Eco

Frédéric Mitterrand, fan de jeu vidéo

Par La rédaction, publié le 27 avril 2010

Il n’a pas été jusqu’à se déclarer geek comme François Fillon, mais l’esprit était bien là. En visite hier au Studio national des arts contemporains de Tourcoing, Frédéric Mitterrand a voulu donner ses lettres de noblesse au jeu vidéo.

Comme l’a rappelé le ministre de la Culture et de la Communication, la France se situe au deuxième rang européen pour le marché des jeux vidéo. Une filière qui fait vivre un tissu dynamique d’éditeurs et de distributeurs. « Aujourd’hui, plus d’un Français sur trois joue, parfois très assidûment, aux jeux vidéo. C’est l’activité culturelle dont la progression a été la plus spectaculaire au cours des dix dernières années. »

Un secteur concerné par le grand emprunt

Parmi les six mesures annoncées, on note la création d’un Observatoire du jeu vidéo animé par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), qui pilote déjà le Fonds d’aide au jeu vidéo (FAJV), ainsi que le lancement d’une mission pour mieux définir le statut juridique de la profession. En ce qui concerne le volet financement, le ministère encourage les acteurs de la filière à soumettre, dans le cadre du grand emprunt, un projet de financement du développement de leurs entreprises par des prêts participatifs.

Côté symbole, pas de chance. Le musée du Jeu vidéo (MJV), qui a été inauguré il y a seulement quinze jours, vient de fermer pour quatre mois. L’un des ascenseurs de la Grande Arche de la Défense, où il se situe, est en panne !

Six mesures pour valoriser la filière

1 – Inscrire le jeu vidéo dans une démarche patrimoniale. Une réflexion de l’ensemble des acteurs publics et privés sera menée sous l’égide du ministère. Cette réflexion sur l’histoire, les techniques et l’actualité du jeu vidéo associera le CNC, la Bibliothèque nationale de France (BnF), Universcience ainsi que d’autres acteurs publics et privés.

2 – Encourager sa dimension créative et éducative, en lançant deux prix :
– un prix du créateur de jeux vidéo, qui sera remis par le ministre à l’occasion du Festival du jeu vidéo en octobre 2010 ;
– un prix annuel récompensant le travail de fin d’étude d’étudiants des écoles supérieures.

3. Mettre en place au CNC un Observatoire du jeu vidéo, qui se réunira en juin prochain, afin de disposer d’une connaissance plus fine de ce secteur.

4. Lancer une mission pour mieux définir le statut juridique de cette profession, en liaison avec le secrétariat d’Etat chargé de la Prospective et du Développement de l’économie numérique, .

5. Réaliser une première évaluation de l’impact du crédit d’impôt pour la création de jeux vidéo afin de renforcer son efficacité, notamment pour favoriser le développement de jeux en ligne.

6. Mettre en place un nouveau mécanisme d’aide à la production incitant les producteurs à demeurer titulaires des droits de ces jeux avec le Fonds d’aide aux jeux vidéo (FAJV), administré par le CNC.

Dans l'actualité