Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Communiqués de presse
Communiqués de presse

Communiqués de presse (1243)

Prima Solutions, éditeur de logiciels pour les professionnels de l’assurance et de la réassurance, a été classé par Les Echos-Statista à la 55è place des Champions de la Croissance 2019 avec un taux de croissance annuel moyen de 82 % entre 2014 et 2017. L’éditeur apparaît à la 10è place des entreprises spécialisées dans l’IT, d’après l’analyse de Channel News de ce même classement.

 

La troisième édition de cette enquête multisectorielle est réalisée par le journal Les Echos en collaboration avec l’institut Statista. Ce palmarès récompense les 500 sociétés qui réalisent des performances exceptionnelles et qui, par là même, contribuent à la création d’emplois et au retour de la croissance.

 

Avec un chiffre d’affaires multiplié par 6 en 4 ans, Prima Solutions confirme sa présence dans ce classement puisque la société était déjà à la 63è place en 2018.

 

Hugues Delannoy, président de Prima Solutions, commente : « Sur la période observée, nos résultats sont le fruit de notre stratégie d’investissement en Recherche & Développement et en nouveaux talents, du caractère innovant de notre offre logicielle cloud dans un secteur en pleine transformation digitale, de notre dynamisme commercial, ainsi que de la confiance accordée par nos clients qui s’engagent fréquemment sur plusieurs de nos solutions. Nous sommes d’autant plus fiers que les entreprises de taille moyenne sont peu représentées dans ce classement avec moins de 50 sociétés. »

 

En 2018, Prima Solutions a poursuivi son évolution avec des opérations de croissance externe : acquisition de l’éditeur canadien ICOD, en septembre 2018, spécialisé dans les solutions pour la santé et la prévoyance, et, en décembre 2018, avec son rapprochement stratégique avec l’éditeur français de logiciels pour la conformité réglementaire Solvabilité 2 et la gestion de la réassurance, Effisoft.

 

Cette dernière opération fait du nouveau groupe la première AssurTech française couvrant l’ensemble des processus métier du secteur - assurances vie et santé (collective ou individuelle), non vie, réassurance, conformité règlementaire, analyses (simulations prédictives et calculs actuariels) - et un acteur incontournable de l’assurance en Europe, Amérique du Nord et Asie-Pacifique.

 

Source : https://www.prima-solutions.com/prima-solutions-classe-a-la-55e-place-des-champions-de-la-croissance-2019-par-les-echos-statista-et-a-la-10e-place-des-champions-du-secteur-de-linformatique/

 

Letsignit, éditeur de solutions de gestion des signatures email pour Office 365, complète sa dream team en recrutant Lionel Hubschwerlin (un des fondateurs de la société Cabestan) au poste de Directeur Technique (CTO). Cette annonce s’inscrit dans le prolongement de la levée de fonds réalisée par Letsignit en septembre 2018 et de la nouvelle stratégie de croissance récemment initiée à l’international. 

 

Dans le cadre de sa mission, Lionel est chargé de piloter une équipe de 20 personnes, de faire évoluer l’offre existante (mise à l’échelle de la plateforme), de définir les nouvelles orientations technologiques, de gérer les relations avec les partenaires stratégiques et de bâtir une offre orientée « professional services » dédiée aux grands comptes. Membre du comité de direction, il joue donc un rôle décisif dans le développement des activités de l’éditeur et veille à l’accompagner dans sa transformation.

 

Lionel peut s’appuyer sur une solide expérience professionnelle acquise chez l’éditeur Cabestan où il a occupé de nombreuses fonctions techniques et de management (CTO, DGA, CEO). Dans ce contexte, il a permis à Cabestan de devenir un champion de son industrie, a participé activement à son rachat par le groupe La Poste, puis a continué à accompagner la société jusqu’en 2018. Cette expérience unique, associée à une fine connaissance des sujets liés au marketing, à l’email et aux datas, est un atout précieux pour Letsignit.

