesprix proposaient des produits à des prix défiant toute concurrence. Mais 4 000 clients n’ont jamais reçus leurs commandes. Les gérants ont été rattrapés par la justice.

Plus de 4 000 victimes et un préjudice estimé à près de 2 millions d’euros. Les chiffres donnent le vertige. Ce lundi 16 septembre 2013, trois hommes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Marseille dans le dossier Mondialdiscount, un site d’e-commerce spécialisé dans l’électroménager et le matériel hi-fi.

L’affaire débute courant 2007 quand plusieurs centaines de clients du site Mondialdiscount, alléchés par des prix très bas, se plaignent de ne pas avoir reçu leur commande alors que les paiements ont été débités. En juin 2008, une information judiciaire est ouverte à Marseille des chefs d’abus de biens sociaux, abus de confiance et recel de ces délits.

L’enquête révèle que derrière ce site, se trouvent plusieurs sociétés successives, dirigées par deux hommes, gérants de droit, et un troisième, gérant de fait. Les prix de vente sans marge, ou à perte, et la livraison gratuite démontrent très vite aux enquêteurs le caractère délictueux de ces sociétés qui, ne pouvant générer de bénéfices, ne livraient finalement pas leurs clients.

Un deuxième site

Face à une dette importante, deux des protagonistes du dossier avaient d’ailleurs décidé en janvier 2008 de mettre en sommeil le premier site pour créer une nouvelle entité, I Return, exploitant le site lemagiciendesprix, à l’aide d’un troisième complice.

L’enquête a en outre mis au jour de nombreuses irrégularités dans la gestion des sociétés, les trois hommes n’hésitant pas à puiser dans les comptes pour des frais personnels, achats de 4×4 de luxe… Pour la seule société I Return, le juge d’instruction a estimé les abus de biens sociaux à plus de 470 000 euros.

Les victimes peuvent se constituer partie civile et réclamer la réparation de leur préjudice jusqu’au réquisitoire du procureur, vraisemblablement en milieu de semaine, et le procès doit durer jusqu’à vendredi prochain.