Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Ce que le DSI doit dire au conseil d’administration concernant la Blockchain

Écrit par  , vendredi, 08 septembre 2017 06:48 , OPINIONS.
David Furlonger Jorge Lopez Ray Valdes, Gartner David Furlonger Jorge Lopez Ray Valdes, Gartner

De nombreux conseils d’administration s’adresseront à leur directeur des systèmes d’information (DSI) pour qu’il les informe sur la Blockchain, qui fait actuellement l’objet d’un important battage médiatique. Les DSI doivent mettre l’accent sur trois points : une description de la Blockchain, les marchés, et les répercussions intersectorielles d’une économie programmable.

L’étude de 2016 réalisée par Gartner auprès de conseils d’administration a révélé que 91 % de leurs membres ont entendu parler de la technologie du grand livre distribué ou de la Blockchain. 36 % la considèrent comme une opportunité, contre 21 % comme une menace. Toutefois, nos interactions avec les dirigeants indiquent que la majorité des administrateurs ne connaissent pas grand-chose de la technologie du grand livre distribué.

Les DSI doivent débuter leur présentation en demandant au conseil d’envisager des possibilités stratégiques de scénarios. Que se passerait-il s’il était possible que les marchés deviennent sans tension ? Exposez tous les éléments de la conduite d’affaires entre deux homologues ou plus de la chaîne de valeur de l’entreprise. Demandez ensuite ce qu’il adviendrait à l’entreprise si les individus, les entreprises et les objets intelligents n’avaient pas besoin de recourir à un tiers pour établir la confiance et convenir d’un paiement comme c’est le cas dans les modèles économiques actuels. Supposez que chaque partie pourrait déterminer elle-même à qui elle peut faire confiance et établir avec ces autres entités des contrats générés par ordinateur pour refléter cet engagement, puis échanger de la valeur directement avec tout autre homologue du réseau, sans le recours à un intermédiaire. De plus, le paiement n’aurait pas à prendre la forme d’une devise soutenue par le gouvernement, mais pourrait être une monnaie numérique (comme le Bitcoin), voire impliquer un troc ; par exemple, échange de données en contrepartie d’un service numérique ou intégration d’une provision de crédit et de mécanismes de récompense dans le cadre de la monnaie cryptographique proprement dite.

Les DSI doivent présenter les marchés sans tension comme une aspiration, plutôt que comme une réalité prochaine. Jusqu’en 2035 au moins, il y aura toujours des tensions. Par exemple, un important obstacle à l’adoption de la monnaie cryptographique est l’expérience d’utilisation généralement épouvantable et les mesures de sécurité pénibles qui sont requises pour gérer les clés privées de sorte que les porte-monnaie ne soient pas compromis et les fonds dérobés. Les entreprises comme Best Buy ou Expedia qui acceptent le Bitcoin constatent que moins d’un dixième d’un pour cent de revenus provient de ces canaux. Par ailleurs, les contrats intelligents sont actuellement fastidieux à mettre en œuvre, incapables d’évoluer à grande échelle et sujets à d’importantes questions juridiques.

Grâce à ses capacités, la Blockchain rend possible la création de modèles économiques « instantanés » en vue d’exploiter des opportunités temporaires, souvent en ayant recours à des parties avec lesquelles l’entreprise n’a jamais fait affaire auparavant. Parallèlement, les anciens modèles économiques pourraient être remplacés par le prochain Airbnb, Uber ou Amazon. L’intermédiation via des entreprises ayant plusieurs décennies ou siècles disparaîtrait.

Présentez donc au conseil d’administration un plan pour réaliser une analyse actualisée de l’entreprise et de ses concurrents en prenant en compte les dynamiques et les risques opérationnels qu’introduisent les contrats intelligents et la Blockchain.

Les entreprises courent le risque de voir leurs activités perturbées si elles ne font rien vis-à-vis de la Blockchain. Pour autant, la mise en œuvre d’une initiative liée à la Blockchain présente des risques également. Les DSI doivent citer trois domaines dans lesquels la Blockchain affectera les calculs du risque effectués par le conseil : le climat économique — la Blockchain participe à l’instabilité du marché en favorisant l’entrée de nouveaux entrants — ; la gestion du risque, puisque personne ne contrôle la Blockchain ; et les problématiques juridiques, du fait que la réglementation est encore balbutiante en la matière.

En tout cas, dès maintenant, prenez les devants en organisant des visites chez des start-up spécialisées dans la Blockchain et proches du métier de votre entreprise.

Connectez-vous pour commenter

ABONNEMENT NEWSLETTER

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

Découvrir

Créer votre compte

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

NOUS SUIVRE

AGENDA

17/10/2018 - 18/10/2018
Mobility for Business