 

Lionel Hubschwerlin, CTO de Letsignit : « Je suis très fier de rejoindre Letsignit qui a su s’imposer en quelques années comme un acteur stratégique sur le marché en croissance de la signature mails. La qualité de ses équipes, leur expertise et leur implication sont de solides différenciateurs qui ont permis à l’éditeur de se positionner comme un partenaire stratégique pour les ETI/PME/TPE. Nous allons désormais franchir un nouveau cap en renforçant nos parts de marché auprès des grands comptes et en accélérant notre développement à l’international. Ma mission consiste à accompagner cette évolution et à créer toujours plus de lien entre le département technique et les autres équipes de Letsignit. »

Quelques questions à… Eef de Ridder

lundi, 18 février 2019 10:01

 

Son parcours

 

J’ai rejoint Ricoh en 2008 en tant que vice-président Commercial Print Industry. J’étais responsable du développement et de l’implantation opérationnelle des ventes et stratégies marketing de l’offre Ricoh Commercial Printing sur le marché des arts graphiques en Europe, Moyen Orient et Afrique.

En avril 2017, j’ai été nommé directeur de la division Commercial Printing sur la région EMEA pour Ricoh Europe avant d’en devenir Vice-Président quelques mois plus tard.

 

Avant de venir chez Ricoh, j’ai créé Knighthood, un cabinet de conseil en ventes et marketing. Avant ça, j’ai passé plus de vingt ans chez Xerox où j’ai occupé plusieurs postes de direction au niveau national et international, principalement dans les domaines des ventes et du marketing. En 1984 j’ai été diplômé en économie commerciale de l’université des sciences appliquées d’Inholland aux Pays-Bas.

 

Son rôle chez Ricoh

 

Je suis responsable de toutes les solutions d’impression de production vendues sur le marché des arts graphiques et sur le marché des entreprises.

 

En ce qui concerne mon rôle au quotidien :

 

Par-dessus-tout, je m’implique autant que faire se peut avec nos clients et les organisations de mon pays pour comprendre ce qu’il se passe sur le marché et s’assurer que notre stratégie soit en permanence alignée.

Je développe et mets en place avec mon équipe du siège notre stratégie de marché axée sur la satisfaction de nos clients et la croissance de leurs entreprises.  Je reporte les progrès et les développements en interne à Ricoh Europe et au conseil d’administration mondial de Ricoh.

 

Être au contact des clients : un challenge de tous les instants

 

Etre avec les clients et échanger avec eux sur les défis du marché et les opportunités. Comment pouvons-nous nous adapter et faire grandir leur entreprise. Le fait de comprendre nos clients nous permet également d’être au fait des tendances et des changements sur les différents marchés. De cette façon, nous pouvons ajuster nos offres et redéfinir les usages que nous mettons à leur disposition.

 

Les tendances actuelles du Production Printing

 

L’optimisation des chaînes de production. Gérer ses coûts effacement signifie automatiser. La clé : l’automatisation des flux de production, de la conception à la gestion, en passant par l’expédition et la facturation, avec un minimum de points de contact humain.

 

Le changement des habitudes médiatiques : remplacer l’impression par des médias électroniques. Bien que cela ralentisse à mesure où l’impression est de plus en plus intégrée dans les campagnes multimédias, telle que l’utilisation des technologies de papier connecté qui permettent à un lecteur de passer d’une page imprimée au domaine en ligne (notre application Clickable Paper). Nous ne pensons pas que cela s’appliquera autant aux livres, car nous avons assisté à un ralentissement des livres électroniques en Europe et en Amérique. En revanche, les journaux sont soumis à beaucoup plus de pression, en partie à cause de la facilité de lecture sur tablette. L’Europe est confrontée à de plus grands défis et le volume d’impression des journaux continuera de diminuer.

 

Le jet d’encre, technologie avec un impact environnemental minime, tire progressivement plus de volume de l’offset. L’avenir de l’impression jet d’encre en 2023 indique que le marché mondial de l’impression jet d’encre augmentera de 9,4% au cours des cinq prochaines années pour atteindre près de 110 milliards de dollars. En 2018, la valeur totale de l’impression jet d’encre dans les applications graphiques et d’emballage atteindrait 69,6 milliards de dollars, soit un volume d’impression équivalent à 749 milliards de copies A4 pour atteindre 1,4 bilions. Le numérique va devenir la technologie de pointe. Il existe deux facteurs principaux pour le numérique : l’impression de données variables et la rentabilité.

