C’est un délai qui devrait faire du bien à certaines entreprises : la Commission européenne vient de repousser de 6 mois l’obligation de se mettre à jour en adoptant le Single Euro Payments Area (SEPA), dont l’entrée en vigueur reste prévue au 1er février.

 

Les sociétés vont donc bénéficier d’une période de transition jusqu’au 1er août prochain, durant laquelle les transactions pourront toujours avoir lieu même sans la mise à jour des fichiers de paiement. Au-delà, les opérations financières qui ne seront pas aux normes SEPA seront en revanche refusées par les banques. Ce délai est donc le bienvenu, d’autant que, selon la Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises (CGPME), « près de 40 % des TPE/PME disent ignorer cette échéance de passage aux nouveaux moyens de paiement ».

 

Pour rappel, le SEPA est mis en place pour rendre les paiements plus sûrs et plus rapides, mais aussi les unifier en euros entre les membres du Conseil européen des paiements. Cette mesure touche tous les pays de l’espace européen, y compris ceux n’ayant pas adopté la monnaie unique, mais également Monaco, la Suisse, le Liechtenstein, la Norvège et l’Islande.