Le programme Certified Kubernetes Conformance, initié par la Cloud Computing Foundation, est lancé. Plus d’une trentaine d’entreprises du secteur IT ont rallié l’initiative afin de garantir l’interopérabilité des environnements applicatifs. Tous s’engagent à ne plus verrouiller leurs API Kubernetes, pour permettre le transfert de workloads d’une plateforme à une autre. Cette portabilité positionne Kubernetes en tant que base open source commune et unique, compatible avec n’importe quel environnement cloud (public, privé ou hybride).

Les produits certifiés proposés par les adhérents au programme garantissent une expérience stable aux utilisateurs. Parmi les acteurs concernés figurent Google (qui a conçu l’orchestrateur, mais aussi Alibaba), IBM, Microsoft, Oracle, Red Hat et SAP. Tous les regards se tournent à présent vers Amazon Web Services. Le géant du cloud va-t-il mettre en place un service Kubernetes ou va-t-il proposer un fork ?