Arriver à challenger les leaders du e-commerce en alliant le respect de l’humain à la maîtrise technologique…

Portrait de Henri Adreit, directeur de la transformation digitale chez Manutan

Stanislas à Cannes, l’EDHEC ensuite avec une bonne partie de son cursus sur le nouveau campus que la célèbre école de commerce venait d’ouvrir au milieu des années 1990 sur la Côte d’Azur : la trajectoire d’Henri Adreit a commencé là où beaucoup de citadins rêvent aujourd’hui de s’installer…

C’est pourtant sans hésitation que le jeune diplômé, après une première expérience commerciale en Suisse, rejoint la région parisienne, ses nombreux postes de cadres à fort potentiel… et sa future épouse. « Je suis entré chez Accenture (Andersen Consulting à l’époque, NDLR) avec pour objectif de travailler sur le conseil en organisation. Mais quelques mois plus tard, l’entreprise a pris un virage marqué vers l’IT », décrit notre homme.

Le voilà donc impliqué sur des projets de passage à l’an 2000, de mise en place de systèmes de facturation chez les opérateurs télécoms, et même de lancements d’offres Quadruple Play. Passionnant et porteur, puisqu’il devient directeur de missions. « Mais en même temps, j’avais envie de travailler dans une entreprise de taille plus réduite, et surtout pour un client final », souligne-t-il.

Ce sera Manutan, en 2012. Le spécialiste de la vente à distance d’équipements professionnels cherche alors un profil capable de superviser la roadmap d’un vaste mouvement de centralisation des fonctions réparties dans ses filiales (achats, marketing de l’offre, IT, etc.). « Les réponses étaient technologiques, bien sûr, mais la dimension humaine primait pour faire accepter ces grands changements dans l’entreprise », insiste Henri Adreit.

Après avoir contribué au déploiement d’un schéma directeur qui verra Manutan s’équiper d’un SI global pour le groupe (ERP, plateforme de e-commerce), il en devient le DSI. Avant d’accéder, il y a deux ans, au poste de directeur de la transformation digitale, qui englobe l’IT, le digital et la data.
Un libellé qui lui convient parfaitement : « Je suis à l’aise avec cette affirmation sous-jacente qu’un mouvement profond est en cours et qu’il repose évidemment sur la maîtrise du digital et plus généralement de la technologie. Mais aussi qu’il n’a de sens que s’il s’inscrit dans une compréhension et un respect profond de l’humain et des métiers », conclut Henri Adreit.

___________________

Portrait réalisé par François Jeanne

CE QUI ME PASSIONNE AUJOURD’HUI > Les événements récents ont mis en lumière la nécessaire résilience dans nos métiers. Plus que jamais, je suis à l’affût des opportunités d’accompagnement de leur transformation. Mais il ne s’agit pas de mettre du RPA partout, plutôt de simplifier et alléger les processus métiers pour libérer la créativité des individus en automatisant ce qu’il y a de répétitif et à faible valeur ajoutée dans leur quotidien.

CE QUE J’APPRÉCIE CHEZ MANUTAN > Depuis mon arrivée, l’entreprise m’a toujours séduit par sa capacité à positionner les projets, même les plus techniques, sous l’angle de leur contribution à l’épanouissement de la culture d’entreprise. Dans mon rôle actuel, je suis vraiment à l’aise avec cette idée qu’une transformation digitale réussie repose sur ces deux piliers : culture et technologie.

MON CHEVAL DE BATAILLE > Contribuer à transformer l’entreprise pour qu’elle devienne toujours plus data-driven. Cette mutation n’est pas qu’une affaire d’experts informatiques ou d’analytique, elle doit irriguer toutes les fonctions, depuis nos chefs de produits jusqu’à nos commerciaux.

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR > Face aux géants du e-commerce, la force de Manutan est de pouvoir développer une alliance rare entre des produits de qualité, une maîtrise technologique qui nous permet de soutenir la comparaison sur nos sites de vente, mais surtout, le maintien d’une vraie relation humaine avec nos clients, fournisseurs et collaborateurs.

Parcours de Henri Adreit

Depuis 2018 Directeur de la transformation digitale chez Manutan
  2012-2018 Directeur de programmes puis DSI chez Manutan
  1999-2012 Business analyst puis directeur de missions (secteur télécoms) chez Accenture
  1997-1998 Responsable commercial chez SVP Conseil (Suisse)

FORMATION
  EDHEC Business School (1996)