En France, surtout en période électorale, tout est politique, y compris les vœux pour la nouvelle année. En témoignent ceux que Syntec Numérique, le syndicat des professionnels du numérique, a adressé à tous les candidats à la plus haute fonction de l’État. Le président de l’organisation, Godefroy de Bentzman, a ainsi demandé aux futurs gouvernants de s’adresser aux acteurs du secteur pour qu’ils bâtissent ensemble l’avenir numérique de la France. Loin d’être des paroles en l’air, le Syntec a déjà dévoilé plusieurs propositions concrètes.

Le syndicat plaide notamment pour une clarification du crédit impôt recherche (CIR), plus d’amortissements pour les investissements numériques et la création d’écosystèmes régionaux consacrés au secteur. Plus ambitieux encore, certains membres de Syntec demandent à ce que le passage à une industrie française 4.0 soit soutenu par l’État , allant jusqu’à évoquer un plan Marshall du numérique.