Chaque année, depuis 2009, Greenpeace évalue les grands acteurs informatiques à l’aune de leur effort à lutter contre le changement climatique. Dans la sixième édition du classement « Cool IT Leaderboard » de l’ONG, Cisco rejoint Google en tête; avec 58 points sur 100. L’équipementier télécoms est récompensé, notamment pour son engagement à abandonner les centrales à charbon dans l’alimentation électrique de ses infrastructures.

Quant à Google, Greenpeace applaudit ses récentes actions de lobbying menées auprès de Duke Energy pour presser le principal opérateur énergétique américain à inclure dans son mix énergétique une part beaucoup plus importante d’énergies renouvelables (qui ne pèsent aujourd’hui que 0,2 %).

A noter la belle remontée de Wipro, qui passe de la onzième à la sixième place. La société de services indienne a joué un rôle majeur sur son territoire pour le passage à une législation en faveur des énergies renouvelables. On ne peut en dire autant de son compatriote Tata Communication Services. Le fournisseur indien, tout comme Oracle, sont les plus fortement sanctionnés pour la dégradation de leur performance écoresponsable. Verdict : Greenpeace les éjecte de ce dernier classement.