Le constructeur aéronautique américain a présenté son téléphone mobile Boeing Black à l’occasion du Mobile World Congress. Ce terminal sous Android cible au premier chef les professionnels du secteur de la défense et de la sécurité intérieure.

Entièrement assemblé aux États-Unis, alors que la plupart des appareils grand public sont fabriqués en Chine, notamment chez Foxconn et Pegatron, ce mobile « a été conçu avec à l’esprit la sécurité et la modularité dont ont besoin les clients pour utiliser leurs téléphones multifonctions à travers un éventail de missions et de configurations », selon Boeing.

Une sécurisation assurée de différentes façons

La pierre angulaire du Boeing Black est son système de chiffrement des conversations, mais aussi des données, tant au niveau matériel que logiciel. La coque est scellée avec de la résine d’époxy et des vis spéciales. En cas de tentative d’ouverture forcée de son boîtier, il se comporte comme un système antivol de neutralisation des billets de banque : il détruit les données stockées et devient inutilisable.

Compatible 4G et dual-SIM, le Boeing Black s’accompagne d’un accessoire pour communiquer par satellite et d’un chargeur solaire. Son tarif et sa disponibilité ne sont pas encore connus. Face à lui, il trouvera notamment le Hoox, un concurrent proposé par le français Bull.