Externaliser pour gagner en efficacité et réaliser des économies, les entreprises ne disent pas non, mais pas à n’importe quel prix. En particulier en faisant l’impasse sur la sécurité. Préoccupation encore plus aiguë dans le cloud public. C’est pourquoi les constructeurs d’outils matériels et logiciels de protection des données multiplient les solutions pour vaincre ces réticences. Y compris les pionniers du secteur de la sécurité, tel Check Point.

Celui-ci permet désormais de déployer ses fameux software blades sur les machines virtuelles hébergées sur son cloud par Amazon. Les passerelles de sécurité du constructeur fonctionnent donc comme des boîtiers virtuels (appliances) dans le cloud. L’offre permet ainsi de sécuriser les serveurs hébergés dans le cloud avec des fonctions telles que le pare-feu, la prévention d’intrusion, le contrôle d’accès ou le filtrage d’URL. Elle centralise également l’administration et le reporting.

Ses prix sont calqués sur ceux des licences actuelles des software blades de l’éditeur.