Pour les entreprises européennes comme étrangères à l’Europe, le RGPD est une épreuve de mise en conformité souvent complexe, et à haut risque par son volet répressif, qui véhicule une crainte forte sur le cloud, alors qu’elles peuvent trouver une issue favorable via le cloud public.

L’échéance du 25 mai 2018 représente une épreuve, pour toutes les entreprises qui exercent ou commercialisent des produits ou des services en Europe. Et c’est également un risque fort, car le législateur européen n’y est pas allé de main morte du côté du volet répressif, avec ses sanctions financières massives.

Pour lire la suite sur IT Social