 

Cependant, il est important de retenir cela : nombreuses sont les entreprises qui considèrent que l’impression continuera à faire partie de leur quotidien, et cela même en 2025. Une enquête menée par Quocirca il y a peu nous laissait même entendre que dans 64% des cas, l’impression avait encore de beaux jours devant elle. Et cela, même grâce aux évolutions de la technologie, et des avancées faites sur le numérique : le tout numérique n’existe pas, puisqu’il peut gêner certaines personnes, comme l’a prouvé le RGPD l’an dernier. Nombreuses sont les personnes qui ont découvert à ce moment-là les failles de ce système, ce qui a permis une sorte de redécouverte des supports imprimés, de leur beauté, de leur sensorialité, de leur capacité à garder l’information, à la partager…

 

La position de Ricoh face à ces nouvelles tendances

 

Nous avons une longue histoire de recherche et développement qui reflète notre engagement à permettre une production rentable pour les prestataires de services d’impression. En tant que telle, notre division R&D est constamment à la recherche de ce qui nous attend ensuite ; raison pour laquelle nous avons développé un cinquième groupe couleur abordable sur nos presses feuilles couleur et bien d’autres innovations qui aident nos clients à développer leur activité.

Nous avons également développé notre portefeuille de solutions logicielles TotalFlow pour automatiser de façon transparente les flux de production, intégrer la production numérique aux flux offset et améliorer les opérations quotidiennes.

Ensemble, ces solutions apportent de réels avantages métier en permettant d’optimiser la productivité. Nous recherchons continuellement de nouvelles façons d’élargir notre portefeuille. Par exemple, la nouvelle presse C9200 augmente les revenus et réduit les coûts opérationnels grâce à une qualité d’image améliorée et à une retranscription exceptionnelle. Sa nouvelle technologie de diagnostic automatique des couleurs assure une constance et une stabilité des couleurs en détectant et ajustant les fluctuations subtiles de tonalité lors de l’impression.

 

Les presses numériques sont de plus en plus en vogue, de par leur coût relatif et les multiples utilisations que l’on peut en faire. Le matériel numérique est plus réceptif, plus évolutif aussi. Nous devons soutenir ce passage de l’analogique au numérique, en adaptant nos solutions logicielles mais aussi en démocratisant l’emploi de ces nouvelles machines, plus accessibles.

 

La nouvelle Pro C7200x cinq couleurs représente un coût moyen suffisamment rentable pour se différencier. Les améliorations par rapport à la plateforme Pro C7100x incluent une stabilité de couleur améliorée grâce à l’étalonnage automatique des capteurs en ligne et un calage amélioré avec une fonction d’ajustement automatique. De plus, sa cinquième station couleur offre un éventail plus large d’applications pour les impressions à valeur ajoutée. Il est maintenant possible d’imprimer en blanc en plus des toners CMJN classiques en une seule impression, ce qui améliore considérablement la productivité tout en assurant un impact maximal pour les impressions sur supports.

 

C’est également ce à quoi Ricoh répond avec la gamme croissante de presses jet d’encre, pour laquelle la Ricoh Pro VC60000 fait figure de référence. Nous avons aussi développé la presse couleur Ricoh Pro VC40000, la presse monochrome Ricoh Pro V20000 et notre dernier ajout, le haut de gamme, la presse couleur Ricoh Pro VC70000. Sa nouvelle technologie de séchage et ses nouvelles encres se combinent pour offrir une qualité et une productivité exceptionnelles.

Elle sera présentée en exclusivité lors des Hunkeler Innovationdays fin février à Lucerne en Suisse.

 

L’impact de la nouveauté sur la clientèle : le dialogue est la clé

 

Le principal problème est l’érosion des prix sur le marché, qui exerce une pression à la fois sur les imprimeurs et sur les fournisseurs. Pour Ricoh, l’accent est mis sur le développement des systèmes offrant une qualité et une productivité améliorées, ainsi que de meilleures capacités pour aider les prestataires d’impression à continuer de fournir un service réactif sur un marché exigeant. Nous nous concentrons sur la qualité des performances et la manière dont cela soutient leur activité.

