Selon un récent baromètre IDC, la demande des entreprises en matière de stockage progresse de plus de 50% chaque année, alors que leur capacité totale de stockage disponible ne croît, elle, que de 25%. Une approche moins basée sur la capacité mais sur une allocation plus fine des ressources est donc à l’œuvre, portée par la maturité des mémoires flash (SSD). Entre les disques HDD traditionnels et ces nouveaux supports, le choix est plus vaste que jamais en matière d’équipement des baies de stockage. Quelle technologie privilégier ? Et qu’en est-il des infrastructures hybrides? Éléments de réponse.

Performance : avantage SSD

Pour ce qui est des performances brutes, il n’y a plus guère de comparaison possible. Si les débits maximaux sont excellents en HDD comme en SSD aujourd’hui, le flash marque une avance qui s’accroît de plus en plus à mesure que l’on manipule des volumes importants de petits fichiers (bases de données, applications interactives, etc.). Pour ce qui est des temps d’accès, là où un disque dur HDD doit déplacer sa tête de lecture pour accéder aux fichiers demandés, le stockage flash prend nettement l’avantage. Les performances pures des HDD classiques, même les plus perfectionnés, restent bien loin derrière celles des disques flashs.

Usages : avantage SSD

Le fonctionnement à mémoire flash présente des avantages indéniables en termes d’usage quotidien. Le SSD ne chauffe ainsi quasiment pas, à l’inverse du HDD qui peut atteindre des températures supérieures à 50°C, ce qui limite d’autant les besoins de refroidissement et de climatisation. De la même manière, avec sa conception mécanique, le HDD peut produire de plus grandes nuisances sonores, et nécessite davantage d’énergie, particulièrement dans le cas d’accès aléatoires à un grand nombre de fichiers. Enfin, question consolidation et réduction des coûts en espace de racks, avantage encore à un disque SSD. De manière générale, la fiabilité est à mettre du côté des systèmes SSD : l’absence de pièces mécaniques limite les risques de panne et d’usure prématurée.

Capacité de stockage et intégration: avantage HDD

Les disques durs sont traditionnellement des produits performants en termes de capacité pure à prix abordable. Par la force des choses, le SSD reste pour l’instant cantonné à un usage de disque « d’immédiateté », et ne peut être envisagé comme solution de stockage unique pour des volumes de données importants. En outre, l’utilisation de disques HDD étant encore majoritaire, ils se montreront plus polyvalents et s’intégreront plus facilement dans les infrastructures en place, sans nécessiter d’adaptation particulière au sein des baies de stockage.

Prix : avantage HDD

Même si cette différence à tendance à s’estomper avec les années, le coût du stockage sur SSD reste pour beaucoup d’entreprises rédhibitoire lorsqu’on le compare aux mêmes capacités en HDD. Au niveau système, si les disques SSD à faible capacité sont abordables dans les gammes 32 / 64 Go, cela se complique lorsqu’on raisonne en grande capacité de stockage. Et pour cause, si les premiers disques d’un Terraoctet disponibles en SSD se trouvent aux alentours de 500€, la même capacité en HDD ne vous fera pas débourser plus de 100€.

L’hybride : le meilleur des deux mondes

Pour l’heure, chacune des deux technologies offre des avantages spécifiques, et le choix final dépendra plus du budget et des usages propres à chaque entreprise. Du calcul intensif ou une application frontale web tireront avantage d’une infrastructure SSD, tandis que des tâches nécessitant de l’archivage ou la manipulation de gros volumes de données s’appuieront plus naturellement sur les technologies HDD.

Mais désormais, «les technologies comme la mémoire flash et la hiérarchisation des données ont évolué au point d’être maintenant rentables lorsqu’elles sont combinées», indique Christophe Ménard, Enterprise Field Marketing Manager de Dell. «Elles offrent alors une vitesse, une agilité, une souplesse et un rapport efficacité / coût qui forment une alternative préférable à un changement intégral du matériel. De plus, lorsque ces technologies sont mises en œuvre de manière intelligente, les utilisateurs peuvent obtenir les performances de la mémoire flash au prix actuel des disques».        

Les infrastructures hybrides, mêlant les deux familles de supports ajoutent à leurs avantages respectifs des atouts spécifiquement liés à la combinaison des deux environnements : efficacité, fonctionnalités et alignement sur les objectifs business. Et c’est grâce au tiering des données, qui alloue dynamiquement les données à l’infrastructure de stockage la mieux adaptée, qu’une baie de stockage hybride peut combiner efficacement mémoire flash et stockage conventionnel sur plateaux.