En prévision d’une année de stagnation, Intel a annoncé plus de 5 000 suppressions de postes pour 2014, en réponse à la crise sur le marché des PC en 2013. Le fabricant de semi-conducteurs américain a enregistré l’an passé une perte de 1 % de son chiffre d’affaires annuel et 13 % de son revenu net.

La firme américaine voudrait éviter les licenciements secs et table sur les départs volontaires, les redéploiements d’effectifs et les mises en retraite, ainsi que sur le taux d’attrition actuel de 4 % de son personnel. L’objectif est de descendre à moins de 103.000 salariés, contre 108.000 actuellement.

Intel a justifié cette réduction par le besoin de réorganiser la structure et de rattraper son retard sur le marché des tablettes et des mobiles face à son concurrent direct ARM.