 

Ils veulent également trouver de nouvelles sources de revenus pour élargir leur base d’affaires et minimiser les risques.

Nous pouvons les aider à créer un avenir fructueux, en soutenant une transformation de l’entreprise capable d’ouvrir de nouveaux horizons grâce à de nouvelles applications, de nouveaux services et de nouveaux secteurs de marché. 

 

De plus, notre expertise sur les tendances du marché et notamment la nécessité d’innover et de se réinventer, comme dans le domaine de la publicité, nous pousse à proposer à nos clients des solutions adaptées à leurs besoins et qui, surtout, leur permettront d’accroître leurs bénéfices et d’ajouter de la valeur à leurs produits. L’impression est vectrice de croissance pour les entreprises, elle est l’appui, le support de nombreuses stratégies des marketeurs, mais aussi des commerciaux et des services de communication.

 

Demeurer dans l’échange : un conseil devenu un adage

 

Restez en contact avec vos clients autant que possible pour comprendre leurs activités et leurs défis, au lieu d'essayer de gouverner depuis le siège. Allez à leur rencontre, rien ne fonctionne aussi bien que le « porte-à-porte » comme l’a montré une étude de la DMA sur « Door Drop Industry », qui révélait que 90% des campagnes commerciales menées par la Royal Mail avec ce type de technique permettait davantage d’acquisitions. Il est parfois nécessaire de réajuster ses techniques de vente : les clients sont à la recherche de proximité, d’échange et de compréhension. C’est là tout ce que toutes les entreprises devraient proposer. Et c’est ce que nous faisons chez Ricoh.

 

Les entreprises et organismes publics investissent tous les ans des sommes importantes pour mener à bien leur transformation numérique et déployer des services et outils toujours plus innovants. Dans ce contexte, on pourrait penser que des sujets « historiques » qui exploitent des technologies bien connues sont aujourd’hui en déclin. Ce serait une erreur ! Il faut bien constater la croissance de certains projets structurants et la mise en place de plateformes de « gestion » éprouvées. C’est notamment le cas pour les projets d’ITSM[1].

Focus sur les fondamentaux qui expliquent cette croissance

Tout d’abord, rappelons ce que sont les outils ITSM. Ces derniers permettent notamment aux départements support d’accompagner les équipes métiers dans la gestion de leurs demandes et l’utilisation des outils avec lesquels ils travaillent. Nous pouvons ainsi concevoir l’ITSM comme un guichet unique qui permet aux utilisateurs de formuler des demandes et d’en assurer un traitement et un suivi tout au long de la chaîne concernée.

Prenons l’exemple des processus de gestion d’Onboarding pour illustrer notre propos. Lors de l’arrivée d‘un nouveau collaborateur, plusieurs opérations doivent être lancées pour lui permettre d’accéder à différentes ressources : ordinateur, véhicule, droits d’accès aux applications, carte de cantine… De telles actions nécessitent l’intervention de nombreux départements dans l’entreprise : informatique, direction financière et achats, logistique, etc. L’approche ITSM permet de gérer tout ce processus au travers d’un guichet unique. On comprend alors plus simplement comment l’ITSM a su sortir de la DSI pour devenir un sujet de gouvernance globale pour toute l’entreprise.

Une évolution constante des périmètres et des technologies

Une donnée intéressante est la généralisation de l’approche ITSM au sein des PME et ETI.

En effet, historiquement réservée aux grands comptes, l’ITSM a su se développer auprès de toutes les entreprises en raison de son approche modulaire, qui permet un déploiement progressif et maîtrisé. Nous pouvons aussi évoquer l’évolution des technologies, qui ont pris le virage du Cloud Computing. Ces éléments ont permis de créer toujours plus d’agilité, de flexibilité et ont fait émerger des modèles économiques plus accessibles.

L’ITSM est donc un sujet qui va continuer d’occuper une place à part au sein des entreprises, en raison des nombreux projets qu’elle permet de traiter (gestion de parcs, catalogue de services, demande de support, etc.). Véritable plateforme de gestion pour les directions des systèmes d’information, elle va aussi continuer de fédérer les autres départements de l’entreprise et largement contribuer à rendre les organisations plus compétitives et agiles. L’ITSM sera donc un levier important dans les plans de transformation des entreprises à long terme.

