200 millions de SMS auraient été captés par la NSA chaque jour en 2011. S’appuyant sur des informations dévoilées par Edward Snowden, The Guardian et Channel 4 ont ainsi révélé que la NSA ne se contentait pas d’écouter les messages de personnes sous surveillance. Transactions financières, agendas, échanges de contacts ou projets de voyage faisaient partie des métadonnées récupérées par l’agence américaine au travers d’un programme nommé « DishFire ». Programme qui a probablement continué en 2012 et 2013.

Cette énième révélation a incité le président Obama à réclamer un audit au ministère de la justice US. Son objectif sera de limiter l’utilisation de ces données ainsi que leur durée de conservation. Il obligerait également la NSA à transférer ces informations vers un organisme non gouvernemental dont on ne connaît pas encore l’identité.