Sur le premier trimestre de l’année, la SSII affiche un recul de son activité de plus de 5 %. Point positif, le marché français se stabilise et renoue même avec une légère croissance pour la partie intégration.

En ligne avec les attentes des analystes, Atos Origin a annoncé ce matin un chiffre d’affaires pour le premier trimestre de 1,23 milliard d’euros. Soit un repli de 5,5 % à périmètre et taux de change constants. Une baisse plus importante que celle enregistrée sur l’ensemble de l’année 2009 (- 3,7 %).

A l’exception de la filiale Atos Worldine et du BPO médical, toutes les lignes de services sont en recul, y compris l’infogérance d’infrastructures (- 4 %), habituel moteur de résistance en période de crise.

Près de 700 salariés en moins

Il y a néanmoins quelques bonnes nouvelles, notamment des prises de commande en augmentation de 17 % en ce début d’année. La France fait aussi mieux que l’ensemble du groupe avec un chiffre d’affaires qui se stabilise (- 0,2 %). L’activité intégration de systèmes renoue même avec la croissance dans l’hexagone (+ 1 %). La SSII l’explique par ses offres dans le secteur énergies-utilities – avec la création d’une filialespécifique, Atos Worldgrid – qui vient compenser les baisses dans le secteur public et celui des télécoms.

La réduction de la masse salariale produit aussi ses effets. Avec un taux de départ volontaire de 8,3 % et un « programme de réorganisation » se traduisant par le départ de plus de 600 personnes, l’effectif total du groupe a perdu 695 salariés sur les trois premiers mois de l’année. Pour l’ensemble de 2010, Atos Origin maintient son objectif d’une légère décroissance organique de son chiffre d’affaires, inférieure à celle constatée en 2009. En fin de matinée, le cours de bourse de la SSII bondissait de plus de 3 %.