Enregistrant une forte progression de ses prises de commandes fin 2010, la SSII table sur une croissance de 3 à 4 % de son chiffre d’affaires.

Steria clôture en beauté la période des résultats annuels des sociétés de services. Comme ses concurrentes Capgemini, Sopra, Logica, et dans une moindre mesure Atos Origin, la SSII salue la reprise de l’activité.

Pour l’exercice 2011, Steria anticipe une croissance organique comprise entre 3 et 4 %. Un optimisme qui se justifie par une forte progression des prises de commandes sur le 4e trimestre 2010 (+ 32,5 %). Embellie confirmée en janvier.

« Avec un effectif en hausse de 5 %, nous sommes en capacité de production pour absorber ces nouveaux projets, estime François Enaud, gérant exécutif, qui fait de la croissance la priorité stratégique du groupe. Nous voulons croître mais aussi monter dans la chaîne de valeur en allant plus profond dans les processus de nos clients et en leur faisant bénéficier des solutions d’innovation dans la mobilité et le cloud computing. »

Plus prudente sur sa rentabilité, la société française prévoit un taux de marge opérationnelle au moins égal à celui enregistré en 2010 (soit 7,1 %), ce qui la situe plutôt dans la fourchette haute du marché. Une marge qui recule néanmoins par rapport à 2009 (- 7,3 %), ce que la Bourse a sanctionné en faisant chuter le cours de son action de l’ordre de 1,4 % en milieu de matinée.

L’effet Chorus dope la France

Si Steria a souffert l’an dernier en Grande-Bretagne, après la baisse des dépenses discrétionnaires dans le secteur public due à la politique de rigueur budgétaire, elle a connu en France une accélération de sa croissance organique, avec une hausse de 3,7 % sur le premier semestre puis de 5,7 % sur le second. Avec, pour contrat phare, la maintenance applicative de Chorus dont Steria sur le responsable principal. « Le plus gros contrat jamais signé en France », dixit François Enaud.

Dans le cadre du déménagement de son siège social prévu l’été prochain – Steria quitte Issy-les-Moulineaux pour Meudon-la-Forêt –, le groupe prévoit une provision de 6,5 M€.