Agregio compte sur SAFe pour passer ses développements à la vitesse supérieure

Dev

Agregio électrise ses développements avec SAFe

Par La rédaction, publié le 21 juillet 2022

Spin-off d’EDF, Agregio propose un service digital qui joue le rôle d’agrégateur d’énergies renouvelables. Après avoir lancé de premiers développements avec la méthode agile Scrum, la start-up est passée à la vitesse supérieure avec SAFe.

Par Alain Clapaud

Issue du programme d’intrapreunariat d’EDF, Agregio est un agrégateur : sur sa plateforme, les producteurs d’énergies renouvelables peuvent proposer leurs mégawatts aux entreprises à la recherche d’énergie verte. Cette plateforme digitale a été développée par la start-up assistée des équipes de l’ESN Ippon à partir d’une feuille blanche avec la méthode agile Scrum. Après huit mois de projet, le MVP (Minimum Viable Product) était en place et ce que les fondateurs d’Agregio ont baptisé la VPT (Virtual Power Plant) Agregio entrait en production le 1 janvier 2018.

À LIRE AUSSI :

Depuis, la start-up a vu ses activités s’accroître et mène le développement de trois puis quatre produits de front. « Nous étions arrivés aux limites de Scrum pour gérer autant de projets en parallèle et nous avons souhaité passer à l’échelle et nous orienter vers SAFe (Scaled Agile Framework) pendant l’été 2020 », explique Christelle Reptin, directrice technique & projets et cofondatrice d’Agregio.

À LIRE AUSSI :

Cette approche SAFe est généralement adoptée par des grands groupes, plus rarement par une start-up, mais l’idée est de monter en puissance et, aujourd’hui, les PI (Program Increment) embarquent de 25 à 30 personnes. « SAFe nous a apporté un vrai cadre afin de mener plusieurs projets en parallèle. »

Christelle Reptin, cofondatrice d'Agregio, est convaincue des atouts du framewrk SAFe

Christelle Reptin, directrice technique & projets et cofondatrice d’Agregio
« SAFe rassemble toutes les bonnes idées issues des méthodes agiles, les documente et les articule les unes avec les autres »

Il résout la problématique d’alignement des projets en mettant en place les PI et en enchaînant avec des itérations dédiées à l’innovation avec les IP (Innovation and Planning). Christelle Reptin ajoute : « Il n’est pas nécessaire d’appliquer tout ce que propose SAFe à l’aveugle. Nous avons choisi les parties de la méthodologie pertinentes à appliquer vis-àvis de notre contexte. »

À LIRE AUSSI :

Agregio a choisi un rythme de travail de trois sprints de trois semaines pour les PI, puis deux semaines d’itérations pour prendre du recul sur les développements, faire des démonstrations, réfléchir aux innovations à apporter, améliorer l’organisation et préparer le PI suivant. En moyenne, Agregio réalise des mises en production tous les 22 jours, et tous les 50 à 60 jours pour les versions majeures de ses services. Cette fréquence a augmenté depuis la mise à place de SAFe, indépendamment du fait qu’elle gère plus de projets en parallèle. L’organisation des trains SAFe demande une grosse préparation. Ce « PI Planning » mobilise l’engagement manager, les coachs agiles, les stake owners, les product owners et les développeurs. Chaque PI nécessite plusieurs ateliers avant son lancement. « Se structurer ainsi permet de donner aux équipes des objectifs à deux mois, donc à relativement court terme », commente Christelle Reptin. « C’est une vision pour les équipes qui reste maîtrisable. Elles savent où elles vont. Nous avons bien évidemment une roadmap pour le moyen et long terme, mais celle-ci doit rester souple pour s’adapter à d’éventuels changements, puisqu’à l’issue de chaque PI on est amené à repenser les échéances suivantes. »

À LIRE AUSSI :

L’activité d’Agregio connaît une dynamique de croissance forte. La start-up compte aujourd’hui 70 personnes et recrute une dizaine de personnes par an tant sur la partie technique que métier. SAFe constitue un cadre qui permet à l’organisation de s’adapter à cette forte croissance sans heurt sur les développements.


L’ENTREPRISE

ACTIVITÉ : Agrégateur d’énergies renouvelables
EFFECTIF : 70 collaborateurs
      CA : 530 M€ (2021)

Dans l'actualité