Benjamin DUPONT – Responsable de l’équipe ITSM de Cegedim Outsourcing



[1] ITSM : Information Technology Service Management ou gestion des services informatiques en français.

Stormshield noue un partenariat avec le réseau CERTA (Réseau de ressources pour l’informatique de gestion) pour accompagner les professeurs de BTS Services Informatiques aux Organisations (SIO) dans le déploiement de formations orientées autour de la cybersécurité.

 

Concrètement, cet accord permet de former les professeurs de BTS SIO sur la gamme Stormshield Network Security (SNS) de Stormshield afin de les rendre autonomes dans l’utilisation de ces produits à des fins de formation. Les enseignants accéderont également aux supports de cours de l’éditeur et pourront faire appel à ses experts pour monter en compétence et passer leurs certifications.

 

Xavier Prost chez Stormshield explique : « La cybersécurité est un sujet stratégique qui implique de s’appuyer sur des experts qui contribueront à créer en continu un cyberespace de confiance. Leur formation est un point-clé et reste aujourd’hui trop peu développée. Ce partenariat s’appuie sur le programme de formation SNS labellisé SecNumEdu-FC par l’ANSSI et permet une montée en compétences des enseignants sur les technologies réseaux et sécurité développées autour de la gamme de produits Stormshield. Initier des partenariats entre le monde de l’enseignement et des concepteurs de solutions de cyberdéfense est une nécessité absolue. Notre accord avec le réseau CERTA pour les enseignants de BTS SIO s’inscrit dans cette perspective. Plus globalement, Stormshield ambitionne de créer de nombreuses alliances de ce type pour positionner la cybersécurité au centre des programmes de formation des écoles et universités et faire monter en compétences les enseignants sur ce sujet stratégique. »

 

Valérie Martinez, membre du réseau CERTA et référente pour le partenariat Stormshield, précise : « Les enseignants de BTS SIO pourront ainsi se former sur des solutions professionnelles en adéquation avec les nouveaux enseignements centrés sur la sécurité des SI. Les enseignants pourront utiliser les boitiers ou les machines virtuelles pare-feu SNS et les ressources fournies à l’occasion de leurs cours et participer à la diffusion de bonnes pratiques en matière de cybersécurité. » 

 

Plus d’informations sur le partenariat sur : https://www.reseaucerta.org/partenariat-certa-stormshield 

Le Groupe Prima Solutions-Effisoft, éditeur de logiciels pour les professionnels de l’assurance et de la réassurance, annoncela sortie de la version 4.3 de son logiciel de réassurance WebXL. Disponible en cloud, la solution s’enrichit de nouvelles fonctionnalités métiers dédiées à la réassurance vie et non vie. Cette version bénéficie notamment de nouvelles possibilités de gestion des catastrophes naturelles et d’un tout nouveau module de rapports dynamiques.

 

Une gestion renforcée des Cat Nat dans WebXL

 

Marquée par de nombreuses catastrophes naturelles, estimées à près de 80 milliards de dollars de pertes assurées, l’année 2018 se révèle la 4èannée la plus dévastatrice de tous les temps. La fréquence des catastrophes naturelles au cours des deux dernières années incite de nombreux grands assureurs à repenser leurs stratégies en cédant davantage de risques à leurs réassureurs et en baissant leurs niveaux de rétention. Plusieurs tempêtes prolongées ont notamment conduit à un réexamen des clauses horaires par les cédantes et les réassureurs. 

 

Pour aider les professionnels de la réassurance à faire face à cette multiplication de catastrophes naturelles, le groupe Prima Solutions-Effisoft enrichit son logiciel WebXL de nouvelles fonctionnalités telles que le renforcement de la notion de clause horaire (Hours Clause) et le processus automatique de liaison en masse de sinistres aux évènements (CAT linkage process).

 

A présent, WebXL permet d’importer les sinistres en cours et de les délimiter avec précision dans le temps. « Dans WebXL, les sinistres et les évènements sont très précisément définis, une heure peut coûter très cher sur un évènement comme l’ouragan MichaelCela peut impacter les cédantes sur des montants considérables », déclare Grégory Moliner, directeur de la filiale américaine du groupe Prima Solutions-Effisoft.

