Tant aux Etats-Unis qu’en Europe, les PME ont été durement touchées par la crise et les comptes de Sage s’en ressentent. L’éditeur britannique n’a pu enrayer une baisse de son chiffre d’affaire en 2009.

Après une hausse de 3 % en 2008, le chiffre d’affaires de Sage s’est replié de 4 % cette année. Paul Walker, PDG de l’éditeur de progiciels pour PME, accuse le coup : « Le premier trimestre ne fut pas trop mauvais, le deuxième trimestre a commencé à affecter nos résultats, particulièrement en Europe du fait de la dureté du climat, et le troisième trimestre fut le pire de l’année. » Si la fin d’année fut meilleure (Sage clôture ses comptes fin septembre), le PDG s’est montré prudent. « Au quatrième trimestre, nous avons commencé à voir un retour, de faible ampleur. C’est un sursaut après un troisième trimestre très difficile, mais ce n’est pas ce que j’appellerai un changement majeur dans l’économie. »

Le chiffre d’affaires réalisé par Sage en Europe continentale s’est stabilisé à 520,5 millions de livres alors qu’au Royaume-Uni et surtout aux Etats-Unis, il était à la baisse (respectivement de – 2 % et de – 10 %). La France a vu le sien diminuer de 2 %. La hausse des revenus sur l’ERP a été neutralisée par les baisses enregistrées sur les verticaux et la branche CRM.

Pour limiter l’impact de la crise financière, Sage a sérieusement taillé dans ses coûts (1 000 emplois supprimés) et ne s’est livré à aucune acquisition cette année. Résultat : des profits en hausse (de l’ordre de 1,44 milliard de livres) et un dividende accru pour les actionnaires.