Selon une étude conduite par l’Afdel, le CXP et PAC, l’industrie du logiciel devrait connaître une croissance de 2 % en 2010.

La reprise ressentie en début d’année est nette et le troisième trimestre 2010 semble confirmer cette tendance. C’est du moins ce qui ressort du premier baromètre « Cockpit-Software at a Glance » réalisé par l’Association française des éditeurs de logiciels (Afdel), en partenariat avec le CXP et PAC. Cette étude montre en effet que près de deux tiers des éditeurs constatent une hausse de leur activité (licence, maintenance et support) par rapport au 1er semestre 2009 et qu’ils sont encore 55 % à percevoir cette croissance par rapport au premier semestre 2010. Par ailleurs, 60 % des éditeurs interrogés observent une hausse de leur carnet de commandes par rapport au semestre précédent, anticipant une fin d’année et une nouvelle 2011 sous de bons auspices.

Mieux que la moyenne européenne

Résultat, l’industrie du logiciel devrait connaître une reprise de plus de 6 points par rapport à l’an passé pour approcher les 2 % de croissance sur 2010. Toutefois, si le marché français fait mieux que la moyenne d’Europe de l’Ouest (1,2 %), il reste en-dessous des 6 % de croissance moyenne enregistrés au cours de la dernière décennie.

Il se heurte notamment à des cycles d’achats qui se sont fortement allongés pendant la crise et qui restent à des niveaux élevés, 38 % des éditeurs constatant même un nouveau ralentissement. En réalité, les entreprises privilégient les projets courts et à fort retour sur investissement, ce qui explique en partie le dynamisme du logiciel hébergé à la demande. En effet, 67 % des éditeurs anticipent une hausse des ventes de logiciels par souscription, soit 25 points de plus que la part des éditeurs qui attendent une hausse des ventes de licences.

L’heure est à l’investissement et à l’export

Globalement, les ventes de logiciels progressent surtout dans les secteurs de l’assurance, de la banque, des services, des télécoms et des services publics. La gestion commerciale, la relation client et la paie-RH profitent le mieux de la reprise, tout comme le décisionnel, l’ECM et les plates-formes d’intégration. Les commandes viennent de plus en plus des PME qui prennent le relai des grandes entreprises. En revanche, les TPE, plus exposées à la crise, restent prudentes.

Désormais tournés vers l’avenir, 70 % des éditeurs accroissent leurs efforts de R&D. Et faute d’une reprise française suffisamment vigoureuse, 45 % s’orientent vers l’international.