 

Réassurance vie : du nouveau pour un marché en croissance stable 

 

En réassurance vie, les contrats peuvent avoir une durée assez longue, en moyenne 20 ans. Dans le logiciel WebXL, il est désormais possible d’amender ces contrats plus simplement en modifiant seulement les dates d’effet. 

 

WebXL permet également d’historiser les évolutions des tarifs des contrats d’assurance vie via différentes variables (VI Layer, CPI, NBI, VB…) qui sont à présent liées au contrat. A titre d’exemple, le VI Layer (Volontary Increase) est une variable qui rend possible, à la demande de l’assuré, l’augmentation de ses propres capacités de protection.

 

« Chaque nouvelle version de WebXL permet d’enrichir notre solution, notamment sur la partie dédiée à la vie. Cela suit logiquement l’évolution de l’offre de Prima Solutions avec qui nous nous sommes rapprochés : en effet, déjà positionné en non-vie, Prima Solutions dispose également depuis 2017 d’une offre complète pour couvrir l’ensemble des besoins en assurance vie », précise Julien Victor, directeur général dugroupe Prima Solutions-Effisoft.

 

Un nouveau module de rapports dynamiques

 

Un nouveau module de reporting vient enrichir la solution WebXL. Les « Dynamic reports » couvrent l’intégralité des traitements comptables (comptabilisation des créances et dettes, comptabilisation des opérations bancaires, révision des comptes, clôture de comptes…). Le module, extrêmement puissant et performant, est capable de générer des rapports dynamiques comme le compte de résultat ou le bilan comptable sous tous les formats d’exports imaginables. 

 

A propos du Groupe Prima Solutions-Effisoft

 

Premier groupe de l’AssurTech française et acteur incontournable de l’assurance en Europe, Amérique du Nord et Asie-Pacifique, le Groupe Prima Solutions-Effisoft édite des logiciels pour les professionnels de l’assurance et de la réassurance, couvrant l’ensemble des processus métier du secteur : assurances vie et santé (collective ou individuelle), non vie, réassurance, conformité règlementaire, analyses (simulations prédictives et calculs actuariels).

 

Le groupe accompagne plus de 300 clients et dispose d’un réseau mondial de partenaires ; il permet aux sociétés d’assurance d’accélérer leur digitalisation grâce à sa plateforme logicielle full-web hautement configurable, modulable et disponible sur le cloud.

 

Source : https://www.effisoft.com/fr/Actualites/WebXL/le-groupe-prima-solutions-effisoft-annonce-la-disponibilite-de-la-version-4-3-de-webxl-son-logiciel-de-reassurance.html

L’expérience client (CX) et utilisateur (UX) est aujourd’hui un sujet clé pour l’ensemble des entreprises. Ces dernières investissent ainsi des ressources conséquentes pour s’appuyer sur des dispositifs éprouvés leur permettant de moderniser leurs approches traditionnelles et de se démarquer de la concurrence en offrant toujours plus : de qualité, de service, de personnalisation, etc. Dans ce contexte, nous observons que tous ces projets disposent d’un point commun : les données. Cet « or numérique » (on a coutume de dire que la data est « le nouvel or noir ») est en effet un élément central pour opérer sa transformation digitale et enrichir l’expérience proposée aux utilisateurs. A condition de savoir l’analyser et l’exploiter de façon intelligente ; raison pour laquelle on parle de « data intelligence ». Voyons quelques-uns des cas d’usage concrets les plus fréquemment rencontrés en entreprise.

 

L’Intelligence Artificielle (IA) appliquée au marketing 

 

L’idée est, pour une entreprise, de créer de la valeur à partir de la data, pour offrir un support encore meilleur à ses clients ou alimenter en leads qualifiés ses équipes commerciales. Pour ce faire, une analyse minutieuse des flux digitaux échangés et envoyés par les clients, prospects et utilisateurs est nécessaire. Nous pouvons alors évoquer la notion de « machine scoring ». Les données sont alors échangées et transmises aux équipes de télémarketing et commerciales qui prennent le relai, répondent aux demandes et identifient de nouvelles opportunités. Les bénéfices retirés de l’exploitation de ces données et l’expérience proposée sont ainsi optimisés tant auprès des clients que des collaborateurs.

