Sigfox, a annoncé que son réseau éponyme allait être déployé prochainement au Royaume-Uni.

L’entreprise toulousaine, comptant comme l’un des principaux acteurs mondiaux du Web très bas-débit dédié à l’Internet des objets, a dévoilé qu’un accord avait été trouvé avec Arqiva, le premier opérateur britannique d’infrastructures de communication et de services médias, pour que son réseau, ouvert en France en juin 2012, soit également utilisable outre-Manche.

Ce partenariat illustre un peu plus le succès de cette start-up née en 2009 et qui emploie aujourd’hui une soixantaine de personnes.

En 2013, son chiffre d’affaires avait atteint 3 M€. Sa direction table sur un volume deux à trois fois supérieur sur l’exercice 2014.

2014 sur les chapeaux de roues

Cette croissance financière s’accompagne de jolis succès sur le terrain. En février, déjà, Sigfox avait officialisé la signature d’un partenariat avec Abertis Telecom, confirmant son arrivée prochaine sur le marché espagnol.

En mars, la start-up toulousaine a bouclé une levée de fonds de 15 M€, avant d’annoncer la nomination d’Anne Lauvergon à la présidence de son conseil d’administration. Celle-ci représente un renfort de luxe, la Française ayant notamment occupé la tête du numéro un mondial de l’énergie nucléaire Areva entre 2001 et 2011.

L’Internet des objets, support de métier de Sigfox, vise à permettre aux machines de communiquer entre elles de façon autonome, grâce à l’établissement d’un réseau très bas débit, à l’image de celui que propose l’entreprise toulousaine. D’ici à 2020, les analystes estiment que le nombre d’objets connectés au réseau sera de l’ordre de 50 milliards à l’échelle planétaire.