La reprise s’accélère depuis quelques mois, ce qui rend Syntec numérique, le syndicat professionnel, plus optimiste pour 2011. Convalescent l’année dernière, le marché de l’externalisation a trouvé un second souffle.

Le marché des services informatiques, du logiciel et du conseil en technologies est engagé dans une nouvelle dynamique. Les professionnels du secteur ont constaté une accélération de la reprise au cours du dernier trimestre 2010, qui se poursuit sur les premiers mois de cette année. Un nouvel élan qui rend Syntec numérique plus optimiste pour 2011, quand l’année dernière il hésitait encore à évoquer le terme « reprise ». Le syndicat professionnel s’attend à une croissance du marché de 3,5 %, soit deux points de plus qu’en 2010.

Outre l’augmentation du nombre de projets, un léger relâchement de la pression sur les prix devrait contribuer à cette la croissance du secteur, indique le syndicat. Les DSI ayant une plus grande latitude en matière de budget. Autres indices favorables : les carnets de commande se remplissent, les cycles de décision s’accélèrent. En parallèle, le taux de concrétisation des affaires mesuré par Syntec numérique et IDC auprès d’un panel de dirigeants de grands comptes s’améliore de trimestre en trimestre.

Parmi les segments de marché, le conseil en technologies est celui qui devrait enregistrer la plus nette progression cette année (+ 4,5 %). Pas surprenant, dans la mesure où les acteurs du secteur, après avoir considérablement souffert en 2009 au moment de la chute de la demande du secteur automobile, ont déjà affiché un net redressement l’année dernière. Altran a terminé l’année avec une hausse des ventes de 8,4 % au quatrième trimestre. Alten a vu sa croissance progresser trimestre après trimestre en 2010 : de – 2,5 % au premier à + 13,8 % au dernier. 

La demande en prestations informatiques devrait, quant à elle, afficher une hausse de 3 % cette année, selon Syntec numérique. « L’amélioration se confirme en SSII, secteur jusqu’alors timoré », se réjouit Guy Mamou-Mani, son président. Le conseil, prestation très sensible aux fluctuations économiques et à l’investissement des entreprises, et l’infogérance applicative (TMA) tirent leur épingle du jeu, avec chacun 4 % d’augmentation. Pour le dernier segment, celui du marché de l’édition, Syntec numérique prévoit une hausse de 4 % sur l’année 2011.

En ce qui concerne le poids de l’offshore sur le marché français, Guy Mamou-Mani estime que « les SSII sont arrivées à un modèle apaisé de global delivery loin des tenants du tout-offshore d’il y a quelques années.Chaque acteur place le curseur où il le souhaite dans la répartition front office-back office. » Signe de maturité, Infosys a rejoint Syntec numérique en 2010 et un événement franco-indien réunissant des dirigeants de SSII des deux pays se tiendra à la rentrée.

Guy Mamou-Mani, président de Syntec numérique