Les démonstrations réalisées par le PR2 de Willow Garage ou les Motoman SDA du Japonais Yaskawa, des robots dotés de deux bras, font apparaître de nouvelles possibilités de manipulation. Dès lors que les mouvements des deux bras sont coordonnés, le robot fait preuve d’une étonnante capacité à réaliser des tâches complexes.

Pour autant, cette approche fait-t-elle entrevoir de nouvelles applications chez les industriels ? Jean-Hugues Ripoteau en doute : « Tous nos robots sont multibras en ce sens qu’on peut les relier pour qu’ils travaillent ensemble. Et cela depuis très longtemps. Pour l’instant, nous n’avons pas trouvé de réel intérêt à avoir deux bras plutôt qu’un. Nous avions monté un prototype voici sept ou huit ans, sans en trouver d’application commerciale au niveau industriel. Au niveau du grand public, il peut y avoir des applications mais elles n’auront de sens que quand les moyens de calcul seront là. Car pour assurer des temps de décision très rapides, nous avons besoin de processeurs d’une puissance hallucinante. »