Même si, pour des raisons essentiellement de coûts, les PME tardent à adopter les outils de communications unifiées, leur intérêt grandit. Selon une étude, les distributeurs et les intégrateurs doivent anticiper la demande.

Dans les marchés émergents, les envies se portent sur les solutions de téléphonie IP et de réseaux convergents, tandis que sur les marchés développés, les PME aimeraient investir dans la messagerie unifiée, la convergence fixe-mobile, la visioconférence et les web conférences.

L’audio-conférence et la VoIP séduisent

Les outils CUC déjà déployés concernent pour 83 % l’audio-conférence et 81 % la VoIP. La web conférence représente 47 %, les salles de visioconférence 44 % et les outils de visioconférence 41 % (voir infographie)

Sur le volet de la téléphonie : 71 % des partenaires de distribution constatent que les téléphones TDM sont toujours privilégiés, plus de la moitié des PME les exploitant comme un terminal de communication. Parallèlement, les téléphones portables sont à 62 % considérés comme le type de terminal de communication le plus populaire. Si la moitié des partenaires signalent que les téléphones IP sont utilisés dans les PME seulement 6 % estiment que des logiciels commerciaux sont en place.

Les freins : les coûts d’intégration et de licences

Adopter des services CUC hébergés, gérés ou dématérialisés, est loin de faire partie des préoccupations des PME même si les partenaires de distribution savent qu’il faut anticiper face à l’augmentation des offres proposées sur le marché. Pour eux, les freins concernent les coûts d’intégration (54 %) et de licence (51 %).

En revanche, ils ont relevé que les PME se laisseraient séduire par les CUC si ces outils favorisent à terme une réduction des coûts et une meilleure productivité et s’ils sont simples d’utilisation. Reste donc aux distributeurs, en liaison avec les fournisseurs, à convaincre, conseiller, former et accompagner leurs clients sur la voie des CUC.