À peine ses serveurs x86 revendus à Lenovo, IBM en lance de nouveaux basés sur l’architecture Power et présentés comme une « alternative de choix aux serveurs de commodité x86 ».

Baptisée S824L, cette nouvelle gamme de  serveurs est propulsée par le processeur Power8 et se destine prioritairement au traitement de gros volumes de données.

Cette émancipation d’Intel donne l’occasion à IBM d’utiliser pleinement son architecture maison et de se prêter au petit jeu de la comparaison. Ainsi, Big Blue annonce un rapport prix/performance jusqu’à 20 % plus attractif que pour un processeur Intel Haswell.

Pour bénéficier de ces prestations, encore faut-il des applications compatibles. Sur ce point, IBM mise sur sa fondation OpenPower et son réseau de partenaires. Fondée en 2013, elle rassemble 59 membres et propose 1 500 logiciels compatibles Power.

Un GPU Tesla K40

Pour la première fois, IBM fait appel à un processeur d’accélération graphique Nvidia, en l’occurrence, le Tesla K40. Les versions futures de Power Systems utiliseront la technologie NVLink du caméléon, évitant d’avoir à transférer des données entre l’unité centrale et le GPU via une carte PCI Express. IBM ajoute que cela permettra au GPU d’accéder à la mémoire de l’unité centrale, ce qui améliorera les performances.

Disponible sous Ubuntu 14.10, le serveur Power Systems S824L devrait être compatible avec les distributions Red Hat et Suse. Côté hardware, cette machine embarque un processeur Power8 de 10 cœurs cadencés à 3,42 GHz, ou deux Power8 12 cœurs à 3,02 GHz. Ce qui représente un maximum de 24 cœurs, soit 192 threads.

Concernant la mémoire, le S824L embarque de 32 Go à 1 To de DDR3 1600 MHz. Sur le stockage, il prend 12 disques 2,45 pouces gérés par un contrôleur SAS RAID 0, 5, 6 ou 10, installé en standard.