La crise grecque torpille la croissance mondiale. Le cabinet américain a du rabaisser ses prévisions de croissance de la dépense informatique globale à moins de 4% pour 2010.

3 350 milliards de dollars. C’est la somme que les entreprises et les états vont dépenser cette année dans leurs achats informatiques (matériel, logiciel, services et télécom). Le chiffre paraît considérable. C’est pourtant une déception. Dans sa note de conjoncture « IT Spending Forecast, 2Q10 Update », le Gartner estime en effet que cette dépense ne va finalement croître que de 3,9% cette année, soit 1,4 point de moins que la prévision initiale. Dommage, car une croissance de 5,3% aurait représenté un net rebond après la baisse de 3,6% enregistrée en 2009.

Gartner pointe du doigt le vieux continent

Comment expliquer cette contre-performance alors que les fournisseurs américains multiplient les bons résultats financiers ? En effet, les ventes de matériel restent bien au beau fixe, avec une croissance de 9,1% et les analystes du Gartner estiment qu’elles atteindront 365 milliards de dollars cette année. Elles seront notamment tirées par les ventes de PC dans le cadre des migrations Windows 7.

Le problème, c’est bien en Europe qu’il faut le chercher. La crise Grecque a poussé les gouvernements Européens à tailler dans leurs dépenses, y compris dans celles liées à l’IT. Gartner estime ces coupes de budget à 25%, « avec un effet multiplicateur de la dépense publique sur le secteur privé », ajoute le prévisionniste en chef du Gartner, Richard Gordon, sur son blog.

De plus, la chute de l’Euro vis-à-vis de la devise américaine va encore plus brider les investissements européens en matériels et logiciels facturés en dollars.

Au final, la dépense IT progressera chaque année de 4% entre 2010 et 2014. Dans le détail, elle sera de 7% dans la zone Asie-Pacifique et Amérique du Sud, mais seulement de 2% en Europe.