Vingt-cinq à trente mille, c’est le nombre de suppressions de postes prévues dans la branche Enterprise de HP. Ce nouveau délestage interviendra après la scission prévue dans les prochaines semaines qui doit voir HP Inc. garder les PC et les imprimantes (tous clients confoncdus), et Hewlett Packard Enterprise conserver les autres produits et les services dédiés aux entreprises.

L’économie espérée est de 2,7 Md$ par an, mais en interne beaucoup de voix s’élèvent pour mettre en doute un tel chiffre. Selon elles, la perte d’autant de salariés impactera forcément la confiance des clients, donc le chiffre d’affaires.

85 000 emplois supprimés depuis 2011

Ces dernières années, notamment depuis l’arrivée de Meg Whitman à la tête de HP en 2011, les suppressions d’emplois se sont multipliées : plus de 55 000 personnes ont déjà quitté l’entreprise, auxquelles s’ajouteront donc ces nouveaux départs. Sans que le géant américain ne retrouve l’équilibre : au 3ème trimestre de son exercice fiscal 2015, clos le 31 juillet, les revenus de HP affichaient un repli de 8 %, à 25,3 Md$. Il s’agissait du seizième trimestre consécutif de baisse pour l’entreprise, qui a aussi vu son bénéfice net plonger de 13 %, à 854 M$.

Le nombre de 25 000 ou 30 000 licenciements pourrait encore s’alourdir en 2016, de nombreux observateurs estimant que d’autres coupes sont envisagées. Ces départs viendraient réduire un peu plus les effectifs qui s’établissaient à 302 000 employés fin octobre 2014.