Moins d’un développeur sur quatre procède à des tests de vulnérabilités des nouvelles versions des composants logiciels open source, et cela malgré la divulgation de failles retentissantes comme WannaCry…

L’utilisation des composants logiciels est ancrée dans les pratiques des développeurs. Dans un monde où tout s’accélère, dont la livraison des logiciels, l’intégration de cet usage dans les processus de développement est une réponse aux exigences économiques liées aux applications, à savoir d’associer vitesse et efficacité.

Par leur accessibilité et leur diversité, les composants open source occupent une place toujours plus importante dans le développement. Les développeurs s’appuient sur des composants qui empruntent des fonctions de bibliothèques de code existantes. 83 % d’entre eux confirment utiliser des composants commerciaux et des composants open source. Et en moyenne 73 composants sont utilisés par application.

Lire la suite sur IT Social