Cet été, la SSII a emménagé dans le premier bâtiment d’entreprise à énergie positive. Visite guidée d’un immeuble véritablement révolutionnaire.

La rentrée des 1 250 collaborateurs franciliens de Steria a été placée sous le signe de l’énergie positive. Depuis le 1er juillet, ils sont regroupés sur un site unique à Meudon-la-Forêt, dans les Hauts-de-Seine, non loin du campus de Dassault Systèmes.

Sa conception permet ainsi de réaliser 30 % d’économies d’énergie sur un immeuble HQE (Haute Qualité environnementale) et 65 % sur un bâtiment répondant aux exigences du Grenelle (norme RT 2005). Bref, le nec plus ultra.

Pour comprendre cette prouesse, il faut pousser plus loin la visite. Le bâtiment, mais aussi les surfaces de parking, sont littéralement tapissés de 4 200 m2 de panneaux photovoltaïques assurant 40 % de l’énergie. Le solde est fourni par une chaudière à cogénération biomasse à l’huile de colza produisant simultanément chaleur et électricité.

Les façades respirent. La dalle en béton emmagasine le frais de la nuit et le diffuse tout au long de la journée. Dans chaque pièce, des coffrages en bois avec des volets inclinables font entrer automatiquement l’air extérieur. Au plafond, des panneaux « phonoabsorbants » dissimulent toutes sortes de capteurs à même de réguler la température ou la lumière en fonction de la présence humaine.

Pas de datacenter, bien sûr. Steria a néanmoins dû conserver une petite salle informatique pour héberger les serveurs bureautiques et d’impression. Une salle climatisée à l’ancienne !

Point noir : les transports en commun

Pour piloter les différents paramètres, un logiciel spécifique a été développé par Steria. Propriété de Bouygues Immobilier, Si@go (Système d’information pour green office) dotera les futurs « bureaux verts ». A la fois boîte noire et cerveau, Si@go assure la traçabilité du comportement énergique tout en favorisant les conditions optimales de consommation en fonction de la météo ou du nombre d’occupants.

Chaque collaborateur garde néanmoins la main. Depuis l’intranet, il peut régler l’éclairage ou la ventilation de son poste. Ce qui, dans les premiers temps, à donner lieu à quelques fous rires. Un collègue prenant la main sur les commandes de son voisin.

Pour développer plus encore la fibre écoresponsable de ses salariés, Olivier Vallet, directeur général de Steria, projette de se doter d’un parc de vélos électriques, mais aussi de voitures électriques que les salariés pourraient louer le week-end.

Car le gros hic se trouve au niveau des transports en commun. Prévu initialement fin 2012, le tramway T6 n’arrivera qu’en 2014. En attendant, des navettes ont été mises en place pour rejoindre le métro et le covoiturage encouragé. Le site dispose également de 900 places de parking.

Une économie de 15 euros par m2

Sur les conditions contractuelles, le propriétaire (le réassureur Scor), le locataire (Steria) et l’opérateur (Exprim, filiale de Bouygues) sont plus discrets. Le bail de neuf ans est assorti d’un contrat de performance énergétique.

Par ce contrat inédit en France, l’exploitant s’engage à garantir à Steria « l’ensemble des coûts d’exploitation et de maintenance et les niveaux de consommation et de production d’énergie, selon des principes de fonctionnement et d’occupation prédéfinis. » Avec un système de bonus-malus.

L’économie sur les « utilities » (eau, électricité…) évaluée à 15 euros annuels par mètre carré compenserait un loyer plus élevé. Là encore, c’est Si@go qui gère le deal.