Des chercheurs américains d’Harvard (Massachusets) et de l’université Urbana-Champaign (Illinois) ont fabriqué des minuscules batteries d’un millimètre de long à l’aide d’une imprimante 3D. Ils ont utilisé une « encre » constituée de nanoparticules d’oxyde de lithium pour les électrodes. Par rapport à sa taille, cette micro-batterie, en forme de peigne, offre les même temps de charge et de décharge et la même puissance que les batteries actuelles. Elle pourrait trouver sa place dans les dispositifs médicaux portés par l’être humain ou dans des vêtements connectés.