Si les SSII indiennes bénéficient plutôt d’une bonne image, la destination Inde n’est pas jugée très attractive. Elle présente davantage de risques que d’opportunités, selon un sondage Ifop.

Sondage original que celui mené par l’Ifop pour le compte de la SSII indienne HCL Technologies. Quelque 500 dirigeants d’entreprises françaises de plus de 200 salariés ont été interrogés le mois dernier sur leur perception des sociétés de services indiennes.
Le bilan risque ne pas être accueilli avec le sourire du côté de Bangalore. Pour 57 % des sondés, la destination Inde est jugée peu ou pas attractive. A 72 %, elle présente davantage de risques que d’opportunités.
Parmi les principaux freins, les dirigeants avancent la complexité de gérer un prestataire à distance (49 %), le souci de conserver l’emploi en France (37 %), la perte de qualité de service (33 %), la langue et l’accent (31 %). Fermez le ban.

Des informaticiens indiens aussi compétents que les Français

Pour contrebalancer, nos décideurs placent le paramètre réduction de coûts (74 %) parmi les principaux atouts de l’offshore indien. Loin devant la disponibilité et l’abondance de ressources humaines (40 %) et la compétence des salariés indiens (19 %). Sur ce dernier point, 84 % des patrons interrogés estiment que les informaticiens indiens sont aussi compétents que leurs homologues français.
Leur cote de popularité
réconfortera les SSII indiennes. Elles bénéficient d’une bonne image pour 70 % des entreprises, tandis que 68 % estiment qu’elles offrent un service de qualité et 77 % un bon rapport qualité-prix.

A noter, enfin, que 21 % des sondés qui ont déjà externalisé leur informatique ont eu recours à l’offshore, qu’il soit indien ou non.