Les candidatures aux nouvelles extensions ont généré un flot de 6 750 commentaires. Les conflits sur cette nouvelle ressource web sont nombreux.

L’Icann permet à tous de publier un commentaire public sur une candidature à une nouvelle extension internet (« NewgTLD »). Débutée le 13 juin 2012 avec la publication officielle de la liste des candidatures aux NewgTLDs, la période de commentaires publics, qui devait se clore le 12 août 2012, a été prolongée au 26 septembre. Les avis fusent : 6 750 commentaires ont déjà été soumis.

L’Arabie Saoudite a exprimé son opposition contre les extensions sexuelles (ex : .SEX), liées à l’alcool (ex : .VODKA) ou aux religions (ex : .ISLAM). L’Argentine est en défaveur du dotBrand .PATAGONIA, porté par une marque de vêtements qui est aussi le nom d’une région géographique de ce pays. Même situation pour le .CBA porté par le Commonwealth Bank of Australia’s, mais qui est aussi l’acronyme utilisé pour la province argentine de Cordoba.

L’Oréal face à L’Occitane et Yves Rocher

Des sociétés s’élèvent également contre le caractère anticoncurrentiel d’extensions descriptives que des marques souhaitent s’accaparer. L’Occitane s’oppose ainsi au .BEAUTY et au .HAIR demandés par L’Oréal. Yves Rocher s’associe également à cette lutte.

De son côté, Google qui a postulé pour 101 nouvelles extensions internet a retiré trois de ses dossiers. Charleston Road Registry Inc, la société que le moteur de recherche a créée, pour supporter ses NewGTLDs, a abandonné des extensions suite aux commentaires du panel lié aux noms géographiques. La norme ISO 3166 est en effet violée par les projets .AND, .ARE, .EST correspondant respectivement aux codes alphas de l’Andorre, des Emirats arabes unis et de l’Estonie.

Au total, sept candidatures parmi les 1 930 ont été retirées par des postulants. L’Icann espère dans son dernier calendrier prévisionnel rendre l’ensemble de ses évaluations en juin 2013.

Jean-François Poussard

Jean-François Poussard