La Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale vient de dévoiler le rapport parlementaire rédigé par les députés Corinne Erhel et Laure de la Raudière, concernant les nouveaux modèles économiques liés à l’émergence du numérique.

Le numérique à l’école

Le document cible principalement l’école avec plusieurs propositions pour éveiller les élèves au code informatique, « sur le modèle de l’éveil au dessin ou de la musique ». Cela pourrait se traduire par l’enseignement obligatoire de l’informatique dès le collège, « quitte à supprimer certains autres enseignements qui seraient moins prioritaires ». Autres propositions : la création d’un CAPES et d’une agrégation d’informatique.

Le rapport appelle aussi à former aux métiers du numérique au sein de l’enseignement public, à valoriser les licences professionnelles. Il préconise d’inciter les universités à réserver 10 % des bourses attribuées dans le cadre des contrats doctoraux à des projets de recherche relatifs au numérique, et d’élargir le champ des activités reconnues par la formation professionnelle aux supports numériques (MOOC, e-learning).

Un levier d’insertion sociale

Accueillant favorablement ces conclusions, Axelle Lemaire confirme dans un communiqué l’importance de l’apprentissage informatique : « l’éducation au numérique constitue un puissant levier d’insertion sociale, un vecteur d’émancipation et de confiance citoyenne, et un enjeu de compétitivité pour nos entreprises».

Sur l’open data dans les services publics, Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation rappelle, elle, que « la politique d’ouverture des données publiques représente une opportunité unique de stimuler la vie démocratique, de nourrir l’innovation économique et sociale et d’améliorer le pilotage de l’action publique. »

Ces travaux devraient contribuer à la préparation du futur projet de loi numérique.