Konica Minolta lance Komi Cloud, un service de gestion électronique des documents (GED) fourni en standard avec ses systèmes multifonctions. Komi Cloud est issu de la filiale informatique Serians, rachetée en 2012 par le spécialiste de l’impression.

L’application a pour particularité de dématérialiser les documents dans un espace collaboratif ou privé, soit à partir d’une imprimante connectée, soit depuis un terminal mobile. Elle est toutefois réservée aux clients de Konica disposant d’un numéro d’identification présent sur ses machines.

Les possibilités de la solution devraient être amenées à évoluer, selon l’entreprise japonaise. Des services comme le circuit de validation, le workflow ou la lecture automatique de documents sont ainsi en cours de développement.

Extension du domaine d’activité

Au moment du rachat de Serians en 2012, l’objectif pour Konica était de se doter de compétences fortes sur des domaines informatiques incontournables. Aujourd’hui, l’entreprise prend pied dans le domaine de la GED. À moyen terme, elle vise aussi les secteurs des PGI (Progiciels de Gestion Intégrés) et de la GRC (Gestion de la Relation Client).

Avec Komi Cloud, il s’agit, pour la firme japonaise, de renforcer l’aspect collaboratif autour de ses solutions d’impression. Le développement du cloud est un fondement de la stratégie qu’elle a adoptée il y a quelques années. Déjà, en 2012, Konica proposait à ses clients une application d’impression multi-vendeurs en mode hébergé baptisée “EveryOne Print”. Réutilisée par plusieurs entreprises, dont Xerox, cette application a toutefois rencontré un succès limité auprès des revendeurs.