 

L’Industrie 4.0 et la maintenance prédictive

 

L’approche de la data intelligence s’applique ici à l’expérience utilisateur, et plus précisément à celle proposée aux équipes de maintenance qui doivent intervenir sur les équipements industriels. Ainsi, les capteurs qui sont installés sur le matériel envoient des données grâce au Edge computing ou à l’Internet des Objets (IoT), et permettent de constater et d’anticiper les pannes, d’analyser les usures prématurées et donc d’œuvrer préventivement pour ne pas bloquer la chaine de production. Il est alors possible de mobiliser les bons agents pour intervenir, de simplifier leur travail et de leur offrir une expérience unique grâce à une analyse précise des données recueillies sur les équipements.

 

E-commerce : pour une meilleure expérience d’achat

 

Pour le commerce en ligne, la data intelligence est utilisée dans une logique de machine learning (ML). Il est alors possible d’en apprendre plus sur le comportement de l’internaute en analysant de nombreuses données : historique, ancienneté, navigation réalisée, centres d’intérêt… L’internaute peut ainsi être accompagné pas à pas dans sa recherche, être conseillé et orienté de façon opportune et pertinente. La data constitue ici un réel différenciateur pour les e-commerçants qui peuvent renforcer leurs parts de marché pour, in fine, faire la différence sur un secteur ultra concurrentiel.

 

Ces différents cas d’usage mettent clairement en évidence que les données sont le moteur d’une expérience utilisateur nettement améliorée. L’investissement dans la recueil et l’analyse des données s’avère donc être une priorité stratégique pour les entreprises qui souhaitent améliorer leurs processus de gestion, se distinguer durablement et soutenir efficacement leur plan de croissance. Autant de thèmes qui seront abordés lors du prochain MCX Paris.

 

Par Laurent Stoica, Head of CX Volume Sales South Europe chez Oracle CX

 

 

 

 SENTRYO lance aujourd’hui l'application ICS CyberVision pour IBM QRadar, qui exploite les technologies d’analyse de sécurité d’IBM afin d’aider les équipes de cybersécurité à élaborer une stratégie de gestion des menaces coordonnée pour les environnements informatiques (IT) et industriels (OT).

 

Les cybermenaces qui font la une des journaux ciblent désormais les réseaux industriels et ont une incidence sur le monde réel sous la forme d’arrêt de production, de catastrophe environnementale ou d’atteinte aux personnes. ICS CyberVision de Sentryo fournit à la plate-forme QRadar d’IBM une liste détaillée des événements, des vulnérabilités et des informations sur les équipements industriels de la société, afin d’obtenir une visibilité complète sur la posture de cybersécurité de l’entreprise.

 

QRadar ingère et analyse en temps réel les données fournies par ICS CyberVision, ainsi que d’autres données de log, de flux, d’utilisateurs, d’équipements et de vulnérabilités venant de l’infrastructure informatique. L’intégration de QRadar et d’ICS CyberVision permet aux clients d’accéder à une vue unifiée pour visualiser les attaques sur les réseaux informatiques et industriels, ainsi que la capacité de corréler les événements IT et OT pour détecter et résoudre les menaces, d’accélérer les investigations numériques, de créer des rapports de sécurité, etc.

 

L’application Sentryo pour QRadar est disponible gratuitement via l’App Exchange d’IBM Security, un espace où les développeurs peuvent partager des applications basées sur les technologies d’IBM Security. Les menaces évoluant plus rapidement que jamais, le développement collaboratif au sein de la communauté de la sécurité aidera les organisations à s’adapter rapidement et à accélérer l’innovation dans la lutte contre la cybercriminalité.

