Seuls des projets de recherche à vocation industrielle ont été labellisés jusqu’à présent par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

La semaine dernière, le gouvernement a officialisé les six premiers Instituts de recherche technologique (IRT), sélectionnés parmi les 15 dossiers déposés. Malheureusement, aucun projet spécifique aux technologies de l’information et de la communication (TIC) n’a été retenu, que ce soit Vie numérique (Cap Digital), B-Com (Images & Réseaux) ou SystemX (Systematic). Mais la porte n’est pas totalement fermée pour les deux derniers. Le jury propose aux candidats de les restructurer, en vue d’un examen spécifique ultérieur. Pour le projet de Cap Digital, en revanche, il n’y aura pas de seconde chance.

Dans sa sélection, le gouvernement a clairement privilégié les projets à vocation industrielle : aéronautique à Toulouse (Aese), nano-électronique à Grenoble (NanoElec), biotechnologies à Lyon (LyonbioTech), métallurgie à Metz (M2P), infrastructures ferroviaires à Valenciennes (Railenium), et matériaux composites à Nantes (Jules Vernes). Les TIC font néanmoins partie du programme de recherche de deux des IRT sélectionnés, à savoir Aese et NanoElec.