La société de services et d’ingénierie informatique affiche une croissance organique supérieure au marché à 6,2 %. Mieux, sa marge opérationnelle atteint 10 %, un niveau rare pour une SSII.

Les résultats annuels les plus remarquables sont pour l’instant à mettre au crédit de la SSII Sopra. Le groupe de Pierre Pasquier (qui a confirmé l’introduction en bourse de son activité d’édition (Axway) au cours du deuxième trimestre) a réalisé une année 2010 de haute volée. Sopra affiche une croissance organique de son chiffre d’affaires de 6,2 % sur l’année. Le groupe atteint même la barre symbolique des 10 % au dernier trimestre.

La marge opérationnelle de la société s’établit elle aussi à 10 % du chiffre d’affaires, un niveau rarement atteint par les société de services et d’ingénierie informatique. L’activité de Sopra a été portée par les performances de sa filiale Axway, (+11,8 %), et celle du pôle conseil intégration de systèmes (CISS) en France (+6 %). Ce dernier a bénéficié du dynamisme de la tierce maintenance applicative, place forte du groupe dans les services, et de la vente de solution applicatives avec la gamme de progiciels bancaires Evolan notamment.

Les filiales européennes de Sopra se redressent

La direction de Sopra a d’ailleurs annoncé son intention de structurer davantage cette gamme selon une organisation d’éditeur. Sans pour autant aller jusqu’à une autonomie comme la société l’avait fait avec Axway. Les filiales européennes, point faible historique du groupe, ont enregistré elles aussi un retour à la croissance au second semestre. Elles affichent une hausse du chiffre d’affaires de 1,2 % sur l’année. Pour les renforcer, Sopra  prévoit de faire des acquisitions en priorité en Espagne et au Royaume-Uni.