En adhérant au syndicat CICF, l’association des éditeurs Afdel pourra se faire entendre sur des sujets tels que la gestion de la convention collective ou la formation.

En rejoignant le syndicat de la chambre de l’ingénierie et du conseil de France (CICF), l’Afdel (Association française des éditeurs de logiciels) fait enfin entendre sa voix, par le biais des quatre représentants du CICF siégeant dans ses instances paritaires (la commission convention collective et celle de l’emploi et de la formation) aux côtés des six représentants de la fédération Syntec.

Parce que l’association considère que Syntec informatique s’intéresse trop peu aux éditeurs de logiciels, Patrick Bertrand, le président de l’Afdel, déclare : « Nous avons trouvé en CICF un véritable partenaire respectueux de notre indépendance… Cet accord ouvre une nouvelle ère, celle d’une représentativité et d’une capacité décuplées, en particulier sur des sujets sur lesquels nous étions absents telles la convention collective Syntec-CICF et l’offre de formation, qu’il convient clairement d’ouvrir. »

Pour lui, le Fafiec (Fonds d’assurance formation de l’ingénierie, des études et du conseil) cogéré par le CICF et Syntec, souffre d’une carence notoire de formations destinées aux métiers du logiciel là où il y a pléthore d’offres pour les consultants. Par ailleurs, Patrick Bertrand déplore le manque de considération des spécificités des métiers du logiciel dans la convention collective, qui prend en compte uniquement les problématiques des métiers des SSII. 

Les membres de l’Afdel pourraient rejoindre le CICF

En devenant partenaire affilié du CICF, l’Afdel préserve son indépendance, ce qui a toujours été le point d’achoppement avec Syntec. « Celui-ci souhaitait conserver leur modèle intégré composé de comités métier. Les sociétés de services sont nos partenaires économiques, parfois nos concurrents, mais non des alter ego avec lesquelles nous pouvons faire cause commune sur tous les sujets, précise Loïc Rivière, délégué Général de l’Afdel. La fédération CICF nous a proposé de les rejoindre en conservant toute notre indépendance de structure et notre identité. C’est une vision moderne du syndicalisme professionnel qui nous sied », insiste t-il.

Créé en 2006, le syndicat CICF compte moins d’une centaine d’adhérents sur les métiers du conseil en système d’information, de l’ingénierie système, de l’infogérance Web et de l’édition de logiciels. De son côté, l’Afdel recense 180 membres. Des chiffres en deçà de ceux de Syntec qui compte plus de 500 membres dans le secteur du logiciel mais qui est encore loin des 2 500 éditeurs identifiés, aujourd’hui en France, par Pierre Auduin Consultants.

Toutefois, l’Afdel espère que ses adhérents rejoindront à titre personnel le CICF informatique, ce qui augmenterait la part d’éditeurs au sein du syndicat et permettrait de peser davantage face à Syntec…« Nous souhaitons offrir à nos membres de nouveaux services en matière sociale (aide sur la convention collective et sur le droit social) et disposer de représentants directs de l’Afdel avec des mandats CICF dans les commissions paritaires », conclut Loïc Rivière.