Deux chercheurs de l’université d’Otago ont imaginé un petit gadget qui pourrait multiplier par 160 le débit de la fibre optique.

Multiplier les débits notamment sur les backbones et les câbles transatlantiques est une préoccupation majeure de tous les opérateurs à l’heure de l’arrivée de la 5G. Le trafic Internet explose sous la pression imposée par l’IoT, par les traitements lourds déportés dans le cloud et par des contenus vidéos toujours plus nombreux et toujours plus haute définition (la 4K se généralise et la 8K commence à être évoquée non seulement dans l’univers des téléviseurs mais aussi celui des consoles de jeux par exemple). Parce qu’il n’est pas possible de multiplier les « tuyaux », il nous faut rivaliser d’ingéniosité pour multiplier la quantité d’informations véhiculées par ceux existants.

Dans un article publié par la très sérieuse et réputée revue Nature, deux chercheurs de l’université d’Otago, Dr. Harald Schwefel et Dr. Madhuri Kumari, ont imaginé un petit appareil dénommé « microrésonateur à peigne de fréquences optiques », conçu à partir d’un disque de cristal, capable de transformer un flux laser monocolore en un arc-en-ciel de 160 fréquences formant autant de flux synchronisés et parfaitement stables. Un moyen simple et économique de remplacer plusieurs lasers par un seul émetteur. Appliquée à l’univers des télécommunications numériques et de la fibre optique, cette innovation ouvre des perspectives fascinantes pour tirer davantage de débit sur les câbles existants.

Parallèlement, des chercheurs de l’école Harvard John A. Paulson SEAS (School of Engineering and Applied Sciences) et de l’université de Stanford travaillent également sur les peignes de fréquences optiques et ont, eux aussi, mis au point un système intégré afin d’éviter d’utiliser des centaines de lasers séparés au profit d’un unique peigne pour transférer davantage d’informations au travers d’une fibre optique. Leurs travaux ont également été publiés par Nature.