L’Association des services Internet communautaires (Asic) s’alarme de plusieurs amendements adoptés par la Commission des affaires culturelles du Sénat dans le cadre du projet de loi sur l’indépendance de l’audiovisuel public. Adoptés, ces articles pourraient contraindre des sites web mettant en ligne des vidéos à se déclarer – sous peine de sanction pénale – auprès du Conseil supérieur de l’audiovisuel. Un retour en arrière de plus de 15 ans s’insurge l’Asic. « Demain, les blogueurs, les sites d’e-commerce, les journaux en ligne, les jeunes créateurs, tous ces acteurs qui ont décidé d’avoir recours à la vidéo pour faire usage de leur liberté d’expression vont se retrouver soumis à une censure préalable », estime l’association.