 

« Les réseaux industriels adoptent les technologies informatiques et déploient des applications connectées. Ils sont donc plus exposés que jamais aux cyberattaques. Les entreprises de toutes tailles doivent prendre des mesures en matière de cybersécurité pour assurer la continuité, la résilience et la sécurité de leurs activités industrielles », explique Laurent Hausermann, Directeur Général et co-fondateur de Sentryo. « L’intégration de ICS CyberVision de Sentryo à QRadar d’IBM permet aux entreprises de gérer la cybersécurité dans son ensemble, en tirant parti de leurs compétences et de leurs investissements dans leur centre de cybersécurité (SOC) pour permettre une migration sécurisée vers les technologies de l’industrie 4.0. »

L'éditeur Mailinblack recrute à nouveau

mercredi, 13 février 2019 11:11

Mailinblack annonce l’ouverture d’une dizaine de postes en 2019 pour accompagner sa croissance (+20 % en 2018) et développer ses parts de marché en France, mais aussi et surtout à l’international.

 

Sur les douze derniers mois, Mailinblack a poursuivi sa croissance en signant plus de 2 000 nouveaux clients notamment sur le segment TPE/PME et établissements publics. Dans ce contexte, l‘éditeur prévoit en 2019 d’ouvrir de nouveaux marchés et de réinvestir massivement pour continuer à faire évoluer son offre, ré-humaniser les échanges par email et développer ses équipes.  Fort de ces éléments, Mailinblack se positionne comme une entreprise attractive qui permet à ses collaborateurs d’apprendre dans un cadre dynamique. Ses équipes sont reconnues pour leur expertise, elles relèvent ensemble des challenges et travaillent sur des projets fédérateurs. Rejoindre Mailinblack est également l’assurance d’évoluer dans une structure qui place la qualité au centre de son modèle de développement. Ainsi, l’éditeur bénéficie de l’un des taux de satisfaction les plus importants du marché (renouvellement annuel supérieur à 92 %). 

 

Quelques postes ouverts dans les équipes R&D, marketing produit et commerce :

 

- Channel Manager international

- UX Designer

- Commercial PME et Grands Comptes

- Développeurs

- Différents collaborateurs pour compléter l’équipe produit

 

Plus de détails sur https://www.mailinblack.com/jobs/

 

 

Synertrade joue la carte de la qualité et de la sécurité en accédant à la fameuse certification ISO 27001. Cette nouvelle reconnaissance fait suite à l’attribution de la certification ISO 9001 que l’éditeur avait reçu en octobre 2018.

 

L’ISO 27001 est une norme internationale de sécurité des systèmes d’information. Elle définit les exigences pour la mise en place d’un système de management de la sécurité de l’information (SMSI). Le SMSI recense les mesures de sécurité afin de garantir la protection des actifs de l’entreprise. L’objectif est de protéger les fonctions et informations de toute perte, vol ou altération, et les systèmes informatiques de toute intrusion et sinistre informatique. Fort de cette certification, Synertrade offre désormais encore plus de sécurité et d’efficacité pour les services achat de ses clients et montre que leur satisfaction constitue sa priorité absolue.

 

Plus qu’une simple certification, cette annonce s’inscrit plus globalement dans le cadre des orientations stratégiques du groupe qui consistent à positionner la satisfaction clients au centre des axes de développement de Synertrade. L’expérience utilisateurs, la co-construction et l’amélioration continue sont en effet des piliers centraux autour desquels les équipes de Synertrade travaillent pour concevoir des solutions permettant aux clients de collaborer sereinement tout en répondant à des problématiques métiers complexes. Cette volonté de Synertrade de se rapprocher toujours plus de ses clients s’illustre d’ailleurs au travers du Synerclub qui avait été lancé avec succès en 2018. 

 

Dans une approche plus globale, le Groupe Econocom, maison-mère de l’éditeur, a également déroulé sa stratégie d’userisation et d’excellence. L’objectif est le même que Synertrade : recentrer la technologie sur l’humain et l’utilisateur final. « Nous aidons nos clients à penser et à utiliser efficacement le numérique, en plaçant les utilisateurs finaux comme point de départ de toute transformation numérique. »

 

 

Page 1 sur 89

ABONNEMENT NEWSLETTER

NOUS SUIVRE

AGENDA

06/03/2019 - 07/03/2019
AccessSecurity
11/03/2019 - 12/03/2019
Big Data Paris
19/03/2019 - 21/03/2019
Documation & Data Intelligence Forum
20/03/2019 - 21/03/2019
Cloud Computing World Expo
20/03/2019 - 21/03/2019
IOT WORLD
20/03/2019 - 24/03/2019
Laval Virtual