Par Jean-Pierre Blanger, membre d’XPlor

 

Durant les deux dernières années au moins, notre industrie s’est posée beaucoup de questions dont l’association XPlor s’est amplement fait le relai. Quel avenir pour l’industrie de l’impression marketing et de l’éditique dans une économie collaborative ? Comment mettre le cross-media au service de l’expérience client ? Toutes ces questions ont pu faire croire à une industrie qui se cherche alors qu’en réalité elle se trouve. Toute l’ironie est là, alors même que nous nous interrogions sur le fait de savoir si nos métiers allaient changer, nous étions déjà en train de les faire évoluer, comme nous l’avons toujours fait… Et depuis Gutenberg… Quelle industrie peut en effet afficher une si longue et une si riche histoire d’innovations successives ? Combien d’industries ont su comme elle exploiter chaque trouvaille scientifique ou technique à peine celle-ci élaborée, lorsque ce n’est pas elle-même qui aiguillonnait la recherche ? En seulement dix ans, nous sommes passés de l’impression offset à la communication omnicanale et crossmedia, nous avons ajouté la cinquième couleur et avons consacré l’impression 3D. Toutes ces innovations techniques ont été mises au service d’un seul objectif, la communication des entreprises avec leurs clients. Et plus les modes de communication se sont développés, plus il a été nécessaire de compenser un véritable tsunami d’information, plus l’industrie a su s’adapter. À chaque étape, elle a su proposer à ses clients des moyens nouveaux pour surprendre l’interlocuteur, attirer son attention, et en définitive parvenir à interagir avec lui.

 

Un rôle toujours plus valorisant

Les esprits chagrins pourraient bien sûr argumenter que toutes ces innovations ne sont que l’expression de la volonté des clients. Ils pourraient même affirmer que se sont eux qui, en définitive, ont indiqué à l’industrie la voie à suivre, l’objectif à atteindre et presque, parfois, la manière d’y parvenir. À ceux-là il faut objecter que le meilleur skipper n’est rien sans un bateau à la pointe de la technologie. Et que les technologies de pointe qui composent ce dernier ne sont elles-mêmes rien sans le savoir-faire qui les met en œuvre, qui les fait travailler ensemble.

Les métiers de l’impression ont fortement évolué, c’est vrai, mais ils n’ont pas changé de nature. Et les jeunes générations qui rejoignent les ateliers ou les bureaux d’étude aujourd’hui le savent bien. Ils viennent y chercher un savoir-faire à la fois séculaire et incroyablement moderne. Ils y trouvent un mariage souvent unique de techniques anciennes et d’équipements de pointe, et un rôle toujours aussi valorisant : celui de concrétiser et d’embellir les intentions de communication de leurs clients. Au quotidien, leur métier est bien plus exigeant qu’on ne l’imagine. Comment choisir le type de papier le mieux adapté au message ou à l’image de marque du client ? Comment adapter la colorimétrie, assurer l’harmonie des couleurs, proposer la typographie d’exception qui fera la différence ? Ou encore, comment assurer, sur des millions d’exemplaires, un prédécoupage du formulaire qui facilitera son utilisation par le client final ? Comme au temps de Guntenberg, leur périmètre s’élargit à nouveau avec la communication digitale. Il ne s’agit plus seulement, nous l’avons assez répété, de proposer un service ponctuel d’impression, mais d’accompagner le client en mettant en œuvre avec lui, et souvent pour lui, les techniques les plus pertinentes. Nombre d’acteurs de l’industrie sont devenus de véritables opérateurs de communication multicanale, des éditeurs de services Web, des analystes de données, des orchestrateurs au service de la relation client de leurs clients. Cette énergie nouvelle se reflète au sein d’XPlor dont la diversité des membres témoigne plus que jamais de la diversité des disciplines de la communication aujourd’hui.

 

Faire, innover, oser, surprendre

Faire, dans nos industries, c’est surprendre, être à l’affut des nouveaux usages sans jamais se laisser subjuguer par la seule performance technique, ni croire que ce que l’on cherche se trouve exactement là où l’on regarde. L’innovation fait partie de l’ADN de nos industries, nous espérons l’avoir assez démontré. Mais le petit plus, le caractère disruptif, réside ailleurs, dans la créativité, dans la capacité à être là où l’on ne vous attend pas, à proposer quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant. Encore une fois, un simple coup d’œil dans le rétroviseur suffit à toute l’industrie pour se rassurer sur sa capacité à bouleverser les règles établies, et parfois même à se surprendre elle-même. Comme cette technique du « paper to web », inventée à l’origine pour améliorer la reconnaissance des contenus des documents, et intelligemment détournée pour produire une expérience d’information presque sans couture entre l’imprimé et le digital. Et qui, parmi les clients finaux que nous sommes tous, n’a pas été surpris par un imprimé en relief particulièrement détaillé, ou un matériau sur lequel personne n’imaginait pouvoir imprimer il y a seulement quelques années. Innover en continu, puis détourner lorsque cela est pertinent pour surprendre encore un peu plus, la recette est presque aussi vieille que l’imprimerie elle-même. La bonne nouvelle, et la certitude sur laquelle se retrouvent tous les membres d’Xplor, c’est que cette recette fonctionne toujours aussi bien et qu’il n’y a aucune raison de s’arrêter en si bon chemin. Voilà qui depuis des années donne cohésion entre les membres de l’association pour le Communication d’Entreprise papier et digitale et cohérence entre ses membres aux métiers en perpétuelle transformation.