Eco

L’Inria veut rapprocher l’open source et les industriels

Par La rédaction, publié le 05 octobre 2009

L’Inria crée le centre de recherche et développement Cirill afin de répondre aux problématiques que les logiciels libres posent aux industriels.

L’Inria lancera en 2010 un Centre d’innovation et de recherche en informatique sur le logiciel libre (Cirill). Roberto di Cosmo, professeur à l’université Paris 7 et personnage charismatique du monde des logiciels open source, en prendra la direction.

L’objectif de ce laboratoire sera de développer une expertise open source dans le monde de l’industrie. Cela passera par la mise au point de produits technologiques sous licence libre, et par la définition de bonnes pratiques dans les domaines de l’éducation et du respect de la législation.

Selon Michel Cosnard, PDG de l’Inria, la création du Cirill va de pair avec la nécessaire maturité du marché : « Jusqu’ici, les grandes entreprises qui adoptaient les logiciels libres étaient dans une démarche militante. Dorénavant, l’économie de l’open source a pris une telle ampleur qu’elle concerne tous les industriels. Or de nombreuses questions restent en suspens, ce qui empêche les acteurs historiques de l’automobile, de l’aéronautique ou encore de la finance de franchir le pas. Le rôle du Cirill sera de résoudre ces questions. »

Trois axes de recherche

Sur le plan juridique, il s’agira de définir les règles pour garantir au fournisseur d’une solution basée sur l’open source qu’il n’encourt pas un procès. Un acteur comme Renault, par exemple, serait-il prêt à ouvrir le code qui régit le tableau de bord de ses voitures ?

Sur le plan de l’innovation, il s’agira de trouver quels services proposer autour de produits industriels open source. Michel Cosnard imagine ici que si l’on parvenait à rendre les chaînes de production plus ouvertes, on pourrait offrir une meilleure traçabilité des produits.

Dans l’éducation, enfin, il entend réformer les filières dédiées aux logiciels libres pour inclure une dimension industrielle. « Il faut trouver le moyen d’adapter l’enseignement de la programmation open source à la filière industrielle », explique-t-il.

Initiative française, le Cirill devrait, selon le PDG de l’Inria, trouver un écho à l’échelle européenne.

Dans l'actualité