La gestion massive des données (ou Big Data) n’est pas encore une priorité pour les entreprises utilisatrices, mais elle l’est pour les sociétés de services. C’est le constat dressé par Marlène Ribeiro, directrice au sein de la division SI du cabinet de recrutement Michael Page.

La gestion massive des données (ou Big Data) n’est pas encore une priorité pour les entreprises utilisatrices, mais elle l’est pour les sociétés de services. C’est le constat dressé par Marlène Ribeiro, directrice au sein de la division SI du cabinet de recrutement Michael Page. Elle a remarqué que depuis un an, les SSII et les cabinets de conseil ont considérablement augmenté leurs recherches de postes confirmés en analyses de données. Les profils recherchés sont assez techniques, capables de naviguer et de paramétrer des bases de données, surtout les nouveaux socles (noSQL, Hadoop). « Les prestataires demandent essentiellement des ingénieurs spécialisés dans le décisionnel » rapporte  Marlène Ribeiro. L’idée pour les recruteurs est ensuite de les faire monter en compétence vers les deux volets du big data encore mal traités aujourd’hui que sont la gestion de gros volumes de données et celles des contenus non structurés. Marlène Ribeiro précise enfin que ces profils voient au passage leur salaire bondir de 10 à 15%.